Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Rendement sur actif

Les rendements sur actifs – ROA pour Returns on Assets en anglais – constituent un indicateur fondamental portant sur la profitabilité d’une entreprise au regard des capitaux dont elle dispose.

Cet indicateur permet d’apprécier l’efficience d’une société, en rapportant sa production à ses facteurs de production.

Sommaire :

Immobilier

Principe et utilisation des rendements sur actifs

Une bonne entreprise repose nécessairement sur un emploi judicieux de ses ressources afin de maximiser la valeur marchande créée. Les rendements sur actifs sont l’un des ratios permettant de mesurer cette efficience.

Les rendements sur actifs s’expriment sous la forme d’un pourcentage.

Ce pourcentage permet une analyse interne d’une société, en comparant l’efficience de sa production au cours du temps, donc l’évolution de son propre ROA.

Il permet de plus une analyse externe, en comparant le ROA d’une société avec celle de ses concurrentes, appartenant sinon à la même industrie, du moins au même secteur d’activités économiques.

Sa formule de calcul est la suivante : Revenus nets / Somme des actifs.

Rappelons que la somme des actifs s’obtient pour sa part en additionnant les actifs obtenus par l’endettement aux fonds propres des actionnaires.

Plus le rendement est élevé plus l’entreprise a de valeur. En règle général, un rendement sur actifs supérieur à 15 % est considéré comme très bon, tandis qu’un rendement inférieur à – 15 % sont à l’inverse considérés comme très mauvais. Toutefois, ces appréciations doivent être contextualisées.

En effet, les valeurs relatives sont d’ordinaire plus importantes que les valeurs absolues pour l’analyse fondamentale. Ainsi, les rendements d’une entreprise ne peuvent être jugés bons ou mauvais qu’au regard du marché dans son ensemble et en particulier du secteur d’activités.

Contrairement à d’autres ratios visant à mesurer la productivité d’une société au regard de ses facteurs de production, le ratio des rendements sur actifs prennent en compte l’endettement d’une société. En comparaison, cette donnée est notablement absente du ROE – Returns on Equities – ou rendements sur capitaux propres.

Les rendements sur actifs permettent donc d’apprécier la mesure dans laquelle une société parvient à transformer en profit l’argent investi dans ses facteurs de production physique, à l’exclusion du travail humain donc.

Critiques et limites du ROA

Les limites les plus souvent exprimées à l’égard de l’indicateur des rendements sur actifs tiennent à sa faible pertinence pour l’analyse comparative externe intersectorielle.

En effet, les rendements d’une société dont les activités ont trait, par exemple, aux hautes technologies ne présentent pas le même potentiel de croissance qu’une entreprise investit dans le secteur des industries lourdes.

Certains analystes estiment que l’indicateur des rendements sur actifs est le plus pertinent pour le secteur bancaire puisque le bilan comptable d’une banque comprend d’ordinaire la réelle valeur marchande de ses actifs et de ses passifs, et non leurs coûts passés. Il en va tout autrement pour d’autres secteurs, dont ceux de l’industrie lourde par exemple.

En somme, l’analyse du ROA ne peut pas être employée de façon pertinente entre secteurs et il peut reposer sur des données historiques devenues obsolètes.

Exemple d’utilisation du ROA : le cas Apple

Calculons les rendements sur actifs de la société Apple à partir des dernières données disponibles sur les deux dernières années, 2018 et 2019.

Apple – AAPL – présente en 2019 une somme d’actifs s’élevant à 338,5 milliards de dollars.

L’année précédente, en 2018, la somme de leurs actifs s’élevait à 365,7 milliards de dollars.

La moyenne de leurs actifs sur ces deux années est donc de (338,5+365,7) / 2 = 352,1

Les revenus nets de cette même société étaient pour les années 2018 et 2019 respectivement de 59,63 et 55,26 milliards de dollars. Leur moyenne s’élève donc à 57,45.

Les rendements moyens sur actifs d’Apple sont donc de 57,45/352,1 = 0,1631 ; soit 16,31 %

Avatar autheur
Mallory
Rédacteur EnBourse

Devenez contributeur

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents

Courtier CMC Markets

InvestissementCourtiers

CMC Markets est une société de négoce financier en ligne de premier plan, qui propose…

Placement immobilier collectif Tontine

InvestissementGestion de patrimoine

Placement ancien et peu connu, la tontine fait référence à une forme de placement collectif…