Vente à découvert

Définition de Vente à découvert

Lorsqu’un acteur financier pense que le cours d’un actif va baisser, il peut décider de le vendre même s’il ne le possède pas encore : c’est la vente à découvert.

S’il a vu juste, il peut ensuite racheter le titre au comptant une fois que le prix a diminué et ainsi réaliser une plus-value.

Cependant, dans le cas d’un retournement de tendance (cours de l’actif à la hausse), il devra s’acquitter de sa dette en rachetant les titres financiers plus chers : le risque de perte est donc important.

Les ventes à découvert sont en principe réservées aux institutions financières. Cependant, les particuliers peuvent y avoir accès en utilisant le Service de Règlement Différé, qui leur permet de vendre des titres qu’ils ne paieront qu’à la fin du mois boursier.

Mode de fonctionnement d’une vente à découvert.

Les titres destinés à la vente à découvert sont prêtés par un intermédiaire financier, c’est donc une sorte d’emprunt accordé au vendeur.
Les profits liés à la vente sont directement crédités sur le compte de l’investisseur.
Celui-ci doit toujours finir par couvrir son crédit. Il peut pour cela :

• Racheter les titres après un certain temps (l’objectif est donc de profiter de la baisse de valeur pour les racheter moins cher).

• Restituer les titres : le vendeur devra alors payer une commission au prêteur durant toute la durée de l’emprunt

• Déterminer à l’avance un prix d’achat et une date précise à laquelle il doit racheter les titres (on parle d’option d’achat)

Si le vendeur se trouve dans l’incapacité de couvrir son crédit à la date prévue, il y a alors « suspens ».
Il dispose généralement d’un délai supplémentaire avant que l’opération ne soit totalement annulée.