Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement

Attendez ! profitez de notre formation offerte

Box initiation
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Acquérir de l’or (physique ou papier)

Au même titre que le pétrole ou le coton, l’or fait parti des plus célèbres matières premières sur lesquelles il est possible d’investir et de trader. Souvent qualifiée de valeur refuge, l’or est un fort indicateur de la santé du monde boursier.

En effet, les investisseurs frileux d’investir dans des actions auront tendance à venir se nicher sur l’or, selon eux bien plus sécurisant. Au contraire, dans un marché où les actions offrent un fort potentiel, les investisseurs délaisseront cette matière première.

Aujourd’hui, il existe deux façons d’investir dans ce matériau.
Premièrement, on peut le faire physiquement. Cela revient simplement à acheter des lingots ou des pièces en or et les entreposer dans un endroit sûr.
Deuxièmement, il est possible de se tourner vers l’« or papier ». Inversement au physique, l’investisseur ne détient pas réellement de lingot d’or.

Ces deux options ont des avantages différents en terme d’investissement. Même si l’actif est le même, ces deux aspects sont très différents.
Aussi, la fiscalité sur l’achat et la revente de l’or physique et l’or papier est différente selon si l’on se tourne vers l’un ou l’autre.
A lire aussi : Métaux précieux

Sommaire :

Or en lingots sur un billet de 50 euros

L’or physique

Il s’agit de la façon la plus simple d’acquérir de l’or. Dans les grandes villes, il existe de nombreuses enseignes fiables pour en acquérir.

Dans le cas de la matière physique, il existe plusieurs formes et format lorsque l’on souhaite s’approprier de l’or.

Les plus courants sont les pièces. Il en existe de très nombreuses, toutes différentes les unes des autres.
Concernant les prix, l’offre est assez restreinte et dépendra du poids de la pièce que l’investisseur souhaite acquérir. Les pièces d’or sont généralement frappées. Ainsi, il n’est pas rare de voir une pièce d’or ornant le visage de Napoléon ou encore d’un symbole américain. La plupart de ces pièces font parties de ce que l’on appelle des pièces « boursables ». Ces dernières remplissent trois critères :

  • Elles sont en parfait état, aucun éclat ou défaut ne doit apparaître
  • Leur cours est légal
  • Enfin, leur fabrication est arrêtée. Par exemple, il est impossible de détenir d’un « euro boursable » puisque l’euro est toujours en cours de fabrication.

Grâce à ces caractéristiques, il sera plus facile de revendre les pièces le moment venu.

Une autre façon d’investir dans l’or physique est de se procurer des lingots. Très connus et souvent visibles dans les films d’actions et d’aventures, les lingots sont de grosses plaques d’or pur.
Dans ce cas, l’offre est vaste. Il est possible d’acheter des lingots de quelques grammes ou de plusieurs kilos. Il y en existe à tous les prix.

Les lingots ne peuvent être découpés en petites quantités. Ainsi, il vaut mieux détenir 100 Napoléon qu’un gros lingot si l’on souhaite vendre une petite quantité de son or et en conserver une autre partie.

Afin de protéger cet or, il est nécessaire de le stocker dans un endroit sécurisé. Les banques offrent mettent à disposition des coffres.

Cependant, depuis le 1er septembre 2020, le secret bancaire concernant les coffres a été supprimé. Ainsi, le FISC peut connaître le nom des personnes en possédant.

En cas de crise, il est possible que les banques puisent dans les coffres détenant de l’or.

Graphique sur le cours de l'or

L’or papier

L’or peut s’acheter virtuellement, c’est ce que l’on appelle « l’or papier ». Cet actif n’a qu’une valeur purement spéculative.

Par le biais d’un broker ou simplement d’une banque, il est très simple aujourd’hui d’acheter virtuellement de l’or. Que ce soit en ETF, en fond ou même réellement acheté, mais gardé par un prestataire. Ainsi, il peut être rapidement revendu lorsque le cours devient favorable à l’investisseur.

Pour le côté protection contre le vol et la sauvegarde de la valeur de votre patrimoine, cela fait le travail. Cependant, l’investisseur perd l’intérêt de la garantie contre l’effondrement.

En effet, le réel désavantage de l’or papier, c’est qu’il n’est, par définition, pas réel, pas palpable. En cas de chute des cours, cet or ne vaudra plus rien et l’investissement aura des pertes à essuyer. Au contraire, l’or physique perdure dans le temps et aura toujours une certaine valeur, et ce même en cas de crise ou d’effondrement des marchés.
Pour du long terme, l’or physique est un investissement plus sécurisé.

Fiscalité

Comme nous l’avons vu, l’or papier et l’or physique n’ont pas le même objectif d’investissement. Quand le premier est surtout vu comme une assurance en cas de coup dur, le deuxième est plus tourné vers la spéculation et l’investissement à court ou moyen termes.
Ainsi, en cas de revente, il existe deux fiscalités bien distinctes en cours en France.

En ce qui concerne l’or papier, en fond ou en ETF, la fiscalité fonctionne comme les actions ou tout autre actif financier. Ainsi, à l’achat, il n’est pas soumis à la TVA et aucune taxe n’est en vigueur.
A la revente, c’est différent. Depuis le 1er janvier 2018, les plus-values sont taxées de 30 % par défaut au titre du Prélèvement Forfaitaire Unique (PFU).

Dans le cas de l’or physique, là encore, c’est différent. Au moment de l’achat, les lingots et les pièces frappées avant l’année 1800 ne sont imputées d’aucune taxe. Quant à elles, les pièces d’or frappées après 1800 sont soumises à une TVA de 20% puisque considérées comme des moyens de paiements pouvant être encore légaux.

Au moment de la revente, cette matière première offre deux choix de fiscalité au particulier.
Il peut, en effet, choisir d’être imposé sur le montant de la revente. Dans ce cas, il est imposé à hauteur de 11,5 %.
La deuxième option est de choisir une imposition sur la plus-value. Ainsi, le vendeur devra se soumettre au taux de 36,2 %, avec un abattement de 5% par année de détention au-delà de la seconde année.

En fonction de son objectif, un investisseur aura tendance à choisir l’une ou l’autre des options. L’or physique est plus durable dans le temps et sera un investissement sur le long voire très long terme. De son côté, l’or papier, basé uniquement sur les cours, aura des retombées financières à court terme.
Avant de se lancer sur cette matière première, un investisseur doit définir ses objectifs et choisir son investissement en conséquence.

Avatar autheur

Coach EnBourse
boursopedia Marchés boursiers Matières premières Acquérir de l’or (physique ou papier)

Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents

Devanture de boucherie chinoise

Marché chinois

Marchés boursiersMarché Actions

La Chine suscite toujours autant l’intérêt de très nombreux investisseurs alors que ces derniers n’hésitent…

Feu piéton bonhomme qui marche

Fonds diversifiés prudents

Marchés boursiersFonds et ETF

Les fonds en euros des contrats d’assurance vie voient leur rendement baisser d’année en année.…

groupe de mains les unes sur les autres

FIP (Fonds d’Investissement de Proximité)

Marchés boursiersFonds et ETF

Les FIP (Fonds d’Investissement de Proximité) ressemblent en tout point aux FCPI. Il s’agit à…