Vendez-vous vos actions au plus mauvais moment ?

Vendez-vous vos actions au plus mauvais moment ?

Acheter des actions est une chose. Mais savoir quand les vendre en est une autre.
Avant de vous précipiter, prenez en compte ce que je vais vous expliquer maintenant…








Ne vendez pas vos titres sur un objectif de gain :

Nombreux sont ceux qui s’obstinent à vendre leurs actions une fois que leur objectif de gain est atteint : « L’action a augmenté de 10 % comme je le voulais ? Je vends ! »

Si ce réflexe peut être rassurant pour les débutants (ils sont sûrs d’encaisser un petit profit), il n’est plus du tout pertinent pour les investisseurs professionnels.
Pourquoi vendre alors que tout se passe bien ? Et si une fois le titre vendu, le cours décale encore plus à la hausse, de 15, 20, 50 % ?

Vous voyez bien que ce n’est pas logique…

Le fait d’encaisser ses gains sur un objectif « chiffré » peut vous empêcher de gagner plus d’argent, simplement pour vouloir en encaisser un peu.
Vous devez voir les choses « en grand » et ne pas vous contenter de peu si les probabilités sont en votre faveur : ne sautez pas du train en marche !

Ne vendez pas par désespoir :

Les cours de bourses évoluent de manière cyclique.

Dans les années 80, Stan Einstein a d’ailleurs basé sa stratégie d’analyse technique sur ce principe : le fameux Cycle de Weinstein.

De façon très schématisée, cela donne ça :

Cycle de Weinstein (Cliquez pour agrandir) Phases 1, 2, 3, 4, puis retour à la phase 1…, etc.

Même sans connaître cette méthode, vous vous rendez compte de 2 choses :

– Que le meilleur moment pour vendre est quand la phase de chute s’amorce

– Que le pire moment pour vendre est quand la phase de chute termine

Si vous avez loupé le bon moment pour vendre (que vous pouvez repérer avec des indices graphiques), réfléchissez bien à ce qui sera le mieux pour vous et pour votre portefeuille.

Vendre par désespoir ou dans la panique n’est jamais une bonne idée : même si les choses tournent mal, vous devez rester discipliné et sortir du marché en suivant des règles simples.

Si le titre a fortement chuté, mais que votre stop n’est toujours pas touché, croyez-vous vraiment que vendre vos titres reste la meilleure option ?

Le mieux ? Vous servir des objectifs graphiques

Si les objectifs de gains ne doivent pas représenter un signal de vente, les objectifs graphiques, eux, oui.
Par exemple, vous pouvez décider de rester en position tant que le cours ne franchira pas la moyenne mobile à la baisse. Idem si vous travaillez avec les lignes de tendance.

Si vous préférez les supports et résistances, vous pouvez également prévoir un scénario de clôture de votre position (et donc, de vente de votre titre) si le cours atteint ou dépasse un certain niveau.

Ces objectifs-là sont valides : ils sont les résultats de l’observation du comportement du prix et s’appuient donc sur des indices concrets.

Tout cela peut vous sembler compliqué, mais c’est en réalité plus simple que cela en a l’air. C’est pour vous apprendre à acheter des titres et à les vendre au bon moment que j’ai créé Rentier Pro. Mais cette formation se dirige surtout vers ceux qui souhaitent investir sur le long terme.

En revanche, si vous préférez un horizon de temps plus court, mais que vous voulez quand même gérer un portefeuille d’actions, alors dans ce cas, Relax Trading sera plus adaptée à votre situation….

Comment savez-vous qu’il est temps de vendre vos titres ?
N’hésitez pas à donner vos avis dans les commentaires en dessous de l’article !

Bons trades et à bientôt,

Sylvain March
Trader indépendant, et formateur pour mieux investir en bourse.