Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement

Attendez ! profitez de notre formation offerte

Box initiation
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

3 étapes simples pour différencier la bonne volatilité de la mauvaise

26 novembre 2020 / Arnaud - Rédacteur Financier / Dernière mise à jour : 8 décembre 2020

La volatilité est une notion quasiment inévitable sur les marchés boursiers. Parfois faible, parfois très forte, bonne ou mauvaise, les opérateurs doivent la reconnaître et apprendre à la gérer pour réussir. EnBourse revient les différences entre bonne et mauvaise volatilité.

Qu’est-ce que la volatilité sur les marchés ?

La volatilité est donc essentiellement une mesure de la dispersion autour d’une valeur moyenne telle qu’elle est observée dans le contexte et le cadre conceptuel d’une distribution probabiliste.

Comme nous discutons de la volatilité du point de vue du risque de marché, cette distribution probabiliste est celle des rendements normaux et/ou log-normaux.

Les facteurs et modèles de risque de crédit sont aussi sensibles aux changements de volatilité que tout autre type de facteurs d’attribution de risque qui interfèrent avec l’univers du risque financier.

A lire aussi : Optimisme des marchés boursiers : quels secteurs en profitent ?

Sur les marchés, il est possible de distinguer la volatilité historique et la volatilité implicite. L’indice VIX donne une indication de la volatilité des marchés. Les traders peuvent traiter cet indice au travers de contrats à terme (futures) ou encore de CFD.

Donc, une fois que nous avons une mesure de la volatilité, nous pouvons développer une mesure du niveau de tolérance au risque et aussi une façon de quantifier l’appétit de l’investisseur pour le risque :

Si l’investisseur a une « aversion pour le risque », alors il ne devrait avoir que très peu ou pas du tout d’appétit pour la volatilité elle-même. Par exemple, les actions dont la valeur bêta est (très) inférieure à 1,00 sont sélectionnées.

Si l’investisseur est « preneur de risques », alors il devrait préférer des niveaux plus élevés de volatilité, par exemple, les actions avec une valeur bêta > 1,00 et au-delà sont sélectionnées.

Si l’investisseur est « neutre sur le plan du risque », il doit avoir un appétit très équilibré pour la volatilité, par exemple en sélectionnant des actions dont la valeur bêta est égale ou supérieure à 1,00.

Trading

La volatilité est inhérente aux marchés et il est important de la comprendre pour réussir à la dompter.

Il va sans dire que la règle d’or de l’économie financière nous dit qu’un risque plus élevé doit toujours s’accompagner d’un niveau de rendement potentiel plus élevé.

3 étapes pour reconnaître une bonne volatilité

La volatilité peut se révéler bonne ou mauvaise selon les situations. Voici 3 points clés pour vous aider à différencier la bonne de la mauvaise :

1) La volatilité est-elle bonne pour les traders à court terme ?

À court terme, pour une transaction ou une position particulière, cela dépend toujours de la transaction ou de la position que le trader traite à ce moment-là.

Chaque transaction et chaque position que vous pouvez avoir sur les marchés est en fait un pari sur la direction d’un marché (cours des actions, taux d’intérêt, taux de change, etc.), la volatilité d’un marché, ou une combinaison des deux.

Vous pouvez être positionné à long terme (par exemple, lorsque vous achetez une action) ou à court terme (lorsque vous vendez une action à découvert ou que vous la sous-pondérez par rapport à votre indice de référence).

De même, vous pouvez être long ou court (généralement en utilisant des options sur le titre sous-jacent ou des instruments de volatilité s’ils sont disponibles – par exemple des contrats à terme VIX ou des options dans le cas du S&P500).

Lorsque vous êtes en position longue (long) de volatilité, votre position réalise un profit lorsque la volatilité augmente.

Par exemple, lorsque vous achetez un straddle (une combinaison d’une option d’achat et d’une option de vente en position longue avec le même prix d’exercice), vous réalisez un bénéfice lorsque le titre sous-jacent s’éloigne du prix d’exercice (la volatilité réalisée augmente).

Vous pouvez aussi réaliser un petit profit lorsque le marché s’attend à de meilleures chances de s’éloigner du prix d’exercice (la volatilité implicite augmente).

