Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Ratio de liquidité

Les ratios de liquidité désignent les indicateurs fondamentaux permettant d’apprécier l’un des facteurs de solvabilité d’une entreprise.

Plus précisément, ils permettent de mesurer la capacité de l’entreprise débitrice à honorer ses dettes à partir de ses fonds propres ; en d’autres mots, à respecter ses obligations financières de remboursements et de paiement sans avoir à faire appel à des capitaux extérieurs.

Sommaire :

Aperçu du bilan comptable d'une entreprise fourni par atom.finance

Aperçu du bilan comptable d’une entreprise fourni par atom.finance
Les ratios de liquidités découlent de données issues du bilan comptable d’une entreprise

Le principe des ratios de liquidité

Il existe plusieurs ratios de liquidités, selon la méthode de calcul employée et les définitions des actifs et des passifs d’une société.

Notons en particulier le ratio de liquidité générale (current ratio), le ratio de trésorerie (quick ratio) et le ratio de la dette sur les flux de trésoreries liés aux activités d’exploitation (operating cash flow ratio).

La liquidité d’une entreprise se définit comme sa capacité à convertir ses actifs en liquidités à peu de frais et dans de brefs délais. Les ratios de liquidité permettent d’apprécier cette capacité à l’aune des actifs dont dispose l’entreprise.

Plus ces ratios sont grands, plus la liquidité est importante, mieux cela est au point de vue de l’analyse fondamentale d’une entreprise. Un ratio élevé signifie une haute capacité de conversion d’actifs en liquidités.

Une analyse interne de la liquidité consistera à comparer l’évolution dans le temps de cette capacité de conversion pour une seule et même entreprise.

Quant à l’analyse externe, elle permet de comparer la liquidité d’une entreprise avec celle d’autres entreprises, et en particulier d’entreprises concurrentes, appartenant sinon à la même industrie, du moins au même secteur d’activités.

En effet, comparer les ratios de liquidités de secteurs différents, situés sur des zones géographiques différentes, ou dont les tailles sont sans commune mesure n’offre que peu d’intérêt, sinon nul intérêt.

Le ratio de liquidité générale

Le ratio de liquidité générale, souvent rencontré sous son nom anglais de Current Ratio, mesure la capacité de l’entreprise à payer son passif courant, c’est-à-dire les engagements qui doivent être honorés dans le courant de l’année roulante, avec ses actifs courants que constituent ses liquidités, son inventaire et son compte débiteur.

Ratio de liquidité générale = passifs courants / actifs courants.

Le ratio de trésorerie

Le ratio de trésorerie, aussi appelé de son nom anglais Quick Ratio, offre la mesure de la capacité de l’entreprise à honorer ses engagements financiers de court terme avec ses actifs les plus liquides, en d’autres mots, sans recourir à son inventaire.

Sa formule est donc la suivante : (actif courant – inventaire – dépenses prépayées) / passif courant

Le ratio des flux de trésoreries liés aux activités d’exploitation sur la dette

Le ratio des flux de trésoreries liés aux activités d’exploitation sur la dette, aussi nommé operating cash flow ratio en anglais, permet d’apprécier dans quelle mesure les passifs de l’entreprise peuvent être honorés au moyen du flux de trésorerie généré par les activités d’exploitation.

Les flux de trésorerie issus des activités d’exploitation sont d’ordinaire privilégiés comparativement aux revenus nets, car les bénéfices sont plus facilement manipulables d’un point de vue comptable.

Les problèmes afférents aux liquidités d’une entreprise

Les problèmes de liquidités ne sont pas réservés aux petites entreprises. Même les plus grandes firmes, apparemment les mieux installées, n’en sont pas prémunies.

Ils adviennent lorsque l’entreprise n’est plus en mesure de respecter ses engagements financiers, en particulier le remboursement de ses emprunts ou le paiement de ses salariés.

La crise des subprimes de 2008 ainsi que la crise économique due aux mesures de confinement lors de la pandémie de Covid-19 en 2020 ont tout particulièrement posé des problèmes évidents de liquidités aux entreprises dans la quasi-totalité des secteurs économiques.

Une société peut espérer sortir de ses problèmes de liquidité en engageant ses actifs, par une promesse d’hypothèque. Toutefois, cette possibilité est d’ordinaire très limitée pour les entreprises n’ayant pas fait la preuve d’un modèle économique viable. En d’autres mots, si les problèmes de liquidité sont structurels et non simplement conjoncturels.

Différence entre la liquidité et la solvabilité d’une entreprise

Les ratios de liquidités se distinguent des ratios de solvabilité en ceci que la solvabilité prend en compte l’intégralité des obligations financières de l’entreprise, et non uniquement ceux afférents aux remboursements de fonds prêtés.

Alors que les ratios de liquidités intègrent les comptes courants à leurs formules de calcul, la solvabilité intègre également la capacité de poursuite des activités d’exploitation de l’entreprise.

Pour être solvable, une société doit impérativement détenir davantage d’actifs que de passifs, ainsi qu’un compte des opérations courantes supérieur à ses dettes courantes.

Quoiqu’une plus grande solvabilité ne découle pas nécessairement d’une plus grande liquidité, la liquidité demeure un facteur d’importance eu égard à la solvabilité d’une entreprise.

Le ratio de solvabilité se calcule quant à lui en rapportant les passifs de courte et de longues échéances à la somme des revenus nets de l’entreprise, ajusté à l’éventuel amortissement comptable.