Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Calculer la bonne taille de position : réponse à la question d’un lecteur de « Trader Pro »

22 janvier 2013 / Sylvain March / Dernière mise à jour : 23 juin 2020

La chasse aux stops est une des activités préférées des traders professionnels et courtiers qui font contrepartie. Simple et lucrative pour eux, elle cible les capitaux des individuels qui ne comprennent pas bien les mécanismes de marché. Il est donc très important que vous compreniez le système.

La Question

Imaginons que l’on ait 1000€ de capital chez notre courtier.
Après analyse graphique, on détecte un signal d’achat. On va alors calculer la taille de notre position.
Admettons que la position à prendre soit de 600€, on passe donc un ordre à l’achat pour 600€.
Ma question est la suivante : lorsque l’on va détecter un nouveau signal et vouloir passer un deuxième ordre (NdA : en admettant que l’on garde ouverte la première position) : pour effectuer notre calcul de position on va remplir dans la case « capital » 400€ parce qu’il reste 400€ suite au premier ordre ou bien 1000€ ?
Je me dis que logiquement on devrait choisir 400€, mais à ce moment-là, une deuxième question me vient à l’esprit :
Si le premier ordre avait un effet de levier de 2 et donc que l’on avait pris une position de 2000€, cela signifie que l’on ne peut plus passer d’ordre (comme les 1000€ sont partis avec le 1er ordre…) ?

Adapter sa position au produit financier

Déjà, il faut différencier les produits financiers à effet de levier des autres :

  • Si le produit financier n’a pas d’effet de levier (exemple : actions « classiques ») le problème est vite résolu, car si vous avez 1000€ chez le courtier vous ne pourrez pas ouvrir un total d’ordres supérieur à 1000€.
    Donc dans l’exemple de François, s’il à dépensé 600€ pour le 1er ordre, il pourra dépenser au maximum 400€ pour le 2ème.
  • En revanche si le produit a un effet de levier, on peut dépenser en ordres 10, 20, 100 fois (selon votre courtier) son capital déposé ! Aucune limite donc à ouvrir un 2ème ordre de 1000, 2000 ou 10 000€ suite au premier de 600€.

Gérer son exposition totale au risque

La question à se poser va donc plutôt être de savoir quelle perte maximum totale vous souhaitez supporter.
Si vous décidez de ne pas risquer plus d’ 1% de perte de capital par trade, votre exposition monte à 2% de risque sur 2 trades ouverts.

À vous de décider votre maximum. Je vous déconseille d’aller au-delà de 5-6%.

Quelques règles permettent de réduire son risque tout en augmentant sa surface d’ordres :

  • La magie des paliers : si votre 1er ordre est verrouillé à breakeven (zéro), il ne représente plus un risque, donc ne compte pas dans la somme totale.

    Plus d’infos à ce sujet dans ma nouvelle formation.

  • La décorrélation : plus vous choisissez de cumuler des ordres sur des marchés très différents, moins le risque systémique (tout se casse la figure en même temps) a de chances de se produire.

PS : Si vous avez une question que vous pensez qui intéressera tout le monde, utilisez les commentaires plutôt que mon mail pour la poser ! 🙂

À très bientôt,

Sylvain.

5 COMMENTAIRES

Trier par :
Trier par :
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
François
23 janvier 2013 13:34

Merci beaucoup pour votre réponse/article Sylvain ! Tout est plus clair à présent 🙂

Cordialement,

François

Philem
23 janvier 2013 01:49

Ci-après les infos concernant le SRD que j'ai copié sur mon site de banque en ligne. "En Bourse, le SRD, ou Service de Règlement Différé, permet de bénéficier de l’effet de levier et du paiement différé. Achetez et vendez des titres sans avancer de liquidités et profitez par conséquent d'une potentielle hausse ou baisse de leur valeur de manière anticipée ! A la fin de chaque mois boursier, vous percevez ou réglez la différence entre vos achats et vos ventes de titres." Le SRD (Service de Règlement Différé) permet d'investir en Bourse jusqu'à 5 fois vos liquidités disponibles sur votre Compte Titres pour l'achat ou la vente d'actions sur un même mois boursier. Si, à l'issue de ce mois, le prix de vente des titres est supérieur au prix d'achat, vous encaissez le différentiel. Bien évidemment, dans le cas contraire, vous devrez payer ce différentiel. Ce mécanisme d'achat (ou de vente) des titres pour une valeur supérieure au montant de vos liquidités s'apparente au principe de "l'effet de levier" : les plus-values (et les moins-values) peuvent ainsi être multipliées par rapport à une opération « au comptant ». Comptes éligibles du Service de Règlement Différé : L'utilisation du SRD est seulement autorisée sur les Comptes Titres. Il est autorisé sur les valeurs qui répondent aux critères suivants : – leur capitalisation doit dépasser 1 milliard d'euros ; – le volume quotidien de transactions doit excéder un million d'euros. NB : Le SRD n'est pas autorisé sur le PEA." Concernant la couverture : "Pour bénéficier du SRD, il faut : – disposer de liquidités ou de titres (Actions, Obligations, parts d'OPCVM), qui offriront une "couverture", c'est à dire une garantie déposée par le client. Cette couverture permet un effet de levier pouvant aller jusqu'à x5. A défaut de couverture minimum (voir conditions ci-après), et si mise en demeure infructueuse, le courtier se verra dans l'obligation de procéder à la liquidation partielle ou totale des engagements et positions du client, – respecter certaines conditions et règles de couverture fixées par l'AMF : Type de garanties Couverture Levier Espèce ou OPCVM monétaires 20% 5 Obligations, OPCVM obligataires 25% 4 Actions européenne et OPCVM actions 40% 2,5 Autres (actions US, OPCVM non référencé…) 100% 1 "Exemple: Je souhaite acheter 500 actions de la société A avec le Service de Règlement Différé (SRD) en Bourse. Le montant total de mon achat s'élève à 5 000 euros (une action coûtant à cette date 10 euros). Comme je demande à bénéficier du SRD, je réglerai la totalité de mon achat en fin de mois, le jour de la liquidation boursière. En revanche, je dois disposer dès le jour de l'achat d'une couverture égale à : – 1 000 € (20% de 5 000 €) si je choisis une couverture en espèces, bons du Trésor ou OPCVM monétaires. – De 1 250 € (25% de 5 000 €) si je choisis une couverture en obligations cotées ou OPCVM obligataires. – De 2 000 € (40% de 5 000… Lire la suite »

Philem
22 janvier 2013 22:55

Bonsoir Sylvain,

Quand tu écris "•Si le produit financier n’a pas d’effet de levier (exemple : actions « classiques ») le problème est vite résolu car si vous avez 1000€ chez le courtier, vous ne pourrez pas ouvrir un total d’ordres supérieur à 1000€." je voudrais ajouter qu'il existe un moyen d'utiliser un levier (limité mais réel) si on utilise le SRD.

Si notre "couverture" est de 20.000€, on peut passer des ordres pour cette somme.

C'est sans doute moins risqué que les CFD avec effet de levier qui peut-être élevé !

Cordialement

Philem

QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE
DERNIÈRE FORMATION