Utilisez-vous de travers la diversification ?

Utilisez-vous de travers la diversification ?

La diversification est une étape critique dans la construction d’un portefeuille long terme.
Le problème c’est que dans les périodes de fortes hausses comme actuellement, on est facilement tenté de l’oublier… Voici donc comment bien diversifier :


Définition :

Commençons par une définition :
La diversification est une méthode de gestion de portefeuille, qui consiste à réduire la volatilité (et donc le risque) de son portefeuille en détenant une variété de différents investissements qui ont une faible corrélation entre eux.

Rappelez-vous que l’investisseur intelligent équilibre le risque et l’espérance de gain. Ce n’est pas un pari « tapis » sur une seule action.
Pensez à la diversification comme le fait d’étaler uniformément le risque sur une surface.

Par exemple (personnellement), lorsque je détecte une opportunité risquée, pour chaque euro que j’investis dedans, j’investis également un euro dans un placement moins rentable, mais sûr.

En gardant cela à l’esprit, voici 4 grandes règles de la diversification :

1. Diversifiez entre les classes d’actifs :

Il ne suffit pas d’acheter différents types d’actions : même si elles sont sur des secteurs différents, les actions ont toujours tendance à monter toutes ensemble et chuter toutes ensemble.

Par conséquent, vous pouvez posséder aussi des obligations, des devises, des matières premières, ou de l’immobilier (en direct si vous avez assez d’argent, sinon en parts, comme des SCPI).

2. Diversifiez entre les types de titres à l’intérieur des classes d’actifs :

Il existe différentes façons de détenir les titres d’une classe d’actif : en direct bien sûr, mais aussi via un ETF/tracker (géré passivement) ou une OPCVM classique (géré activement).

L’intérêt est de déléguer une partie de la gestion de votre patrimoine, et/ou de diversifier à moindre coût.

3. Diversifier géographiquement :

On a tendance à l’oublier, mais le monde n’est pas uniformément exposé au risque ni au même moment. En ce moment, on peut constater que certaines zones économiques se remettent ( se sont remises ? ) beaucoup plus vite de la crise que d’autres.

Profitez-en, tout en gardant à l’esprit que les frais et impôts peuvent augmenter sur les investissements à l’étranger.

4. Diversifier par secteur :

Si vous achetez une action Vinci et une action Eiffage, vous n’êtes pas correctement diversifié : ce sont des sociétés du même secteur, et même si l’un des deux peut mieux s’en sortir que l’autre, elles seront toutes deux affectées par une crise de la construction.

Ayez le réflexe de penser secteur quand vous vous intéressez à un nouvel actif. Pensez aussi aux corrélations entre une matière première et une société dépendante de celle-ci !

5. La technique secrète :

Il existe une dernière technique surpuissante, que j’expliquerai dans la ma formation Investisseur Pro, qui sortira d’ici 2 semaines (j’en reparlerai demain) 😉

Passez à l’action : faites une liste de toutes les lignes de votre portefeuille, voire patrimoine, et étudiez votre niveau de diversification en fonction des paramètres que je viens d’évoquer.
Effectuez des arbitrages si nécessaire, dans la mesure du possible (attention aux prises de profits anticipées tout de même), sinon rééquilibrez progressivement avec vos futurs versements.

Bons trades,

Sylvain March.