Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Pays émergents

La croissance économique rapide des pays dits « émergents » attire de nombreux investisseurs, qui voient là une opportunité de plus-value importante sur le long terme.
Leurs prévisions sont-elles fondées ? Et quels sont leurs arguments ?

L'article ne dispose pas d'image mise en avant et vous n'avez pas fourni d'URL.

Qui sont les pays émergents ?

Un pays est qualifié « d’émergent » lorsqu’il présente plusieurs caractéristiques telles que :

une croissance économique continue sur la dernière décennie : cette croissance, permet non seulement d’améliorer les infrastructures du pays, mais aussi de donner plus d’autonomie aux marchés financiers qui dépendaient jusque-là presque entièrement de l’État et qui s’ouvrent aux investisseurs étrangers.

• un PIB par habitant en constante augmentation, mais encore inférieur au PIB par habitant des pays riches.

• des changements profonds au niveau du système politique du pays, qui permettent une ouverture à la mondialisation.

En tête du classement des pays émergents se trouvent les BRICS : Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud.
Le Mexique, la Turquie, ou encore l’Indonésie sont également considérés en pleine transition industrielle et économique.

Pourquoi les investisseurs s’intéressent-ils à ces marchés ?

Ce ne sont pas vraiment les pays émergents en soi qui intéressent les investisseurs, mais les entreprises présentes dans ces pays.

Ces dernières s’ouvrant à la mondialisation se placent sur le marché de l’import/export, ce qui leur permet de se développer rapidement.
De plus, elles travaillent de plus en plus dans leurs propres pays, qui nécessitent toujours plus de bâtiments, de routes, de banques, etc. pour continuer « d’émerger ».
Cependant, le prix de leurs actifs financiers de ces sociétés est encore largement en dessous de ceux de leurs concurrentes des pays développés.

Ainsi, le prix plus bas des titres financiers, associé aux perspectives de plus-values importantes sur le long terme, suffit donc à attirer de très nombreux investisseurs qui peuvent toujours mieux diversifier leur portefeuille.

Investir dans les pays émergents : quels risques ? Et comment les diminuer ?

Bien que ces pays soient en pleine transition, leur économie reste encore fragile.
Et il ne faut pas oublier que leur forte croissance n’a pas forcément autant d’influence sur la rentabilité des valeurs mobilières que l’on pourrait le penser.
De plus, il semble que les pays émergents sont particulièrement touchés par les fraudes comptables
(source « Les Échos : http://www.lesechos.fr/18/10/2007/lesechos.fr/300210695_la-fraude-en-entreprise.htm).

Dès lors, comment savoir si les données financières des entreprises mises à la disposition des investisseurs sont bien réelles ?
Doit-on dans ce cas préférer investir dans les devises de ces pays ? Rien n’est moins sûr, lorsque l’on observe des chutes aussi conséquentes que le Réal brésilien au mois de mai dernier.

Pourtant, ces risques ne semblent pas entamer l’enthousiasme des investisseurs qui continuent d’affluer sur ces marchés.
Pour réduire les risques, ils décident par exemple d’investir dans des entreprises qui tirent plus de la moitié de leurs revenus des pays émergents comme Unilever PLC, ou Nestlé
(source magazine « Forbes » : http://www.forbes.com/sites/moneybuilder/2013/10/08/the-best-way-to-invest-in-emerging-markets/).

D’autres ont le raisonnement inverse, et investissent dans des entreprises présentes directement dans les pays émergents, mais dont la plupart des revenus proviennent de leurs exportations dans les pays développés.
Il existe également d’autres possibilités comme investir dans des paniers d’actions, disponibles au travers de certains fonds communs, spécialisés par exemple dans les zones géographiques correspondant aux pays émergents (pays, continent…).

Enfin, des ETF sont aussi disponibles et reproduisent les indices composés des meilleures entreprises de plusieurs pays émergents.

En conclusion

Si l’on est un investisseur extrêmement prudent et avec une aversion au risque très élevée, les pays émergents ne représentent pas forcément une bonne option d’investissement.
Il n’y a aucune garantie quant à la rentabilité des valeurs mobilières des entreprises de ces pays, et les valeurs des devises sont parfois très instables.

Cependant, si l’on diminue intelligemment les risques liés à ce type d’investissement, les perspectives de plus-value sur le long terme peuvent être encourageantes.
Cela peut être considéré sans aucun doute comme une autre manière de diversifier son portefeuille.

Avatar autheur
Sylvain March

Devenez contributeur

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents

FCPE et SICAVAS

Marchés boursiersFonds et ETF

Si votre entreprise vous propose d’ouvrir un PEE (plan d’Epargne Entreprise), vous pouvez avoir la…

ETN (exchange-traded note) et fonds de cryptomonnaies

Marchés boursiersFonds et ETF

Acheter directement des cryptomonnaies n’est pas une chose facile pour tout le monde. Heureusement, il…