Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Cybercriminalité boursière : Les marchés financiers sont-ils à l’abri ?

9 octobre 2020 / Clem1 / Dernière mise à jour : 9 octobre 2020 Hacker, code et cybercriminalité

L’explosion du numérique et la simplification de l’accès à l’informatique ont donné naissance à une toute nouvelle forme de délinquance. La cybercriminalité est un terme vague et assez large, qui englobe les infractions commises sur la toile. La démocratisation et la globalisation des réseaux sociaux, les multiples possibilités d’anonymisation disponibles sur le web, le caractère souvent international des infractions, et la rapidité à laquelle elles sont commises, offrent aux cybercriminels, « escrocs 2.0 », des opportunités de nuisance sans précédent, à moindre risque et souvent très lucratives.
EnBourse revient sur la cybercriminalité boursière et passe en revue les façons dont elle peut impacter les marchés financiers.

Personne n’est à l’abri !

La cybercriminalité boursière touche non seulement la chaîne des acteurs du monde financier : Bourses, banques, sociétés cotées, agences d’informations financières, courtiers en ligne, et même les régulateurs ; mais également l’ensemble des partenaires concernés par l’information financière : entreprises, cabinets d’avocats, traducteurs, journaux, agences de communication, de relations publiques, etc…

Démultipliant ainsi le nombre de cibles potentielles.

La vulnérabilité des entreprises est bien réelle, mais elles ne sont pas les seules cibles possibles.
Des risques d’intrusion, de vol de données ou d’informations confidentielles en provenance des banques centrales, de grandes organisations étatiques ou des agences de notation, constituent d’évidentes sources de profits pour les hackers.

Etude 2019 sur 300 entreprises et la cybercriminalité

Etude Euler-Hermès réalisée en 2019, auprès de 300 entreprises, sur la thématique de « Fraude et cybercriminalité – Quelle menace pour les entreprises »

Sous quelles formes se propage la cybercriminalité boursière ?

L’intelligence artificielle et les nouvelles technologies facilitent la désinformation boursière.

Les cybercriminels cherchent à mettre la main, avant les autres, sur des informations privilégiées et sensibles, non publiques bien entendu et qui peuvent avoir un impact sur les cours boursiers (chiffres d’affaires des sociétés, statistiques, informations sur les fusions-acquisitions…).
Ces initiés 2.0 spéculent alors avec ces éléments dérobés et engrangent des profits sans risques.

Avec les avancées technologiques en matière d’intelligence artificielle, la cybercriminalité dans le domaine boursier a profondément évolué. Les trois principales infractions relevées restent le délit d’initié, la manipulation de cours et la diffusion de fausses informations.

3 façons dont l’Intelligence Artificielle (IA) révolutionne notre trading

1 ) Délit d’initié

Les autorités des marchés financiers mettent en garde contre les nouveaux comportements numériques des entreprises. La crise du Covid-19 les a en effet amenées à accélérer l’adoption de nouvelles pratiques de travail pour assurer la continuité de leurs activités. Une adaptation qui n’est pas sans répercussions sur leur « cybersécurité ».

Par conséquent, Le délit d’initié devient de moins en moins réservé aux initiés !
Comme nous l’avons évoqué plus haut, tout un ensemble d’acteurs prend part aux opérations stratégiques de développement des entreprises, notamment dans le cadre des fusions et acquisitions. .
Autant de portes d’entrée potentielles pour un cybercriminel qui souhaite se procurer des informations confidentielles.

La technique du phishing est une escroquerie qui consiste à récupérer des données personnelles en piégeant un individu avec un faux courrier électronique. Elle reste la pratique la plus utilisée pour atteindre le maillon faible…

Consultez Boursopedia, le dictionnaire d’EnBourse : Délit d’initié

2 ) La manipulation de cours

Un problème de sécurisation des applications de comptes de trading des acteurs non bancaires a été relevé par les autorités des marchés financiers. Ce sont surtout les applications mobiles de trading qui se révèlent être peu sécurisées, certaines données envoyées aux serveurs concernés n’étant pas chiffrées.

Ainsi, les manipulations de cours sont souvent consécutives de la prise de contrôle de comptes de trading de particuliers.
Dans le cadre de prises de position via ces comptes piratés sur des actions peu liquides ou des penny stocks, dont les cours peuvent varier très rapidement, les hackers cherchent à influencer les tendances.
C’est que l’on appelle la technique du « Pump & dump ».

Par ailleurs, le risque de manipulation d’algorithmes d’intelligence artificielle via des données volontairement erronées et orientées au profit de certains, alors qu’ils représentent déjà 50 % à 80 % des échanges quotidiens sur certaines classes d’actifs, est une véritable menace.

3 ) La diffusion de fausses informations

Faire courir de fausses nouvelles pour manipuler les cours et gagner de l’argent est une pratique ancienne sur les marchés.
Leur diffusion est sans doute l’attaque le plus facile à mettre en œuvre : elle nécessite peu de moyens et peut rester anonyme.

Mais il existe, au-delà de la diffusion de fausses informations directement liées à une société pour en influencer le cours de Bourse, quantité d’autres voies pour arriver à ces mêmes fins.
Et de citer tous les indicateurs qui influencent la Bourse comme les indices de matières premières, la confiance des ménages MCSI (calculé par l’université de Michigan puis transmis à Thomson Reuters), les conditions météorologiques, les tweets de Donald Trump…

Enfin, les « deepfakes » représentent le défi le plus aigu : comment distinguer un deepfake d’une véritable annonce ?

Quelles conséquences pour les entreprises ?

Les cyberattaques sur les sociétés cotées (intrusion, vol de données…) font chuter en moyenne leur cours de 1 % à 5 %, selon les statistiques.
La chute du cours dépend de la gravité des dommages causés et de la sophistication de ces actes de piraterie informatique qui exploitent les failles des systèmes ou l’imprudence des collaborateurs d’une entreprise. Á noter qu’il faut environ 45 jours aux valeurs impactées pour retrouver leurs cours initiaux.

Mais tous les hackers ne sont pas motivés par la recherche de profits (reventes des données, chantage, spéculation à la baisse…).
Par conviction, certains peuvent cibler les symboles du capitalisme financier ou des multinationales pour affecter leur réputation tout en alertant l’opinion publique.
Le groupe activiste américain « Yes Men » a ainsi ciblé Chevron pour son manque de respect de l’environnement ou General Electric pour son optimisation fiscale.

Logo Autosignal Logo Autosignal
recevez automatiquement
les meilleurs trades
chaque jour, sur tous les marchés, détectés par
intelligence artificielle
Être informé de l'ouverture

Pour aller plus loin : Autosignal : les secrets d’une technologie de trading 🤫

Clémence,
Rédactrice financière pour EnBourse

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE
DERNIÈRE FORMATION