Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Aides Publiques de l’État : 500 millions pour Fnac-Darty

23 avril 2020 / Clem1 Logo de l'entreprise française Fnac-Darty

La propagation, de l’épidémie du Covid19, en France et à l’international a entraîné la mise en confinement d’une grande partie de la population mondiale, provoquant une baisse historique de la demande. Les magasins ne fournissant pas de produits dits « essentiels » en France ont été fermés ; les activités de transport dans le domaine aérien ont été réduites à leur minimum. EnBourse poursuit le passage en revue des modalités de « soutien massif » mis en place par l’État français pour soutenir les entreprises françaises en grande difficulté.

Un spécialiste des produits culturels et des services

Fnac, enseigne de distribution française ayant popularisé la vente de produits culturels, a procédé au rachat de Darty en 2017 et 2018 afin d’élargir son offre de service. Le groupe Franc-Darty possède désormais 780 magasins répartis principalement en France et en Suisse (571 enseignes), et à l’international (219 magasins).

La gamme des services proposés à la clientèle est vaste : vente de voyages, mise à disposition d’une billetterie (spectacles, expositions, concerts, etc…), développement de photos, et bien entendu la distribution de biens culturels, électroniques, informatiques et d’équipements type électroménager ou produits Hi-Fi.

Fnac-Darty n’est pas passé à côté de l’opportunité offerte par le e-commerce pour capter une plus grande clientèle, et ce dispositif vient compléter les activités du groupe, à hauteur de 20% de son chiffre d’affaires en 2019.

La distribution en magasin, un secteur en souffrance

Dans l’hexagone, l’activité du groupe est sortie fragilisée de l’année 2019, en raison des grèves ayant touché la mobilité de la clientèle, et a pâti d’une réduction d’une semaine de la période des soldes d’hiver en début d’exercice 2020.

Pour Fnac-Darty, les contraintes sanitaires avec la fermeture de ses magasins en France, Espagne, Belgique, Suisse et bientôt Portugal, ont un impact fort sur ses résultats. Si le chiffre d’affaires du premier trimestre 2020 recule de 7,9%, le rapport confirme aussi la forte hausse des ventes en ligne, et ce dans tous les pays où se trouve l’enseigne.

Le rapport du groupe ne détaille pas les produits concernés par la vente en ligne et s’il s’agit exclusivement de produits dits « essentiels » (alimentation, hygiène, santé) ; mais Fnac-Darty bénéficie des difficultés judiciaires rencontrées par son concurrent direct, Amazon. Dans l’attente du jugement de la Cour d’Appel de Versailles, les six entrepôts de distribution du géant américain resteront fermés jusqu’au 25 avril prochain.

Des mesures d’économie actées pour préserver la trésorerie du groupe

Alors que le Fnac-Darty a été contraint de placer 80% de ses salariés en chômage partiel, la chute des ventes en France, sur le seul mois de mars, accuse un recul de 30%. C’est donc sans surprise, que le groupe a acté, à l’occasion de son Assemblée générale, renoncer au versement de son dividende au titre de l’année 2019 (1,50€ par action détenue) et reporter sine die ses programmes de rachat d’actions prévus en 2020.

L’enseigne n’a par ailleurs pas été épargnée par la réaction des marchés depuis le début d’année : sa capitalisation en Bourse s’est effondrée de près de 50%.

Graphique EnBourse du titre Fnac-Darty

Cotation du titre Fnac-Darty qui affiche une perte de sa valeur de près de 50% depuis le 1er janvier 2020

Par conséquent, Fnac-Darty qui avait déjà prévenu qu’il ne serait pas en mesure de tenir ses objectifs financiers pour 2020, a annoncé par la voix de son Directeur Général, Enrique Martinez que la rémunération globale sera « diminuée de 25 % pendant toute la période durant laquelle des salariés du groupe se trouveront en situation de chômage partiel », tout comme celle allouée aux membres du conseil d’administration. La rémunération fixe des membres du comité exécutif « sera réduite à hauteur de 15 % pendant la même période ».

Ces mesures visent principalement à « sécuriser la liquidité du groupe et préparer la reprise des activités ». Elles sont surtout conformes aux demandes de l’État français dans le cadre de l’aide garantie qu’il pourrait fournir en contrepartie aux entreprises en difficulté.

Premier prêt garanti que l’État français octroie à une entreprise

En complément de ces mesures économiques prises en interne, Fnac Darty est devenu dimanche 19 avril, la première entreprise française à bénéficier du dispositif de prêts garantis par l’État, d’un montant de 500 millions d’euros.

Tweet du Directeur General de Fnac Darty Enrique Martinez

Réaction du Directeur Général du groupe Fnac-Darty suite à l’octroi d’un prêt garanti de 500 millions d’euros par l’État français, le 19 avril 2020

Afin de l’aider à passer le cap de l’épidémie de Covid-19, l’emprunt de Fnac-Darty, dont 70 % est garanti par l’État, et 30% couvert par un groupement bancaire « aura une maturité d’un an, avec option d’extension jusqu’à cinq années additionnelles [avril 2026]« . « Ce nouveau financement permet à Fnac Darty de bénéficier du soutien des institutions bancaires françaises de premier plan, dans un contexte de crise sans précédent« , ajoute le groupe.

Air France-KLM sur les rangs

La deuxième entreprise pouvant bénéficier de l’Aide de l’État pourrait bien être Air France-KLM. Afin de permettre à la compagnie aérienne de traverser la crise, les négociations semblent avancer sur l’octroi de prêts bancaires d’un montant total de 10 milliards d’euros ! L’État pourrait garantir l’emprunt souscrit à plus de 90%, au lieu des 70% prévus initialement.

Pour aller plus loin :
Période de crise : la question de la rémunération des actionnaires
Coronavirus : l’UE peut-elle négocier un plan de relance ?
PEPP et rachats d’actifs : vers une bulle spéculative ?

Clémence,
Rédactrice financière pour EnBourse

6 COMMENTAIRES

Trier par :
Trier par :
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
Cdrik
25 avril 2020 10:06

Merci beaucoup pour ces infos
Je suis novice en bourse, et j’aurai une question:
Connaissant plus ou moins la maturité du remboursement de la dette, n’y a t’il pas une opportunité à investir dans les obligations chez Fnac-Darty ?
Merci

Serge(33)
24 avril 2020 13:47

bravo et merci pour le temps que tu dois passer pour faire ces articles

Frederic65
23 avril 2020 18:16

Merci Clemence pour toutes ces precisions.

QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE
DERNIÈRE FORMATION

Démarrage du Black Friday -40% dans :