Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Il faut sauver le prix du baril !

6 avril 2020 / Clem1 Plateforme pétrolière en filigrane

Depuis l’échec des négociations de l’OPEP avec la Russie début mars dernier, la guerre des prix et des parts de marchés fait rage. Sur fond d’épidémie du Coronavirus qui impacte la demande d’or noir et de baisse des cours inédite, EnBourse revient sur la situation et décrypte les avancées avant la réunion OPEP, Russie et États-Unis qui doit se tenir jeudi 09 avril prochain.

Petite synthèse de la situation

En pleine expansion de l’épidémie du Coronavirus, l’échec des négociations entre les membres de l’OPEP et la Russie début mars, a provoqué une crise de l’offre sans précédent. Alors que la demande de brut observe une chute sans précédent en raison des mesures de confinement qui impactent fortement l’activité économique mondiale, la Russie a tenu tête à l’Arabie Saoudite. En effet, l’Etat russe a refusé de soutenir la proposition de Ryad de reconduire, voire de renforcer l’accord visant à diminuer la production mondiale de pétrole.

L’Arabie Saoudite s’est donc lancée dans une stratégie de gains de parts de marché en diminuant fortement ses prix, et en hissant la production de ses gisements à un nombre record de barils par jour : près de 12 millions par jour. Soutenant leur partenaire, les Émirats-Arabes-Unis et le Bahrein, sont également entrés dans cette spirale de surproduction pétrolière.

La réaction sur les marchés financiers a été immédiate : une chute historique de près de 66% des prix des deux références d’or noir, WTI et Brent. Un plus bas depuis 2002 est même atteint le 30 mars dernier pour chacun des cours, respectivement 21,65$ et 19,27$ le baril. Les prix sont actuellement guidés par l’effondrement de la demande !

Évolution du cours du pétrole WTI en fonction des évènements marquants : coronavirus, réduction de production

Évolution du cours du pétrole WTI : plus bas atteint le lundi 30 mars et remontée du cours suite aux tweets de D. Trump du 02 avril

Une situation délétère de surproduction !

Les analystes, qui estimaient une baisse de la demande mondiale d’or noir début mars à environ 1 million de barils par jour, tablent désormais sur une chute de près de 5 millions de barils, voire même 10 millions, en raison de la crise sanitaire !

Les pays producteurs font désormais face à une accumulation du stock de pétrole qui ne trouve plus preneurs. En effet, les raffineries commencent à limiter leurs opérations, face au problème de stockage que la surproduction massive est en train de créer. Elle serait de l’ordre de 25 millions de barils par jour !

Le Cabinet Goldman Sachs alertait récemment sur le fait que les infrastructures pétrolières, : « les installations de stockage, les raffineries, les terminaux, les navires et les pipelines, atteignent leur capacité maximale, ce qui ne s’est pas produit depuis 1998 ».

Donald Trump en embuscade…

Par le biais d’une médiation, Washington tente depuis mi-mars de renouer un dialogue entre l’OPEP et la Russie, et mettre un terme à la guerre des prix en redéfinissant une baisse de la production entre les différents protagonistes.

En effet, la situation actuelle de demande atone, et de surproduction, est particulièrement inquiétante pour l’industrie pétrolière américaine. Seule une hausse des cours du brut permettra à la production de gaz de schiste de rester viable : le pétrole de schiste a un coût de revient élevé et n’est plus rentable aux cours actuels.

Le Président américain Donald Trump, à la tête du premier producteur mondial d’or noir avec 13 millions de barils par jour, en est bien conscient, et il était attendu vendredi 03 avril dernier par les représentants des producteurs américains du pétrole et de ses dérivés sur ses intentions…

Deux tweets, et les prix repartent à la hausse !

Donald Trump et son homologue russe Vladimir Poutine ont récemment convenu de « l’importance de la stabilité dans le marché international de l’énergie« , selon un communiqué de la Maison Blanche.

Et Donald Trump est allé plus loin, anticipant la tenue d’une réunion extraordinaire des membres de l’OPEP avec la Russie, et une forte limitation de la production sur laquelle il pourrait y avoir une entente.

Le président américain Donald Trump utilise twitter comme une stratégie de communication pour faire évoluer le prix du pétrole

Le 02 avril 2020, série de tweets du Président Américain Donald Trump, anticipant une réunion stratégique de l’OPEP et de la Russie, pour enrayer, voire stabiliser la chute des cours de l’or noir

Inutile de préciser que le marché, particulièrement volatil en cette période, a bien réagit aux sorties du Président américain sur twitter ! Une réaction « optimiste », mais démesurée, est venue effacer une partie des pertes des cours du pétrole : le WTI a flambé de 33% (27,3 $), le Brent de près 40% sur le brut (34,3$).

Une visioconférence pour « détendre » la situation

Cette réunion exceptionnelle des membres de l’OPEP et de la Russie, à laquelle sont également conviés les États-Unis, vise à arbitrer l’ampleur de la diminution de la production entre les différents pays producteurs.

Mais sceller un accord, entre les trois premiers pays producteurs de pétrole, sur des coupes abyssales pour maintenir le secteur sous perfusion est loin d’être encore acquis…

D’ailleurs, la réunion initialement prévue le 06 avril, a été repoussée au 09 avril prochain, et le cadre et l’objet des négociations ne semblaient pas encore arrêtés.
Á suivre, avec prudence.

Liens vers les précédents articles traitant du sujet :
Contre-choc pétrolier de 2020 : enrayer la chute des cours est-il possible ? 1/2
Contre-choc pétrolier de 2020 : enrayer la chute des cours est-il possible ? 2/2
Pourquoi Donald Trump doit sauver l’industrie du pétrole US
Chute du pétrole en négatif : le WTI perd 310% en 24h !
Renouvelable : la survie des pétrolières en jeu

Clémence,
Rédactrice financière pour EnBourse

2 COMMENTAIRES

Trier par :
Trier par :
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
Xavier
7 avril 2020 12:37

merci pour ton topo, il faut sauver le soldat « pétrole » !! est-il possible d’avoir une alerte pour tes articles ?

Sylvain March
7 avril 2020 18:23

Hello Xavier, c’est prévu, mais pas pour tout de suite 😉

En attendant, tu peux installer l’extension Chrome :

https://chrome.google.com/webstore/detail/en-bourse-les-derni%C3%A8res-v/dankcbgoohgpkdhngcicdimffabpokcm/related

Tu verras un petit « 1 » en haut de page, à chaque nouvel article publié 😉

QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE
DERNIÈRE FORMATION

Démarrage du Black Friday -40% dans :