Retour sur 5 des plus gros scandales bancaires de 2013 :

Retour sur 5 des plus gros scandales bancaires de 2013

Etre efficace en Bourse, c’est garder son optimisme mais pas sa naïveté.
Pour cette raison, j’ai souhaité faire un bilan des plus gros scandales bancaires de 2013, comme une « piqûre de rappel ».
A méditer avant de confier aveuglément vos économies à votre conseiller bancaire :

Manipulation des indices Libor et Euribor

Cela a été l’un des plus grands scandales de 2013.
Les traders des 15 plus grandes banques du monde, comme la Deusche Bank, la Société Générale, JP Morgan, Citibank… se sont entendus entre eux pour manipuler les cours des indices phares du marché des devises : le Libor et l’Euribor.
L’objectif principal était d’augmenter leurs profits sur les produits dérivés qui ont un rapport avec ces indices.
Leurs abus ont eu des conséquences inévitables pour les autres investisseurs : prix des transactions plus élevés, moins de rendement

En Europe, Bruxelles a déjà lourdement sanctionné cinq banques, condamnées à payer 1,7 milliard d’euros au mois de décembre, et de nombreuses enquêtes sont encore en cours.

HSBC paie 2,5 milliards de dommages et intérêts

La plainte avait été déposée en 2012 et accusait l’ancienne filiale de la banque (Household International) de fraude financière.
En effet, l’institution alors spécialisée dans les prêts et les cartes bancaires émettait de fausses déclarations au sujet de ses prêts afin de gonfler son cours de bourse de façon artificielle et d’attirer plus d’investisseurs.

En Octobre 2013, la sentence est tombée : la banque britannique HSBC a dû payer 2,5 milliards de dollars de dommages et intérêts aux anciens actionnaires de sa filiale.
Rappelons qu’en Europe, HSBC est également très surveillée et a fait l’objet d’enquêtes depuis l’affaire de la manipulation des cours des taux du marché des changes.

Amende exemplaire pour JP Morgan Chase

Entre 2005 et 2008, la banque américaine JP Morgan Chase, avait distribué des titres de créances dont les données avaient été faussées pour tromper les investisseurs.
Il faudra attendre novembre 2013 pour que la banque arrive à un accord et accepte de payer pour 13 milliards de dollars, destinés à compenser les investisseurs et à réajuster les conditions de prêts pour les consommateurs lésés.

D’autres banques, telles la Bank of America, sont concernées dans la crise des subprimes, et il est possible que 2014 soit une année encore explosive en terme de sanctions.

L’affaire Dexia : les emprunts « toxiques »

La France est loin d’être épargnée par les scandales bancaires.
Pendant de nombreuses années, plusieurs banques, dont Dexia Crédit Local, ont accordé des prêts à taux variables aux collectivités locales, en omettant de préciser le niveau de risque réel de ces emprunts (ces derniers étaient effectués dans des devises étrangères).

Résultat : avec la crise, les taux d’intérêt se sont envolés, et les collectivités se sont retrouvées incapables de faire face aux emprunts contractés.
L’affaire ayant été révélée, le tribunal de grande instance de Nanterre a reconnu la culpabilité de la banque, laquelle a fait appel de la décision.
La suite, en 2014…

Dix des plus grandes banques mondiales, condamnées à payer 8,5 milliards de dollars…

pour les saisies abusives de biens immobiliers suite à la crise financière.

En effet, de nombreux propriétaires ont été chassés de leur foyer sans pouvoir se défendre ni même réajuster les conditions de leurs emprunts.
Condamnées à payer 8,5 milliards de dollars les grandes banques américaines, parmi lesquelles JP Morgan Chase, Bank of America, Citibank, HSBC (encore ?), devront dédommager les victimes.
Elles devront aussi mettre en place un service d’assistance afin d’examiner les dossiers au cas par cas et de faciliter les remboursements en modifiant les conditions des emprunts.

La finance en 2014 ?

Ces 5 scandales bancaires ne sont que le sommet de l’iceberg et font partie d’une série noire de nombreuses (trop nombreuses) corruptions et autres manipulations de la part des grandes institutions financières. Beaucoup d’entre elles sont encore en jugement et n’ont pas encore fait l’objet de sanction.

Pour autant, faut-il retirer tout son argent, comme l’y incitait Cantona il y a quelques années ?

Non bien sûr, car la finance est un outil indispensable à l’économie moderne, et permet le progrès humain au travers du financement des entreprises.
En retour les entreprises financées améliorent nos conditions de vie, et nous permettent de faire fructifier notre capital, sans lequel nulle retraite ne serait possible, car nous serions obligés de travailler jusqu’à notre mort !

J’ai simplement voulu rappeler qu’elle n’est pas sans défauts :
Comme un enfant qui teste sans cesse les limites, elle a besoin d’un cadrage sérieux et ferme, sans quoi elle fait n’importe quoi, quitte à se mettre elle-même en danger.

Je suis un passionné d’investissement et de bourse, mais je n’oublie pas que je nage au milieu des requins. Ne l’oubliez jamais non plus.
Remercions les autorités financières de continuer à nous protéger.

Gardez les yeux ouverts et à bientôt,

Sylvain March.