Si la volatilité n’augmente pas, vous perdrez de l’argent au fil du temps, car les positions longues de volatilité coûtent généralement de l’argent à maintenir dans le temps.

Lorsque vous êtes en position courte (short) de volatilité, par exemple si vous prenez l’autre côté de la transaction ci-dessus et vendez un straddle, votre position réalise un profit lorsque la volatilité diminue ou lorsqu’elle n’augmente pas assez vite.

Pour résumer :

Lorsque vous êtes en position longue de volatilité, une volatilité plus élevée est bonne pour vous.

Lorsque vous êtes en position courte, une volatilité plus élevée est mauvaise pour vous.

Lorsque vous êtes neutre par rapport à la volatilité et que votre position ne parie que sur la direction du prix (par exemple, une action qui monte ou descend), la volatilité en elle-même n’a pas d’effet sur votre profit ou votre perte à court terme, mais elle reste importante à long terme.

2) La volatilité est-elle bonne pour les opérateurs sur le long terme ?

Même si vous ne négociez jamais la volatilité directement (pas d’options, pas de VIX, etc.), la volatilité est bonne pour vous à long terme. En effet, il est nécessaire pour vous de réaliser un profit.

Cours Nasdaq

Cours de l’indice Nasdaq de mi-2019 au 27/11/2020 (UT Weekly). Le début de la crise sanitaire en mars 2020 est un bon exemple de volatilité extrême.

La volatilité signifie que quelque chose bouge. Une forte volatilité signifie que le prix d’une action bouge beaucoup.

Même si vous étiez le meilleur trader au monde, vous ne réaliseriez jamais de profit sur une action dont le prix est constant (volatilité nulle).

À long terme, la volatilité est bonne pour les traders car elle leur donne des opportunités. Sans la volatilité, il n’y aurait pas d’opportunités de trading et pas de traders.

3) Quand une forte volatilité est-elle mauvaise ?

Il existe des situations où une volatilité trop élevée peut être néfaste, car la volatilité va de pair avec le risque.

Cependant, dans de tels cas, c’est généralement la mauvaise direction qui fait le mal. La forte volatilité signifie seulement que l’évolution défavorable et les pertes sont trop importantes par rapport au portefeuille.

Une forte volatilité n’est pas mauvaise en soi, mais elle peut le devenir si elle est combinée à une mauvaise gestion du risque (généralement des positions trop importantes par rapport à la taille du portefeuille).

Les choses se compliquent si vous êtes un gestionnaire de portefeuille professionnel et que vous gérez de l’argent pour vos clients. Les investisseurs exigent un rendement élevé et un risque faible.

Lorsqu’il y a deux gestionnaires qui gagnent tous deux 10 % par an en moyenne, mais avec une volatilité différente du portefeuille, la plupart des investisseurs rationnels choisiront celui qui présente une volatilité plus faible (risque plus faible), toutes choses égales par ailleurs.

La volatilité, meilleure amie du trader ?

À court terme, dans une transaction particulière, cela dépend de la volatilité, qu’elle soit longue ou courte. Si vous êtes neutre par rapport à la volatilité, cela n’a pas d’importance directe, mais une volatilité plus élevée peut faire augmenter vos profits ou vos pertes.

À long terme, c’est la volatilité qui nous permet de spéculer sur les marchés. Même lorsque vous êtes un investisseur à long terme et que vous « achetez et conservez », vous ne gagneriez jamais d’argent sans que les prix ne changent.

Lorsqu’une crise des marchés apparaît, la volatilité peut s’envoler et atteindre des sommets (le CAC40 peut réaliser une chute de plus de 10% au moment du premier confinement mais aussi une hausse de 8% lors de l’annonce des premiers vaccins en novembre 2020).

Cela peut présenter encore plus d’opportunités mais il ne faut surtout pas oublier que le risque pour votre portefeuille s’en retrouve décuplé.

Nous pouvons donc conclure en disant que oui, la volatilité peut être bonne ou mauvaise et il faut s’adapter ! Les deux possibilités existent. Ce n’est pas seulement une différence mathématique mais aussi une différence tout à fait perceptible pour votre portefeuille.

Assurez-vous que vous êtes dans la bonne queue du marché au bon moment !

Pour aller plus loin :
Contre-tendance et contre sens : évitez les pièges

Avatar autheur

Rédacteur financier

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE