Diversification géographique ? Oui, mais pas n’importe comment…

Diversification géographique ? Oui, mais pas n’importe comment…

Diversifier géographiquement votre portefeuille est très utile à plus d’un titre.
Mais avant de vous lancer, je voudrais vous rappeler quelques points importants sur ce que comporte ce type de diversification





La diversification géographique et ses difficultés :

Le premier souci que vous pouvez rencontrer lorsque vous souhaitez vous diversifier géographiquement est de choisir correctement les entreprises.
Mais il peut s’avérer compliqué de sélectionner les sociétés de pays que vous connaissez mal.
Pour la France, l’Europe, ou les États-Unis, vous pouvez facilement avoir accès à certaines données : politique du pays, politique des entreprises, performances passées…

Mais investir dans des zones méconnues comme l’Asie ou l’Amérique du sud peut être beaucoup plus délicat.
Autre inconvénient : un prix de transaction assez élevé, dès que l’on sort de la zone française, et européenne.

De plus, vous devez faire particulièrement attention quand vous investissez dans des titres dont la devise est différente de la vôtre : la conversion de la monnaie peut parfois venir « grignoter » vos performances, c’est ce que l’on appelle le risque de change.

Comment vous diversifier géographiquement en évitant la plupart de ces problèmes ?

Devez-vous laisser ces quelques difficultés vous empêcher de diversifier votre portefeuille ? Non, bien sûr.

Vous ne pouvez pas renoncer à diversification géographique si vous voulez profiter de ses avantages.
Exemple : la croissance n’évolue pas de la même façon dans tous les pays. Lorsque celle-ci est plus élevée dans certaines zones, cela compense la perte de vitesse des autres.
Diversifier géographiquement votre portefeuille d’investissement est donc à la fois une mesure de précaution, qui vise à lisser le risque, mais aussi un élément qui peut dynamiser votre portefeuille à certains moments.

Pour utiliser la diversification géographique, vous avez 2 solutions : investir en direct, c’est-à-dire acheter vous-même les titres un par un (ce qui ne règle en rien les problèmes dont je viens de vous parler), passer par des OPCVM, ou encore mieux, par des ETF.
Vous pouvez bien entendu associer les 2 techniques et investir en direct uniquement dans des sociétés que vous avez pris soin d’étudier convenablement (ex : certaines compagnie américaine), et pour le reste, vous compterez plutôt sur les ETF.

Pourquoi ? Parce qu’ils sont bien moins chers que les OPCVM (pas de frais d’entrée ou de sortie) et qu’en plus, vous pouvez très facilement investir dans le monde entier avec quelques ETF bien choisis, sans vous soucier d’investir en direct dans les compagnies que vous connaissez à peine (ce que je vous déconseille fortement de faire, d’ailleurs). Et enfin, parce que cela vous évitera de payer de frais de transaction trop élevés.

Enfin, n’oubliez pas que même si vous optez pour les ETF, vous devez vous renseigner sur leur composition, de manière à vous assurer que c’est bien le type de traker que vous recherchez.

Récapitulons…

Comme tous les autres types de diversification, la diversification géographique est un excellent moyen de protéger et dynamiser votre portefeuille.
Mais si vous ne connaissez pas les entreprises, préférez utiliser les ETF qui répercutent l’évolution de certains indices, composés d’entreprises étrangères.
Exemple : l’iShares MSCI Brazil UCITS ETF.
Cet ETF répercute l’évolution de l’indice MSCI Brazil Index Net USD dont les ¾ de la composition sont des entreprises brésiliennes.

iShares MSCI Brazil UCITS ETF

À vous de trouver l’ETF qui vous semble le plus adapté : entreprises américaines, asiatiques sauf japon, australiennes, russes, etc.
Rendez-vous chez votre courtier pour accéder à la liste des trakers disponibles, ou si vous le préférez, vous pouvez directement chercher les sociétés de gestion (vous trouverez une liste assez longue chez Morningstar par exemple).

Enfin, dernière recommandation : une diversification géographique ne peut être utile que si vous choisissez des zones très différentes. Si vous investissez dans plusieurs pays de la zone euro, géographiquement, cela n’a que peu d’intérêt. Pour de meilleurs résultats, mieux vaut opter pour des zones totalement différentes comme les pays émergent par exemple.

Utilisez-vous la diversification géographique ?
Donnez votre avis dans les commentaires en dessous de l’article !

Bons trades et à bientôt,

Sylvain March
Trader indépendant, et formateur pour mieux investir en bourse.