Keynésianisme

Définition de Keynésianisme

Le Keynésianisme est un courant de pensée créé par l’économiste britannique Maynard Keynes (1883- 1946).

Il défend une théorie selon laquelle l’Etat doit activement participer à la politique monétaire du pays pour assurer sa croissance économique et ainsi équilibrer l’instabilité naturelle des marchés.

Ceux-ci sont en effet considérés par les keynésiens comme incapables de s’autoréguler et sont de ce fait, les principaux responsables des cycles économiques pendant lesquels se succèdent les périodes d’inflation et de récession.

Comprendre le keynésianisme.

Pour comprendre l’hypothèse avancée par Keynes, il faut d’abord saisir la notion de « demande agrégée ». Celle-ci est composée de trois concepts économiques : la consommation des ménages, l’investissement des entreprises et les dépenses publiques (création d’hôpitaux, d’écoles…).

Selon Keynes, augmenter ou baisser la demande agrégée permet de lutter contre le chômage ou l’inflation et stabilise ainsi l’économie d’un pays.

Pour atteindre cet objectif, il faut que le gouvernement adopte un certain nombre de mesures selon les cas.

Par exemple, pour baisser le niveau de chômage (considéré comme un manque de demande agrégée), il faudrait :

• Baisser les taxes et les impôts pour augmenter le pouvoir d’achat

• Privilégier les dépenses publiques

• Baisser le taux d’intérêts pour inciter les entrepreneurs à investir

• Baisser le taux de change pour stimuler les exportations

Pour lutter contre l’inflation qui représente alors une demande agrégée trop forte, l’Etat doit adopter le processus inverse.

Cependant, cette théorie n’est pas applicable dans certains cas : en Europe, la Banque Centrale (BCE) gère la politique monétaire de la zone Euro.
Tous les Etats n’étant pas égaux face au chômage ou à l’inflation, les moins puissants sur le plan économique sont donc forcés de suivre une politique qui n’est pas toujours à leur avantage.