Pas encore membre ?

Rejoignez le site

en bourse

  • Formation d'initation offerte
  • Une communauté de trader pour vous aider
  • Accès complet à tous les articles du site
  • Vidéos d'analyse hebdomadaires
  • Et beaucoup d'autres surprises...

Inscrivez-vous sur le site en bourse

Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...

Attendez !profitez de maformation offerte

50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :

Le Warrant : comprendre ce produit dérivé et bien l’utiliser (1/2) 17 mai 2013 / Sylvain March

Le warrant est un peu l’équivalent européen des options, avec les mêmes avantages, mais moins complexe à utiliser.
Il offre un intérêt certain comme utiliser l’effet de levier, et un risque maximum connu à l’avance :

Le warrant est un produit optionnel

Le warrant est un produit optionnel, c’est à dire qu’il est de la famille des options.
Il n’est pas à mettre à la poubelle contrairement aux options binaires.

Le principe d’une option est à l’origine une sorte « d’assurance » pour un actif sous-jacent.

Pour résumer, une option permet d’acheter un titre financier à un prix défini à l’avance (le prix d’exercice ou « strike ») et ce jusqu’à une date limite définie, la date d’échéance.

Entre le moment de l’achat de l’option et la date d’échéance, vous pouvez à tout moment exercer votre droit d’acheter le sous-jacent au prix d’exercice, mais vous n’y êtes jamais obligé : c’est pour cela qu’on appelle ce produit une « option ».

L’option en elle-même coûte peu cher, une fraction de la valeur du sous-jacent : c’est grâce à cela que l’on peut bénéficier d’un effet de levier.

Exemple :

Vous avez acheté des options CALL (achat) d’un actif au prix d’exercice de 50€, au prix de 1€ par option.
Vous pouvez donc en acheter 50 fois plus que ce que vous auriez pu si vous aviez acheté le titre directement !

  • Scénario A : À l’échéance, le prix de l’actif est à 60€ : vous décidez d’exercer votre droit d’achat de l’actif au prix d’exercice qui est 50€.

    Vous réalisez un profit de 10€ (60-50) moins 1€ (prix de l’option) soit un total de 9€ par option achetée 🙂
     

  • Scénario B : Le prix de l’actif descend jusqu’à 40€ : vous n’exercez pas votre droit d’achat, car cela n’offre aucun intérêt.

    Vous réalisez simplement une perte de 1€ par option achetée.

Évidemment, en cas d’achat d’options PUT (vente) c’est le scénario opposé.

Dans le cas d’une optique spéculative, 2 autres options s’offrent à vous :

– vous n’êtes pas obligé d’exercer votre droit d’achat du sous-jacent même si vous êtes en profit : vous pouvez revendre votre option qui ne vaut plus 1€ mais peu-être 2 ou 3 euros, car le prix de l’option évolue indépendamment de la valeur du sous-jacent (même s’il y a une corrélation bien sûr).

– vous n’êtes pas obligé d’attendre l’échéance de l’option et perdre l’intégralité de vos 1€ (fois X bien sûr) : vous pouvez revendre votre option à une valeur plus faible. Attention : plus on s’approche de l’échéance et plus la valeur de l’option va baisser/augmenter rapidement : c’est ce qu’on appelle la valeur-temps.

Pour en savoir plus sur le fonctionnement des options (un peu complexe) je vous invite à vous rendre sur la page Wikipedia, et notamment la partie « exemples chiffrés » :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Option

Dans la 2ème partie de cet article la semaine prochaine, nous verrons en quoi un warrant est différent d’une option, et surtout comment l’utiliser !

Bon week-end à tous 🙂

Sylvain.

QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE

DERNIÈRE FORMATION