Essayez Gratuitement
Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez ! profitez de notre formation offerte Box initiation
Non merci, pas aujourd'hui

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Qu’est-ce qu’un compte sur marge ?

Certains courtiers vous permettent d’ouvrir un compte sur marge pour vos titres. C’est un outil puissant pour optimiser au maximum son trading s’il est bien exploité. Cependant, beaucoup se trompent sur la façon de l’utiliser et finissent par cramer leur compte de trading.

Ainsi, il faut être certain de bien comprendre quels sont les risques qui l’accompagnent. C’est tout l’objet de cet article qui revient sur la définition, l’utilisation et les risques d’un compte sur marge.

Sommaire :

Main qui tient un liasse de billet en éventail

Compte comptant vs compte marge

Quand on ouvre un compte chez un courtier, on y dépose de l’argent. Et si ensuite on souhaite acheter des titres, on ne peut dépenser que l’argent qu’il y a sur le compte : c’est un paiement au comptant. Une fois qu’il n’y a plus de fonds disponibles, impossible de reprendre des positions à moins d’en solder d’autres entre temps.

Avec un compte sur marge, c’est différent : même si il n’y a pas assez d’argent sur le compte pour payer au comptant, il est possible d’emprunter de l’argent à son courtier pour pouvoir acheter plus de titres que le capital initial ne le permettrait.

Aujourd’hui la très grande majorité des coutiers proposent le trading sur marge. Les plus agressifs restent les courtiers forex et les exchanges cryptos. Ils offrent parfois un levier x100 voire x300. En d’autres termes, le trader peut miser jusqu’à 300 fois le capital qu’il détient chez le courtier.

Les comptes les moins bien pourvus en terme de marge sont bien souvent les compte titres auprès des courtiers actions. Ceux-ci permettent tout de même de profiter d’un effet de levier jusqu’à x5. En effet, grâce au SRD (Service de Règlement Différé) certains titres peuvent profiter d’une marge plus importante.

Concrètement, si un trader possède 10 000€ sur son compte de trading et veut acheter une action à hauteur de 20 000€, le courtier va lui prêter 10 000€ et lui octroyer ainsi un levier de 2.

Si l’action s’apprécie de 10%, le trader aura 20 000€x10% = 22 000€ – 10 000€ qu’il doit toujours au courtier = 12 000€. Il a donc réaliser un bénéfice net de 20% (12 000€/10 000€) sur son portefeuille alors que l’action n’est montée que de 10%.

Mais l’inverse est aussi vrai : si le titre décroche de 10% alors le trader se retrouve avec 20 000€x(-10%) = 18 000€. En comptant les 10 000€ dus au courtier, il ne reste que 8000€ au trader. Il a ainsi perdu 20% de son capital.

Comment utiliser le trading sur marge ?

Obtenir un effet de levier c’est très bien, cela permet de s’exposer davantage au marché que ce que nos moyens nous le permettent.

Cependant attention : l’effet de levier offert par le courtier n’est pas une fin en soi mais plutôt un bon moyen de gérer son money management.

En fait, beaucoup de débutants prennent le problème à l’envers. Ils commencent par se demander quel levier ils vont mettre avant même d’être entrés en position.

En réalité il faut procéder de manière bien différente :

La première des choses est de définir son niveau d’entrée et son niveau de stop sur le trade. Ensuite il faut déterminer le risque que l’on est prêt à encaisser si celui-ci va chercher son stop loss. En règle générale il est conseillé de ne pas risquer plus de 0,5% à 2% par trade.

Ensuite il suffit de faire le calcul suivant :

Risque souhaité / écart de prix entre l’entrée et le stop = nombre de titres à prendre.

Pour illustrer, imaginons que Mathieu veuille prendre un trade avec une entrée à 10€ et un stop à 9.95€. Son risque souhaité est de 1% et il a un capital de 10 000€.

Il va donc devoir calculer 100 (1% de 10 000€) / 0.05€ (10 – 9.95) = 2000 titres. Il doit donc acheter 2000 titres pour rentrer dans son money management.

Le titre est à 10€, donc 10 x 2000, il va devoir engager 20 000€ sur son trade. Et c’est seulement là qu’intervient le levier offert par le courtier : Mathieu va avoir besoin d’un levier 2 par rapport à son capital pour ouvrir son trade.

Le marge offerte par le courtier ne doit donc pas être utilisée pour tenter de « faire un coup » mais juste pour ajuster correctement son money management. L’effet de levier n’est pas un choix délibéré mais plutôt une conséquence du placement du stop par rapport à son niveau d’entrée et de risque.

Les risques d’un compte sur marge

Comme évoqué ci-dessus le compte sur marge est très pratique pour ajuster ses tailles de position et assurer un bon money management. Mais mal utilisé il comporte des risques que beaucoup de débutants ne verront pas, ou alors trop tard.

En premier lieu, il peut être tentant d’utiliser un levier démentiel de 100 voire 300 comme le proposent certains brokers CFD. C’est le meilleur moyen pour détruire son compte en un minimum de temps. Car si avec un levier x300 les gains sont multipliés par 300, les pertes aussi.

Exemple de levier x500 chez un courtier
Un bel exemple d'un levier x500 complètement délirant, et qui à lui seul doit vous faire comprendre que ce n'est pas un courtier sérieux

Dans ce genre de cas, il suffit donc que le prix aille ne serait-ce qu’un tant soit peu contre le sens de la position et le trader perdra de très grosses sommes d’argent.

Pour donner un ordre d’idée, pour ouvrir une position classique à 1% de risque il est rare d’utiliser plus qu’un levier de 5, voire 10 dans les cas extrêmes. Les leviers à x50, x100 ou x300 ne sont donc là que pour faire rêver les débutants qui s’engouffrent bien souvent dans ce piège.

L’autre piège de ce type de compte c’est se retrouver assez vite en appel de marge sans l’avoir vu venir. L’appel de marge intervient quand le courtier estime que la valeur du portefeuille s’est trop effondrée pour maintenir le crédit offert au trader.

Dès lors, le trader a 3 solutions :

  • Injecter de nouveaux fonds pour augmenter sa marge
  • Transférer des titres d’un autre portefeuille pour augmenter la valorisation du portefeuille en appel de marge
  • Solder tout ou partie de ses positions en cours pour rembourser le courtier.

Si aucune de ces décisions n’est prise alors c’est le courtier lui-même qui liquidera tout ou partie des positions en cours.

En définitive, le compte sur marge est un outil formidable et même indispensable pour tout bon trader. Néanmoins, il faut savoir en appréhender les risques pour bien l’utiliser.

À lire aussi :

Avatar autheur

Fondateur
boursopedia Investissement Portefeuilles boursiers Qu’est-ce qu’un compte sur marge ?
Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents