Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez !profitez de notreformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Compte titres ordinaire (CTO)

Incontournable pour acquérir des valeurs mobilières, le compte-titres est le support de base de tout investisseur.

Sommaire :

Billets qui poussent dans la terre

Présentation

Le compte-titres (CTO) est le support « fourre tout ». La plupart des actifs immatériels peuvent rentrer dans ce compartiment (actions, obligations, ETF, fonds, REIT…).

Vous y trouverez en plus un compartiment où placer ses liquidités, mais il n’y a aucun blocage des fonds, vous pouvez effectuer des versements et des retraits aussi simplement que sur un livret bancaire.
Le compte-titres ne possède aucune fiscalité avantageuse et les frais ne sont pas plafonnés, contrairement au PEA. C’est le prix à payer pour la liberté.

Faites jouer la concurrence pour ne pas payer trop de frais. Exigez zéro frais de garde ou de gestion ! Privilégiez les courtiers en ligne sérieux aux banques classiques.

Caractéristiques

Synthèse

Versement maximum

Aucune limite

Frais des ordres de
bourse

Variable selon les courtiers et les
banques.

Produits autorisés

La plupart des actifs immatériels.

Avantages fiscaux et blocages des fonds

Aucun avantage, au choix :

– Flat tax de 30 %,

– Impôt au barème progressif + 17,2 % de prélèvements sociaux.

Avatar autheur

Coach EnBourse

Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents

PEA PME (Plan Épargne Action pour Petite et Moyennes Entreprises)

InvestissementSupports d'investissements

Depuis 2014, vous faites peut-être partie des 200 000 épargnants, résidant fiscalement en France, qui…