Vente à découvert, partie I : Comprendre VRAIMENT comment ça marche

Comprendre la vente à découvert

La vente à découvert est une technique pratiquée par tous les traders, pros ou amateurs, mais je constate qu’elle est souvent bien mal comprise et mal maîtrisée !
Dans cette série de 2 articles, nous verrons comment vraiment comprendre, puis comment bien utiliser, la vente à découvert :


Mécanisme de la vente à découvert (VAD) :

Au delà de la définition générale pratique « Miser sur la baisse d’un actif financier » la VAD cache un mécanisme qu’il est important de bien comprendre :

Le but de la vente à découvert, c’est de pouvoir vendre un titre financier qu’on ne possède pas encore, pour le racheter plus tard à un prix inférieur, dans le but de réaliser une plus-value.
Comment est-ce possible ?

  1. Pour pouvoir être propriétaire de titres qu’on a pas acheté, il n’y a qu’une solution : il faut les emprunter, auprès d’un acteur du marché qui les possède.
    Celui-ci facture une commission en échange de ce prêt.
     
  2. Maintenant qu’on possède ces titres, on les vend à un autre acteur, au prix du marché au jour J.
     
  3. Lorsque le prix du marché pour ces titres a baissé, on achète le même nombre de titres, pour un prix total inférieur au prix qu’on les avait vendu.
     
  4. On restitue les titres achetés au prêteur initial.
     

Evidemment, si le prix ne baisse pas comme anticipé, mais monte, on réalisera une moins-value. C’est la le danger de la VAD, car cette moins-value n’a pas de limite, et peut dépasser la somme totale de vos capitaux si vous la laissez trop filer !

Ceci est le procédé tel qu’il est appliqué par les professionnels. Des mécanismes simplifiés sont proposés aux particuliers pour accéder à la VAD, avec des intermédiaires qui se chargeront de réaliser l’emprunt pour vous.

Ces mécanismes simplifiés diffèrent selon le type d’instrument financier (Actions, CFD, Forex…) et c’est ce que nous allons voir maintenant :

Un fonctionnement différent selon les instruments financiers :

Vendre à découvert sur titres réels :

La VAD sur sur titres réels est très encadrée de base, mais encore plus limitée pour les particuliers :
– Elle ne peut pas se faire dans le cadre d’un PEA, seulement sur le compte titres.
– Vous devez passer par le Service de Règlement Différé (SRD) de NYSE-EURONEXT, dont seuls quelques titres [ la liste complète ici ] sont éligibles.

L’emprunt des titres, que réalise le courtier à votre place, est facturé chaque fin de mois via le SRD. Si vous souhaitez ne pas racheter vos titres à cette date, vous devrez payer des « frais de prorogation » pour payer les intérêts d’un mois d’emprunt supplémentaire.

Vendre à découvert sur produits dérivés, type CFD :

Sur les CFD, vous n’achetez pas les titres de propriété comme sur les actions, mais seulement des contrats, qui vous engagent sur une plus-value ou moins-value future.
Il n’y a pas besoin pour votre courtier d’emprunter les titres en cas de VAD, puisqu’il fait lui-même le marché : il s’emprunte à lui même en quelque sorte !

Attention : des frais de financement sont réclamés chaque fin de journée sur les CFD, si vous voulez maintenir vos positions acheteuses ouvertes.
Cela n’a rien à voir avec le mécanisme d’emprunt de la VAD, mais d’un emprunt de couverture, uniquement en cas d’achat et non de vente.

Pour mieux comprendre cela, j’ai écrit un article complet sur les CFD : https://www.en-bourse.fr/cfd-definition/

Vendre à découvert sur le Forex :

La VAD sur le forex n’existe pas vraiment, c’est juste une illusion !

Cas de figure 1,votre courtier est un ECN, et transmet directement les ordres sur le réseau interbancaire :

Lorsque vous achetez de l’Euro/Dollar, cela signifie que vous achetez des Euros en payant avec des Dollars. Si le cours monte, vous rachetez ensuite des Dollars avec vos Euros, et avez effectué une plus-value (ou moins-value si le cours a baissé).

Mais si vous commencez par vendre, en réalité vous faites simplement le processus inverse : vous commencez simplement par acheter des Dollars avec vos Euros !

Cas de figure 2, votre courtier est market maker
Dans ce cas de figure, des contrats pour différence sont générés par votre courtier, et le fonctionnement est presque le même que pour les CFD cités plus haut.

La différence, c’est qu’il n’y aura pas de frais de prorogation journaliers, mais des frais de rollover (cliquez sur le mot pour avoir la définition de ce qu’est un rollover).

Une technique très réprimée et encadrée, qui n’est pas si néfaste :

Dans l’Histoire, la vente à découvert à subit de nombreuses interdictions et limitations successives.
C’est régulièrement un bouc émissaire facile, pour justifier des crises boursières.

La réalité est plus complexe. Depuis 2008 et la crise des subprimes, on l’a désigné comme « l’homme à abattre », mais en réalité, ce sont les acheteurs, et non les vendeurs, qui on créé la bulle des subprimes !!
Les bulles sont créées par des acheteurs compulsifs, et lorsque la vente arrive, elle ne fait que rétablir le niveau raisonnable.
Cette chute est mal perçue, et on rend la VAD responsable.

On oublie également que la VAD amène plus d’acteurs sur le marché, et donc plus de liquidités.

Pour en savoir plus à propos de ce long débat sur le bienfondé ou non de la VAD, la page sur Wikipedia, très intéressante, explique cela bien plus en détail !

Dans l’article suivant (vendredi normalement) j’aborderai des stratégies de VAD pour profiter de cette incroyable opportunité qu’est pouvoir vendre avant d’acheter.

Posez d’ores et déjà toutes vos questions dans les commentaires en dessous !

Bons trades et bons investissements,

Sylvain March.