Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Résultats en chute libre : pourquoi le cours de Rémy Cointreau s’envole ?

6 juin 2020 / Clem1 Tonneaux d'alcool entreposés dans une cave

Le marché de la vente de vins et spiritueux est d’une importance fondamentale pour notre pays. Derrière l’aéronautique, il est le deuxième secteur d’exportation à l’international devant le luxe et la cosmétique. La pandémie du coronavirus et ses conséquences sanitaires et économiques n’ont pas épargné les acteurs de cette industrie. EnBourse revient sur les difficultés rencontrées par le business des vins et des spiritueux, et analyse le cas spécifique du groupe Rémy Cointreau.

Une filière fragilisée

Si l’année 2019 a été très bonne pour les exportateurs de vins et spiritueux, avec une hausse de 0,7% des volumes et 5,9% de la valeur, la profession s’inquiète d’une année 2020 qui s’annonce très difficile.

Ainsi, les spécialistes constatent une double tendance qui impacte actuellement de plein fouet les activités de la filière :
– une baisse de la consommation d’alcool au niveau national
– une décroissance du marché qui s’accélère

Entre sanctions américaines, Brexit dont les modalités sont encore floues, et épidémie du coronavirus qui s’est répandue de la Chine au reste du monde, les craintes concernant les trois premiers marchés d’exportation sont majeures.

Les 3 marchés d’exportation durement impactés

  • US : En octobre dernier, Donald Trump a relevé les taxes douanières sur les vins français, alors que les États-Unis sont le premier débouché à l’exportation des producteurs de l’hexagone – la moitié de la production de Cognac est par exemple vendue au pays de l’Oncle Sam. Á noter que ni les vins italiens ni ceux du Portugal ne sont touchés par une décision similaire, renforçant ainsi leur compétitivité face aux vins français.

  • Grande-Bretagne : Les acteurs de la filière attendent un nouveau coup dur avec le Brexit d’ici la fin de l’année, qui devrait limiter les débouchés.

  • Asie : Depuis la fin 2019, déjà en raison des manifestations à Hong Kong, la pandémie du Covid 19 a également des conséquences lourdes sur l’un des marchés les plus dynamiques pour les spiritueux.
    A savoir l’Asie avec la Chine et le Japon qui ont drastiquement limité leurs importations d’alcool en provenance de l’hexagone.

  • Cartographie du marché du Cognac en 2019 - Rapport janvier 2020

    Á titre d’exemple, les principaux marchés d’exportation pour les ventes de Cognac en 2019 se sont concentrés sur 3 zones : les États-Unis en forte hausse, le « Moyen-Orient » comprenant l’Asie avec la Chine ; et l’Europe

    Rémy Cointreau : des résultats trimestriels moins catastrophiques que prévus !

    La filière des vins et spiritueux a été, comme le secteur du tourisme, immédiatement frappée par les mesures de confinement et le ralentissement économique de l’activité.

    C’est dans ces conditions que le groupe Rémy Cointreau, spécialiste de spiritueux, et plus spécifiquement dans la fabrication et la vente de Cognac, a présenté ce jeudi 04 juin la publication de ses résultats annuels.

    Le numéro deux français des spiritueux a accusé lors de son exercice 2019/2020 un bénéfice net en baisse de 26,9% pour les raisons évoquées ci-dessus. Le résultat opérationnel courant a reculé de 22% en organique, alors que les analystes tablaient sur une baisse de 24,8%.

    Alors que les prévisions de ventes pour le premier trimestre (clos fin juin) tablaient sur une chute de 50 à 55% de son chiffre d’affaires sous l’effet d’un important mouvement de déstockage en Chine et du ralentissement inédit des marchés européens et américains, le groupe constate ces dernières semaines une évolution plus favorable qui permettra de limiter le repli à 45%.

    Ces résultats sont loin d’être bons. Mais ils restent légèrement supérieurs aux attentes, soulageant manifestement les investisseurs.

    Une reprise lente et progressive

    Le groupe anticipe néanmoins une reprise « très graduelle » de son activité au cours du deuxième trimestre, avec notamment la réouverture de ses sites de production de Cognac et d’Angers.

    Par ailleurs, l’évolution plus favorable de la consommation aux États-Unis – de loin le premier marché du cognac, et la « forte reprise » portée par la Chine pourraient porter le deuxième semestre.
    Le groupe a noté des signes encourageants en Asie où les bars, restaurants et boîtes de nuit ont rouvert plus tôt que prévu dans des zones clés comme Canton et Shanghai.

    Le dividende est maintenu et le titre se défend

    Rémy Cointreau, qui a réitéré son objectif de devenir un « leader des spiritueux d’exception », vise désormais une marge brute de 72% (contre 66 l’an dernier) et une marge opérationnelle de 33% d’ici 2030 (contre 21% actuellement).
    Et à noter que le dividende de l’entreprise, certes réduit à 1 €, a malgré tout été maintenu.

    Depuis le début de l’année, le cours de Rémy Cointreau est en hausse de 13%, et superforme le STOXX 600 qui accuse baisse de 12% depuis le début de l’année.
    La révision à la hausse des perspectives a été saluée par les investisseurs jeudi, le cours de Rémy Cointreau a gagné 11,27% à 124,40 euros, prenant la tête du SRD et du SBF 120.
    Le cours a poursuivi sa hausse le lendemain pour effleurer les 125€, un plus haut pour l’année 2020.

    Cptation de l'action Rémy Cointreau, en UT daily, au 05 juin 2020

    Cotation du titre Rémy Cointreau, en UT daily. On observe la formation d’un canal baissier à compter de la mise en place des droits de douanes par l’administration Trump au dernier trimestre 2019. L’action n’a pas échappé à une forte correction à l’occasion de la crise du coronavirus en mars dernier, atteignant un plus bas à 79€. Après une phase de consolidation autour de 100€, le prix navigue au-dessus de la MM200 et s’adjuge plus de 13% depuis début janvier 2020

    Ainsi, le groupe voit sa capitalisation se rapprocher de 6 milliards d’euros. Certes encore loin du géant Pernod Ricard, qui pèse près de 40 milliards au même moment, mais qui reflète des ratios de valorisation nettement supérieurs, soit 37,8 fois les résultats 2019 contre 26,5 fois pour son concurrent.

    Le plan de relance de la filiale, ainsi que les mesures de déconfinement devraient parachever la reprise du secteur.

    Clémence,
    Rédactrice financière pour EnBourse

    COMMENTAIRES

    Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
    QUI SUIS-JE ?

    Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

    J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

    Egalement auteur financier et formateur,

    je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

    L'objectif ?

    Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

    Découvrez mon histoire ici

    ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE
    DERNIÈRE FORMATION

    Démarrage du Black Friday -40% dans :