Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

5 étapes clés pour construire votre portefeuille financier

3 juillet 2020 / Arnaud06 / Dernière mise à jour : 3 juillet 2020 Portefeuille boursier

L’élaboration d’un portefeuille financier équilibré est un exercice difficile. Il faut réussir à concilier produits, risques et rendement espéré. Comment construire un portefeuille adapté et dynamique ? EnBourse vous guide étape par étape.

1) Bien connaître les classes d’actifs et les offres de supports des courtiers

De nombreux analystes de marché et conseillers financiers répartissent les actifs en cinq catégories :

Actions ou titres de participation – Les actions sont des titres de propriété émis par des sociétés cotées en bourse. Elles sont négociées sur des bourses telles que le NYSE ou le NASDAQ.

Vous pouvez potentiellement tirer profit des actions soit par une hausse du prix de l’action, soit en recevant des dividendes. La classe d’actifs des actions est souvent subdivisée en fonction de la capitalisation boursière en actions à petite, moyenne et grande capitalisation.

Obligations ou autres investissements à revenu fixe – Les investissements à revenu fixe sont des investissements dans des titres de créance qui rapportent un taux de rendement sous forme d’intérêts.

Ces investissements sont généralement considérés comme moins risqués que les investissements dans des actions ou d’autres catégories d’actifs.

Espèces ou quasi-espèces, comme les fonds du marché monétaire – Le principal avantage des placements en espèces ou quasi-espèces est leur liquidité. L’argent détenu sous forme de liquidités ou d’équivalents de liquidités est facilement accessible à tout moment.

A lire aussi : 5 raisons pour gérer seul votre portefeuille :

Biens immobiliers ou autres actifs corporels – Les biens immobiliers et autres actifs corporels sont considérés comme une catégorie d’actifs offrant une protection contre l’inflation.

La nature tangible de ces actifs conduit également à les considérer comme des actifs plus « réels ». À cet égard, ils diffèrent des actifs qui n’existent que sous la forme d’instruments financiers, tels que les produits dérivés.

Contrats à terme et autres produits financiers dérivés – Cette catégorie comprend les contrats à terme, le marché des changes, les options et une gamme croissante de produits financiers dérivés.
Les produits dérivés sont des instruments financiers qui sont basés sur, ou dérivés d’un actif sous-jacent. Par exemple, les options sur actions sont un dérivé d’actions.

D’un autre côté, comparer les courtiers en bourse est une tâche délicate mais gratifiante.

En raison du grand choix de prestataires et de services, vous risquez de vous perdre un peu avant de trouver votre partenaire idéal. Il sera différent en fonction de vos objectifs et des produits que vous souhaitez utiliser.

Les différents types de comptes doivent aussi être pris en compte. Vous pouvez avoir plusieurs courtiers (jusqu’à 3 pour une question de gestion) en fonction de la fiscalité (PEA) ou du type de produits envisagés (Forex, CFD, ou autres).
Les tarifs sont aussi à comparer.

2) Comprendre son profil de risque et son horizon d’investissement

Comprendre votre profil de risque et votre tolérance au risque vous permettra de mettre en place les bases de votre portefeuille.

Il vous faudra imaginer votre réaction en fonction de certains scénario de pertes (de quelques pour cents jusqu’à 30 ou 40%).

Progression du capital

Le profil de risque est un élément primordial à déterminer afin de faire progresser son capital sans frustration.

Vous pourrez ainsi placer le curseur au bon niveau de risque afin d’éviter des erreurs et de la frustration. En outre, vous avez peut-être déjà répondu à un questionnaire du même type lors de l’ouverture d’un compte titre ou d’une assurance vie. Le résultat est un bon indicateur de votre tolérance au risque.

Un investissement réussi n’exige pas forcément un niveau de risque élevé. De nombreux investisseurs bénéficient d’un rendement fiable grâce à des obligations prudentes et à des participations modestes dans des entreprises réputées.

