Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Plan de relance automobile : 3 raisons d’investir sur l’avenir

28 mai 2020 / Clem1 Parking automobile

L’économie française est fragile. Elle souffre de graves dysfonctionnements, et a perdu beaucoup de son dynamisme depuis de nombreuses années. La crise du coronavirus agit comme un révélateur : certains secteurs sont sinistrés et la reprise liée au déconfinement s’annonce lente et progressive. Les chiffres officiels ne présagent rien de bon. L’INSEE vient de sortir de nouvelles prévisions, et estime la chute du PIB à plus de 20% au deuxième trimestre. Suite aux annonces du 26 mai dernier visant à relancer la filière automobile, EnBourse revient sur les enjeux liés l’industrialisation de notre pays, et passe au crible les raisons qui peuvent contribuer à relancer l’investissement sur le secteur.

Un secteur en souffrance et en mutation

Déjà en 2019, d’un point de vue conjoncturel, le secteur automobile était en souffrance.
Le ralentissement de l’économie mondiale a provoqué un repli de la demande sur les principaux marchés européens, américains et chinois. Et parallèlement, la guerre commerciale sino-américaine engagée dès 2018, a impacté négativement la confiance des acteurs.

D’un point de vue structurel, l’ensemble de l’industrie automobile est en pleine mutation.
Cet état est principalement lié à l’évolution de la technologie thermique et à la montée en puissance de la voiture autonome et du concept de l’e-mobilité.

Parallèlement, afin de conserver leur attractivité auprès d’une clientèle dont les besoins évoluent, les acteurs du secteur automobile (constructeurs, équipementiers, etc…) doivent s’adapter à un contexte de réglementations accru. En effet, les normes anti-pollution et de protection de l’environnement deviennent de plus en plus contraignantes, et s’internationalisent.

Un plan de relance automobile « made in France » de 8 milliards d’euros

En dehors de certaines considérations concernant le rôle de l’État dans l’économie de marché : à savoir si la vente de voitures relève de ses prérogatives et fait partie de son champ régalien, force est de constater que le plan de relance était attendu !

Les chiffres concernant le secteur automobile sont mauvais. Les acteurs de l’industrie automobile s’organisent : baisse de salaires des dirigeants, suspension ou report du versement de leurs dividendes, diminution des investissements, sollicitation d’aides publiques pour affronter la crise

La mise à l’arrêt des usines de production, les difficultés d’approvisionnement en matériel dédié, l’effondrement de la demande, la fermeture des concessions… Le marché de voitures neuves et d’occasion auprès des particuliers et des entreprises est au point mort, et impacte tous les constructeurs, leurs partenaires et les équipes de sous-traitance.

Et pour soutenir la filière, le gouvernement français a sorti un plan de relance économique doté de plusieurs milliards d’euros.

En échange, il est demandé aux constructeurs de prendre des engagements de « décarbonation » de la filière et de l’amélioration de sa compétitivité.
Pour se faire, trois orientations :

– la localisation en France de leurs activités technologiquement les plus avancées
– le développement massif du véhicule électrique
– le renforcement des relations avec les sous-traitants.

Tweet Emmanuel Macron - Plan de relance automobile 2020

Tweets du Président français Emmanuel Macron, suite aux annonces du 26 mai 2020, présentant le plan de relance économique de l’industrie automobile, et doté de 8 milliards d’euros

Raison 1 – Vers une réindustrialisation de notre pays ?

Il est question depuis plusieurs années de relancer l’industrialisation en France. La crise du coronavirus a remis ce débat à l’ordre du jour, et a pointé du doigt le retard accumulé par notre pays dans ce domaine.

Ainsi, à la fin des Trente-Glorieuses, au milieu des années 1970, notre secteur industriel était florissant, employant près de 6,5 millions de personnes et représentant 28 % du PIB.
En 2018, ses effectifs sont tombés à 2,8 millions de personnes et le secteur industriel français ne contribue plus que pour 10 % du PIB.

Graphique de la DGE - Direction générale de l'entreprise - emploi salarié dans l'industrie en France - TR3 2018

Graphique de la DGE – Direction Générale des Entreprises – montrant la part de l’emploi salarié dans l’industrie en France au troisième trimestre 2018. L’industrie manufacturière emploie 2,8 millions de salariés, soit 11% de l’emploi salarié total, dont 190 000 dans l’industrie automobile

Notons que le secteur industriel représente en moyenne près de 20 % du PIB au niveau européen. Et ce pourcentage est bien au-delà chez certains de nos voisins, comme l’Allemagne et la Suisse.

La France détient malheureusement la palme du pays le plus désindustrialisé d’Europe, alors que la production industrielle, que les économistes appellent « le secteur secondaire de l’économie », joue un rôle moteur.

L’évolution de notre société est passée du secteur agricole (le secteur primaire) au secteur secondaire, qui a évolué vers le secteur tertiaire, celui des services.
L’industrialisation ayant été délaissée, il n’est du coup pas étonnant que la majorité des chaînes de production automobile des constructeurs français se soit tournée vers l’étranger, au Maghreb, en Turquie…
Par conséquent, si l’on prend la valeur ajoutée créée en France depuis quelques années par le secteur manufacturier au sens large, la construction automobile pèse moins que l’industrie électronique et électrique

Ainsi, force est de constater que notre secteur industriel n’est plus qu’à la moitié de ce qu’il devrait être, et ce phénomène de désindustrialisation poussée explique toutes les difficultés que connait notre économie actuellement, cruellement impactée par la défaillance de son secteur tertiaire (tourisme, culture, etc…).

Raison 2 – Relocalisation de la production

Et la réindustrialisation passe par la relocalisation de certaines activités, largement internationalisées pour des raisons notamment de pénurie de main d’œuvre et de coûts du travail.

En contrepartie de ce plan de relance, les acteurs français du secteur ont pris une série d’engagements, notamment en termes de « relocalisation de la production à valeur ajoutée en France » et de « consolidation de la production industrielle » dans l’Hexagone, a précisé le chef de l’État français (…).

Pour en savoir plus, consultez la deuxième partie de cet article dès demain en cliquant ici : fil d’actualités

Pour aller plus loin :
Survivre à la crise : le secteur automobile peut-il se relancer et nous surprendre ?
Crise sanitaire : comment protéger l’industrie française ? Le cas du groupe Renault-Nissan 1/2
Crise sanitaire : comment protéger l’industrie française ? Le cas du groupe Renault-Nissan 2/2

Clémence,
Rédactrice financière pour EnBourse

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE
DERNIÈRE FORMATION