Comment décupler sa chance en Bourse : le secret absolu

Comment avoir de la chance en Bourse : le secret absolu

Aujourd’hui, je vais vous révéler le secret absolu, pour décupler votre « chance » en bourse.
Sceptique ? La réponse n’est probablement pas ce que vous pensez…

Les inégalités entre les Traders

J’ai pu observer sur certains floors, des traders qui avaient beaucoup de chance.

Mais aussi d’autres qui n’en avaient aucune.

Les traders « chanceux », pas inondés par les problèmes, prennent tranquillement leurs positions, dans de bonnes conditions.

Comme ils ont gagné la confiance de leurs clients, ils ont le temps de faire des plans, préparer leurs trades, et éviter la « navigation à vue ».

Pendant ce temps, certains se prennent la tête entre les mains, et reçoivent des coups de fil de clients inquiets (voire en colère) toute la journée, le sort semble s’acharner contre eux.

Pourtant ils travaillent tout autant, ont fait les mêmes études, la même formation. Ils sont intelligents. Ça ne peut être donc que la chance.

Il en va exactement de même pour les traders particuliers.

Certains sont toujours sur les bons coups, et gagnent de quoi réinvestir encore plus dans de nouveaux bons coups…

« L’effet boule de neige » de Warren Buffett à l’état pur.

Mais alors, quel est le secret de leur chance ?

Avant de vous le révéler, laissez-moi vous raconter une petite histoire : la mienne.

Aujourd’hui, je gagne très bien ma vie. Je n’ai aucun patron, je ne suis pas non plus l’esclave de mes clients. Et je n’ai aucune contrainte géographique.
Si je ne veux pas travailler pendant quelques jours, rien ne m’en empêche non plus.

Mon travail ne me procure presque aucun stress, contrairement aux traders pour compte de clients, qui ont la responsabilité du capital des autres entre leurs mains.

Pour couronner le tout, j’ai beaucoup de temps libre, notamment pour m’occuper de ce blog.

Pour vous donner un exemple concret, ma compagne va peut-être bientôt être mutée à Paris: aucun problème pour moi, mon business tient dans mon Sony !

Au contraire même, je suis persuadé qu’il ne faut pas rester trop longtemps au même endroit, car la routine est l’ennemie des opportunités.

Bref, c’est le rêve. Honnêtement, j’adore ma vie aujourd’hui. Mais cela n’a pas toujours été le cas…

Il y a quelques années, je travaillais dans le secteur informatique. Le travail était mal payé et peu gratifiant.
Un de mes seuls plaisirs, comme j’étais passionné de bourse, était mes interventions en salle des marchés.

Je voulais en faire mon métier, mais je ne gagnais pas assez pour tout plaquer :
ce dilemme intérieur a duré DES ANNÉES.

Et puis, le décès d’un proche dans ma famille m’a fait réaliser que la vie était courte, et qu’au fond, rien n’était vraiment grave face à la mort.

Qu’est ce que j’ai fait ? J’ai décidé de…

M’ENGAGER.

J’ai quitté mon job, et je suis parti pour un tour du monde, alors que je n’avais pas droit au chômage (j’étais indépendant), et loin d’avoir un pactole de rentier !
En une semaine, j’aurais très bien pu cramer tout mon capital, et me retrouver absolument SANS RIEN, perdu au bout du monde…

Pourtant, ce n’est pas du tout ce qui s’est passé.
J’ai appris des tonnes de choses, j’ai rencontré des personnes formidables, et surtout j’ai travaillé comme un fou, en croyant que tout ce que je faisais allait réussir : je n’avais plus le choix.
J’ai évidemment aussi beaucoup travaillé. 12 à 15 heures par jour les premiers mois.

Toutes les fois où j’ai accompli quelque chose de grand dans ma vie, c’est les fois où j’ai enlevé le mousqueton de sécurité, et grimpé sans corde.

Tout ça pour vous dire, qu’au-delà des diplômes (je n’ai aucun diplôme de finance), au-delà de l’intelligence (j’ai eu 10,1 de moyenne au Bac), au-delà du patrimoine de départ (je suis fils d’une mère célibataire, qui était simple fonctionnaire), l’important c’est votre attitude.

L’attitude qui consiste à avoir la foi, et à s’engager totalement dans son objectif de vie.
D’ailleurs ce conseil est valable, quel que soit votre but, bourse ou autre, professionnel ou personnel.

Mon travail en tant que formateur, sur ce blog, est d’essayer de raccourcir au maximum votre temps d’apprentissage.
En revanche, je ne pourrai rien faire concernant votre attitude face à la vie.

Vous pouvez soit cultiver votre malchance, en restant dans le confort et la routine.
Soit cultiver votre chance, en vous engageant totalement dans ce que vous faîtes.

Je vous laisse avec cette célèbre vidéo sur la « chance » d’un professeur de MBA :


À très bientôt,

Sylvain.