Vous vivrez avec votre portefeuille d’investissement pendant de nombreuses années. Il est essentiel que vous soyez honnête avec vous-même et que vous choisissiez des investissements qui soient compatibles avec votre état d’esprit.

Examinez votre situation personnelle et prenez une décision ; combien de temps pouvez-vous bloquer votre argent dans des investissements ?

2 ans ? 10 ans ? 30 ans ?

La règle générale est de n’investir dans des actions que si vous êtes sûr de ne pas avoir besoin de cet argent pendant 5 ans ou plus.

Pour les investissements hautement spéculatifs, comme les produits dérivés ou à levier, vous devez impérativement utiliser une petite proportion de votre portefeuille (ou créer un portefeuille spécialisé à part) que vous pouvez perdre sans vous mettre en danger.

Pour les investissements peu liquides, comme l’immobilier, votre horizon doit être encore plus long.

3) Diversifier ses investissements

Un portefeuille efficace contient un mélange de différentes « classes d’actifs », qui sont des investissements présentant des caractéristiques différentes.

Les actions sont un type de classe d’actifs, et les obligations en sont un autre.

A lire aussi : Forex VS Marché des actions : les principales différences

La combinaison de différentes classes d’actifs dans votre portefeuille est l’une des techniques de diversification qui peut améliorer votre rendement tout en réduisant votre risque.

Vous pouvez par exemple choisir une répartition du type 60% actions et 40% obligations pour votre portefeuille de base, toujours à nuancer en fonction de votre profil de risque.

Si vous acceptez plus de risques, vous pourrez alors faire augmenter la proportion d’actions ou même introduire une petite quantité de produits complexes.

A l’inverse, vous pouvez augmenter la proportion d’obligations, voire même conserver une partie en cash en fonction des conditions de marché.

Vous pouvez également diversifier par zone géographique, par taille de sociétés pour les actions et par secteur.

4) Dynamiser son rendement

Une fois vos différents profils établis et votre portefeuille de base détaillé, il vous sera possible (dès le début ou après quelques temps) d’introduire de nouveaux produits ou d’allouer une partie de vos fonds vers un nouveau portefeuille.

Le but étant de dynamiser votre rendement. Pour y parvenir, de nombreuses possibilités s’offrent à vous.

portefeuille diversifié

Une bonne allocation permet de dynamiser votre rendement tout en respectant votre profil de risque.

Par exemple, et toujours en fonction de votre profil de risque, vous pourrez utiliser des produits dérivés (turbos, warrants), des produits structurés, des contrats CFD ou futures sur des indices, paniers d’actions ou encore matières premières.

Il vous sera également possible de choisir le Forex, les crypto-monnaies, les options ou des produits plus alternatifs tels que les investissements au capital de PME.

A lire aussi : Création du portefeuille : pourquoi les actions à forts dividendes ne sont pas les meilleures ?

Attention toutefois, il s’agit de produits complexes et souvent au risque très élevé de perte en capital. Il sera donc primordial de veiller à se former et à acquérir une expérience suffisante avant d’investir sur ce type de supports.

5) Couvrir son portefeuille, l’analyser et l’adapter

Une fois le portefeuille réalisé, il peut se révéler utile de le couvrir si toutefois il est un minimum risqué (actions).

Les stratégies de couverture par options peuvent se révéler particulièrement efficaces afin de protéger vos actifs risqués en cas de retournement des marchés.

Ce sont des stratégies compliquées qu’il faut au préalable maîtriser parfaitement.

Il ne vous reste plus qu’à ouvrir vos comptes et investir ! Ce n’est pas terminé pour autant, il vous faudra régulièrement analyser votre portefeuille, organiser un suivi afin de détailler vos performances globales et en fonction des actifs.

Enfin, n’oubliez pas que tout portefeuille doit être adapté en fonction de ses performances, des opportunités et des conditions de marché !

Arnaud,
Rédacteur financier pour EnBourse

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE
DERNIÈRE FORMATION