Essayez Gratuitement
Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez ! profitez de notre formation offerte Box initiation
Non merci, pas aujourd'hui

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Bandes de Bollinger

Les bandes de Bollinger font partie des indicateurs les plus appréciés des traders.

Elles sont parmi les plus populaires de tous les indicateurs et tous les courtiers et sites d’analyse technique en proposent sur leur plateforme.

Cependant elles ne sont pas toujours très bien comprises par les traders en herbe et leur utilisation est parfois erronée.

Quelle est leur véritable utilité et comment bien les interpréter ? Comment un trader peut-il les tourner à son avantage sans tomber dans les pièges classiques ?

Sommaire :

Bande
Les bandes de Bollinger sont un indicateur graphique couramment utilisé par les traders.

Qu’est-ce que les bandes de Bollinger ?

Les bandes de Bollinger sont un indicateur technique très prisé en analyse technique. Elles sont utilisées par de nombreux analystes et traders comme outil d’aide à la décisions.

Elles ont été inventées et popularisées par l’écrivain et analyste financier américain qui leur a donné son nom : John Bollinger. Il a inventé cet outil dans les années 1980.

Pour comprendre leur fonctionnement il faut d’abord saisir comment elles sont construites.

Elles sont en fait constituées de 3 bandes qui suivent le prix de plus ou moins près : une centrale et deux qui sont articulées autour.

La bande médiane est en fait un autre indicateur bien connu : une moyenne mobile simple (MM).

Celle-ci est calculée en fonction d’un nombre de période donné : plus ce nombre est élevé, plus la MM sera éloignée du prix. A l’inverse, une MM réglée sur une période très courte aura tendance à suivre le prix de manière rapprochée.

MM = somme des « n » dernières périodes/ «n ». En règle générale le réglage pour des Bandes de Bollinger classiques est n = 20 périodes.

Les bandes extérieures sont ensuite dépendantes de la médiane.

Elles sont calculées pour être à une distance de la MM de X fois l’écart type de la période donnée. Pour un réglage classique X = 2.

Leur calcul est simple aussi : Bollinger inférieure/supérieure = MM + X * écart type.

L’écart type est une mesure de dispersion des valeurs d’un échantillon. Ici il mesure la volatilité du prix à un moment donné.

Comprendre le fonctionnement des bandes de Bollinger

Les bandes supérieures et inférieures forment ainsi une « enveloppe » autour du prix qui peut permettre d’analyser celui-ci de manière plus précise.

En effet, en s’appuyant sur la loi normale qui fait partie des lois de probabilités, il est convenu que le cours d’un titre passe 95% de son temps à l’intérieur des bandes et seulement 5% à l’extérieur de celles-ci.

Grâce à l’effet cumulé de la MM et des écarts type, les bandes de Bollinger servent ainsi à identifier la tendance et en même temps à mesurer la volatilité.

Si la MM est orientée à la hausse ou à la baisse, elle donne généralement une bonne indication de la tendance à courte terme.

Si elle est plate, c’est à l’inverse qu’il n’y a pas de réel consensus sur le sens du marché.

De même, l’écartement des bandes offre une bonne vision de la volatilité récente du prix.

Quand les bandes s’écartent, c’est souvent que le signe que le prix choisit une direction claire en amorçant une tendance.

A l’opposé, quand les bandes sont resserrées (et le plus souvent à l’horizontal) cela signifie qu’il y a une baisse de la volatilité et souvent une pause dans la tendance.

A partir de l’étude du positionnement du prix par rapport aux bandes de Bollinger il est donc possible d’évaluer les différentes phases dans lequel le prix évolue.

Les cycles de bandes de Bollinger (BB) sont souvent décrits en 4 phases distinctes :

-Phase 1 : phase de compression, le marché est indécis, les BB sont resserrées et souvent à plat.

-Phase 2 : phase d’explosion, le prix sort de sa zone d’incertitude et part fort d’un côté, les BB divergent fortement.

-Phase 3 : phase de continuation, le prix continue de suivre la tendance établie mais de manière moins violente. Les BB vont toutes deux dans le même sens que le prix.

-Phase 4 : phase d’essoufflement, la tendance du titre commence à s’essouffler et les BB commencent à converger.

Les 4 phases des bandes de Bollinger

Comment s’en servir en trading ?

Une fois que le trader connaît ces principes de bases, il est plus facile d’envisager établir une stratégie utilisant les BB.

Elles présentent l’avantage de pouvoir s’adapter à différents styles de trading.

Un trader qui joue la tendance essaiera par exemple de repérer une phase de compression (phase 1) puis d’entrer en position dans le sens de la cassure en phase 2.

Ainsi il pourra espérer profiter de l’explosion du prix, quitte à garder le titre en portefeuille ensuite si celui-ci poursuit sur une tendance de long terme.

Il est également possible de jouer les réintégrations de BB pour un trader de contre tendance.

Mais attention : il s’agit là d’un exercice très risqué réservé aux plus expérimentés.

D’autres encore pourront s’en servir pour jouer les phases de stagnation du prix en vendant et en achetant les bornes d’un potentiel range.

En phase horizontale, les BB servent souvent de support/résistance dynamiques étant donné que dans 95% des cas le prix restent dans son enveloppe ainsi formée.

Les limites des bandes de Bollinger

Bien que très populaire, il faut rappeler que les BB ne sont qu’un indicateur parmi d’autres basé sur le prix.

C’est donc bien le prix qu’il faut chercher à analyser en premier lieu et non pas les indicateurs.

Les BB doivent agir comme un filtre pour choisir les bonnes opportunités qui ont été repérées au préalable par une bonne analyse graphique.

Un autre défaut qui peut leur être reproché est qu’elles ne sont pas pondérées par des volumes. Une série de données au volume anecdotique a donc le même poids qu’un mouvement soutenu par de gros flux.

Il convient donc de les utiliser en complément d’une stratégie de trading déjà solide et non pas de les ériger en stratégie de trading à elles seules.

Une erreur que beaucoup de traders débutants peuvent être amenés à faire.

Avatar autheur

Fondateur
Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents