Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Crise des Subprimes

En septembre 2008, la banque américaine Lehman Brothers fait faillite, plombée par des crédits immobiliers hypothécaires, les « subprimes », destinés aux ménages américains modestes.
Les bourses mondiales plongent, le monde entier entre dans une grave crise économique dite de la « Grande Récession », comparée à la grande dépression de 1929.

Les séquelles de cette crise des subprimes se font encore sentir aujourd’hui, de nombreux pays n’ayant toujours pas retrouvé leur niveau de richesse d’avant la crise.

Sommaire

Crise des subprimes

Aux origines de la crise : qu’est-ce que les subprimes ?

Pour répondre à la promesse de Bill Clinton de faire des États-Unis un pays de propriétaire, les « subprimes » ont largement été popularisés à partir des années 2000.

Alors que les emprunteurs traditionnels sont dits « prime » en raison des garanties qu’ils apportent, les ménages modestes ou précaires, peu solvables, sont eux appelés « subprime » car ils ne remplissent pas les conditions pour souscrire un emprunt immobilier classique.

Les emprunts qu’ils contractent sont gagés sur la valeur de leur bien immobilier (une hypothèque), qu’ils espèrent voir grimper.

Les crédits des « subprime » sont donc un mécanisme financier qui donne un accès facilité au crédit, asservi d’une surprime liée au risque.. Leurs taux d’intérêt sont fixes à la souscription, et deviennent variables au bout de deux ans.

Dans un contexte de taux très bas et de liquidités abondantes, l’engouement pour ces « subprimes » est réel : ils représentent 13% des prêts immobiliers en 2007 contre 2,4% en 1998.

La Titrisation des subprimes

Afin d’augmenter leur rendement, les banques se livrent à ce qu’on appelle la « titrisation » des dettes subprimes.

Ces dernières sont transformées en titres, sorte d’obligations, qui sont ensuite intégrées dans des produits financiers.
Ces nouveaux instruments financiers sont considérés comme « fiables » par les agences de notation, dont le rôle est de mesurer le risque liés au remboursement des dettes. Un AAA – la meilleure note, leur est même décerné.

Mais en 2006 et 2007, la Réserve fédérale américaine (FED) augmente fortement ses taux directeurs.
Les ménages peu solvables qui avaient contracté des crédits « subprimes » à taux variable voient leurs mensualités croître de façon exponentielle et leur dette s’alourdir.

Incapables d’honorer leurs engagements, ils n’ont d’autre choix que de mettre en vente leur maison pour rembourser leur dette.
De très nombreux ménages se retrouvant dans la même situation ; la pléthore de biens immobiliers entraîne une crise et un effondrement des prix.
Devant l’impossibilité de rembourser leurs dettes, les saisies et des faillites en cascade se multiplient.

De la crise immobilière américaine à la récession de la zone euro

Et par voie de conséquence, les instruments financiers basés sur les titres de subprimes, affublés de la note AAA, se retrouvent sans valeur. Les banques subissent de plein fouet la dévalorisation des actifs adossés à ces prêts immobiliers et sont dans l’obligation d’intégrer ces pertes potentielles à leurs bilans. Les fonds propres des banques se réduisent dangeureusement.

Et parallèlement, à cette période, les stratégies des banques centrales en Europe et aux États-Unis s’opposent. La BCE remonte fortement ses taux, alors que la FED les baisse pour stopper l’hémorragie de la crise immobilière, bancaire et sociale.
Par conséquent, le dollar dégringole alors que l’euro s’apprécie.
Face à la faiblesse du dollar (1€ pour 1,60 $) et en raison des incertitudes régnant sur les marchés boursiers, les investisseurs se replient vers d’autres valeurs « refuges » : l’or et l’ensemble des matières premières, dont le pétrole qui voit ses cours s’envoler à plus de 150$ le baril.

Tous ces événements cassent la croissance, et entraînent la zone euro dans une récession dès le 2ème trimestre 2008.

Faillite de Lehman Brothers & crise financière

Le pire reste à venir. En septembre 2008, la faillite de la quatrième banque d’affaires américaine, Lehman Brothers, championne des produits subprimes devenus toxiques, va provoquer une panique généralisée du monde de la finance.

Les banques restreignent l’accès au crédit, ce qui se répercute sur l’économie réelle : les ménages réduisent leur consommation et les entreprises ont plus de difficultés à investir. Le chômage augmente…
La crise financière se transforme en crise économique et sociale. Les risques d’effondrement du système financier mondial, appelé faillite « systémique » sont de plus en plus prégnants.

Les marchés boursiers s’écroulent. Le 9 mars 2009, les principaux indices boursiers touchent des plus bas : le Dow Jones (~6300 points) et le CAC 40 (~2500 points) ont perdu en 18 mois près de 55% de leur valeur respective.

Pour permettre à l’économie mondiale de se reprendre, les États lancent dès la mi-2009, un large plan de relance budgétaire de plus de 5 000 milliards de dollars à l’échelle de la planète (politique du Quantitative easing) :
Et parallèlement :

  • les dirigeants décident d’abaisser fortement les taux directeurs des banques centrales ;
  • alors que les politiques prêtent massivement aux établissements bancaires pour leur éviter la faillite.

Crise des « subprimes » : une contagion mondiale !

La majorité des pays ont finalement été affectés par la crise américaine issue des crédits toxiques.
Pourtant, seuls des ménages américains avaient contracté des prêts immobiliers « subprimes » octroyés par des établissements bancaires principalement américains.

Mais par le biais de la titrisation, les subprimes n’étaient pas seulement détenus par des établissements financiers américains. Les banques européennes ont notamment investi dans ces placements notés AAA.

Á titre d’exemple, en France, la BNP Paribas a annoncé en août 2008 avoir gelé trois fonds composés de titres adossés aux subprimes, pour un montant de 2 milliards d’euros.

Quelles conséquences de la crise des « subprimes » ?

  • Échaudés par la crise des subprimes, les États ont durci les règles de la finance mondiale.
    Les ratios de fonds propres exigés au sein des banques ont été renforcés, de même que les moyens alloués aux autorités de supervision.
    Par voie de conséquence, les banques se sont plutôt désendettées.
  • La démesure de moyens et l’utilisation sans relâche de la planche à billets a permis à la croissance mondiale de redémarrer dès la fin 2009. Mais elle a donné naissance à une nouvelle crise : celle de la dette publique.
    En effet, les États, en injectant massivement des liquidités, ont fortement accru leur taux d’endettement.
    Ainsi, entre 2007 et 2014, la dette publique mondiale a augmenté annuellement de 9,7% par an, contre 5,8% avant la crise, selon le cabinet McKinsey.
  • Avatar autheur
    Clemence - Coach EnBourse
    Rédactrice financière
    boursopedia Économie Finance Crise des Subprimes

    Devenez contributeur

    Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

    Articles récents

    Nouvelles économiques

    ÉconomieFinance

    Les nouvelles économiques offrent des opportunités pour le trader et l’investisseur dans la mesure où…

    Offre sur le marché boursier

    ÉconomiePrincipes Économiques

    L’offre est un terme économique qui se réfère à la quantité d’un produit ou d’un…

    Livrets non règlementés de placement

    ÉconomieBanques

    Il n’y a pas que l’état qui peut vous proposer des livrets d’épargne « sans…