Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Ni bullish, ni bearish, comment trader sur un « marché kangourou » ?

25 juin 2020 / Clemence - Coach EnBourse / Dernière mise à jour : 25 juin 2020 Taureau, ours et kangourou les trois tendances des marchés financiers

Les investisseurs ont pris l’habitude de donner une apparence animale aux tendances qui animent les marchés boursiers. Le « bull » (taureau) trône devant Wall Street, et le couple « bull & bear » campe devant la Bourse de Francfort. Dans le jargon boursier, un marché haussier est souvent qualifié de « bullish » ; un marché baissier de « bearish ».
Un nouvel animal semble s’inviter en cette période d’incertitudes consécutives aux crises sanitaire et économique : le kangourou. EnBourse revient sur cette tendance que l’on appelle le « kangaroo market » ou « marché kangourou », qui émerge peu à peu en raison de la spécificité de la crise actuelle.

Les tendances « bullish » et « bearish » font et défont le marché

Les explications divergent sur l’origine de cette imagerie financière animalière, la plus couramment évoquée étant que le bovin charge vers le haut avec ses cornes (évoquant la hausse) alors que le plantigrade abaisse ses pattes sur ses proies (évoquant une chute).

Un « bull market » se traduit par une progression d’au moins 20% par rapport à un plus bas récent, un « bear market » par une repli de même ampleur depuis un pic de référence.

• Lire aussi : Les Bulls ? Les Bears ? C’est quoi exactement ?

Le taureau et l’ours, symboles des mouvements contraires qui animent en alternance les marchés d’actions, paraissent sur le point d’être supplantés par un autre animal aux directions imprévisibles : le kangourou.

Le plus long bull market de l’histoire des marchés boursiers vient de prendre fin. Près de 11 ans de hausse continue, soit 128 mois, depuis le creux du bear market précédent, datant de 2009.

Cette période, marquée par une hausse constante des cours de bourses et du prix des actions, a été marquée par l’optimisme des investisseurs sur les résultats futurs des entreprises. Elle s’est également accompagnée d’une croissance de l’économie marquée par un PIB en hausse.

Mais mi-février 2020, la crise du coronavirus et les conséquences du confinement de la grande majorité de la population mondiale a provoqué pessimisme, et perte confiance.
Les conséquences économiques provoquées par l’arrêt de pans entiers de l’activité entraînent mécaniquement :

– une contraction économique,
– une période de récession,
– mais aussi une baisse des profits et des bénéfices pour les entreprises.

Mais le bear market a été brutal, mais de courte durée.

Depuis les plus bas observés en mars 2020, après des semaines d’une progression linéaire portée par un soutien monétaire et budgétaire massif ainsi que par des espoirs d’un redémarrage rapide de l’économie à la faveur de la levée des mesures de confinement, l’emblématique marsupial s’est rappelé au souvenir des marchés le 11 juin dernier, au lendemain de sombres prévisions économiques dévoilées par la Réserve fédérale.

Cotation du CAC 40 au 25 juin 2020

Cotation du CAC 40, en UT daily, de mi-février au 25 juin 2020. On peut observer la tendance baissière de l’indice qui atteint son point le plus bas début mars. S’en suit une lente remontée, jalonnée de poussées baissières et haussières. Ces tendances sont spécifiques du « marché kangourou » et sont davantage marquées en juin, signe de l’incertitude des investisseurs suite aux informations liées aux crises économique et sanitaire

Entre le taureau et l’ours : le kangourou

Cette troisième variante, qui avait déjà pu être observée peu après la crise des subprimes de 2008, semble revenir en force en cette période de crises sanitaire et économique.

Le « kangaroo market » paraît vouloir s’imposer en ces temps incertains et se traduit par une succession de mouvements brutaux dans les deux sens, sans véritables règles de durée ou de pourcentages à la baisse ou à la hausse.

Ainsi, l’imagerie du kangourou serait utilisée pour caractériser des marchés très volatils et fluctuants, observant des prix travaillant dans des ranges, sans pour autant que cela se transforme en tendance baissière ou haussière marquée.

Du point de vue de l’investisseur : spéculation court-termiste et endettement

Si les facteurs de soutien restent en place avec des banques centrales accommodantes, des gouvernements réactifs et des indicateurs en amélioration, les marchés sont très instables.
Ils évoluent très fortement d’un jour à l’autre, selon le flux d’informations, aussi bien sur le plan économique que sur le plan sanitaire.

La fragilité des marchés s’explique notamment par le raccourcissement de l’horizon des investissements.
Mais également par la forte activité de trading de particuliers recherchant des gains à court terme, sans se soucier de la qualité des entreprises sur lesquelles ils investissent.

La crainte d’une résurgence de l’épidémie de coronavirus, avec une hausse des nouveaux de cas de contamination en Chine, et dans des États clés américains comme l’Arizona, ou la Floride, ont ramené de la volatilité sur les marchés.

Par ailleurs, Les inquiétudes sur la vigueur de la reprise ont sapé l’optimisme des marchés : les difficultés des entreprises, la hausse du ratio d’endettement public et privé, les faillites provoquées par le confinement, et un comportement des ménages qui devrait rester prudent en matière de consommation.

Infographie de la Banque mondiale présentant les attentes en matière de croissance des zones régionales d'ici 2021

Infographie de la Banque Mondiale (juin 2020) présentant les attentes en matière de croissance des zones régionales d’ici 2021. Il est intéressant de constater que ces pourcentages sont donnés à titre indicatif et que l’institution envisage un retour prépandémique des activés économiques dès 2021. ce que l’actualité de cette fin du mois de juin remet peu à peu en question…

Pour conclure

En Europe et aux États-Unis, l’insolente santé des géants de la technologie ou de certaines valeurs dites « refuge » masquent pour l’instant la vulnérabilité de nombreux acteurs des secteurs impactés par la crise. Ce que l’on nomme les secteurs / valeurs cycliques.

Ainsi, à titre d’exemple, les pertes cumulées subies par les entreprises européennes pourraient ainsi excéder 720 milliards d’euros d’ici à la fin de l’année, voire dépasser 1 200 milliards d’euros en cas de scénario défavorable, selon les dernières estimations de de la Commission européenne.

Si certains secteurs restent particulièrement instables, comme ceux du tourisme, du secteur aérien, sur lesquels il convient d’être averti avant d’investir son capital ; les fluctuations pourront permettre à l’investisseur de revenir sur certaines valeurs, dont les prix auront retrouvé une certaine attractivité : certains grosses capitalisations des indices offrent ainsi de très beaux rendements et restent solides en matière de résultats 2020 et à venir.

L’avenir paraît donc flou, avec une dispersion des attentes colossale et une confiance des investisseurs susceptible de s’effriter à tout moment, ce qui pourrait permettre au kangourou de régner durablement sur des marchés fébriles, aux dépends de ses comparses ours et taureau…

Pour en savoir plus :
Contexte de crise : la stratégie du Stock picking
Coronavirus : l’opportunité Boursière de la décennie !

Clémence,
Rédactrice financière pour EnBourse

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE
DERNIÈRE FORMATION