Plus value

Définition de Plus value

En Bourse, une plus-value représente l’augmentation de la valeur d’un titre financier.
Lorsque l’on vend ce titre et que l’on réalise un bénéfice (prix de vente supérieur au prix d’achat, moins les frais de courtages), on parle de « plus-value réalisée ».
La plus-value est « latente », si la cession du titre n’est pas concrétisée.

L’expression s’étend à d’autres domaines comme l’immobilier (« plus-value immobilière »), ou la vente de véhicules, dès lors que la vente du bien entraîne un bénéfice économique.

Les plus-values « professionnelles » concernent les entreprises. Elles interviennent quand celles-ci réalisent un profit en cédant une ou plusieurs immobilisations (machines de productions, brevets…).

Fiscalité des plus-values.

En France, les plus-values issues de la cessation de titres financiers sont taxées au travers de l’impôt sur le revenu.
A cela s’ajoutent les prélèvements sociaux de 15,5 %, la CSG (Contribution Sociale Généralisé) et la CRDS (Contribution au Remboursement de la Dette Sociale).
Si la plus-value annuelle est supérieure à 500 000 €, il faut payer une « surtaxe hauts revenus » de 4 %.

Cependant, des abattements sont possibles selon les moins-values enregistrées la même année et seront déductibles à partir de l’année suivante.
Les « Plan Epargne Action » sont exonérés d’impôts sur les plus-values sous certaines conditions.

L’impôt sur les plus-values réalisées lors de la vente de biens immobiliers dépendent de la nature du bien (immeuble, terrain…).
Il faut savoir que plus l’investisseur attend pour revendre son bien, moins il sera taxé.

Ce système est valable pour les valeurs mobilières : à partir de deux ans, le propriétaire du titre bénéficie de 20 % d’abattement, après quatre ans, il est exonéré à hauteur de 30 % et enfin, au-delà de six ans, il peut profiter d’une réduction d’impôts de 40 %.