Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Enjeux du marché du plastique : 4 raisons de vous y intéresser aujourd’hui 1/2

20 mai 2020 / Clemence - Coach EnBourse Marché du plastique

La crise sanitaire liée à la pandémie du coronavirus remet en question les avancées de réduction des déchets plastiques et d’économie circulaire initiées au niveau international. Dans ses deux prochains articles, EnBourse revient sur 4 aspects majeurs de l’économie du plastique : la pétrochimie, le lobby des industriels du plastique, les enjeux du recyclage, et la nécessité de développer des matériaux innovants biodégradables et circulaires…

Raison 1 : parce qu’il est encore question de pétrole !

Dans la grande majorité des cas, le plastique est fabriqué à partir d’énergies fossiles. Alors que le transport ne représente que 55 % de la consommation mondiale de pétrole, les 45 % restants alimentent le chauffage domestique et les activités de pétrochimie.

Les matières plastiques résultent de la transformation du pétrole léger (le naphta) en différents produits synthétiques.
Qui n’a pas entendu parler de propylène, polyéthylène, polypropylène, polyamide ou encore élastomères ?
Ces fibres synthétiques ont la particularité d’être perméables, très fines et beaucoup plus résistantes que la fibre naturelle (laine, coton…).
Nous les retrouvons dans différents produits de consommation courante : de l’habillement, en passant par les accessoires ou encore les emballages.

Masques chirurgicaux ou FFP2, surblouses, gants, chaussons, charlottes, visières, matériel de test… Tous ces équipements médicaux, qui ont cruellement manqué aux personnels soignants, sont fabriqués à base de fibres synthétiques.

Soignants préparant leur habillement de protection

Personnel soignant se préparant pour intervenir dans le cadre de l’épidémie du coronavirus – Capuches de protection, masques, gants, surblouses, sont en fibres synthétiques et fabriqués à base de pétrole

Quant au gel hydro-alcoolique, on retrouve dans sa composition de l’éthylène et du propylène ; et les lingettes désinfectantes reposent sur un mélange de support plastique et de solution alcoolique.

Tous ces produits de synthèse sont à base de pétrole.

Dont le prix s’est effondré ces derniers mois.

Le plastique est donc devenu, encore plus qu’avant et par un concours de circonstances, un matériau compétitif adapté à l’urgence de la situation.

Raison 2 : parce que le plastique n’est pas une mesure barrière

La pandémie du Covid 19 remet bien malgré elle le marché du plastique sur le devant de la scène.
Nombre d’objets nécessaires à la gestion de la crise sanitaire sont en plastique. On pense au matériel cité à titre d’exemple ci-dessous, mais aussi aux visières faciales ou encore aux plaques de protection, à base de plexiglas, commandées pour garantir un espace de sécurité aux clients dans les commerces, les restaurants ou à la plage.

Mais globalement, ce sont les emballages alimentaires, de la grande distribution et des secteurs de la santé et de la pharmacie qui ont connu une hausse de la production dans des volumes très importants.

Le lobby des entreprises de l’emballage plastique essaie de transformer l’essai et vante sa solidarité face à la crise du Covid-19 : « l’emballage garantit un effet barrière (…) la première protection des produits ». Le plastique est considéré comme « un partenaire essentiel dans la lutte contre le virus ».

Pour Nathalie Gontard, ingénieure à l’Inra, cette contradiction s’explique par l’émergence d’un solide argument marketing : « Je pense qu’on a vendu une image pratique, peu chère et hygiénique du plastique. On est dans une situation d’urgence, donc on ne réfléchit pas aux conséquences sur le long terme. »

Et le lobby du plastique l’a parfaitement compris, en essayant de détourner les prérogatives sanitaires à leur avantage.

Alors qu’en Europe, plusieurs produits à usage unique et utilisant la matière plastique ont été interdits récemment ; et que ce type de restrictions s’étend en Chine et au Canada, ainsi que dans trente-quatre pays africains, les industriels font la promotion des mérites des propriétés barrières de leur matériau.

Aux États-Unis ou dans l’UE auprès de la Commission européenne, les acteurs de l’industrie du plastique sollicitent des dérogations visant les interdictions de certains plastiques à usage unique, par précaution sanitaire.

Tweet de la Secrétaire d'Etat à la transition écologique - 29 avril 2020

Tweet de Brune Poirson, Secrétaire d’État à la transition écologique, suite à la requête du lobby du plastique de suspendre l’interdiction de certains produits à usage unique au niveau européen – 29 avril 2020

Pourtant, l’intérêt sanitaire du plastique en cette période d’épidémie est vivement contesté. Les experts sanitaires sont formels : les emballages ne protègent pas contre le virus, car ils sont eux même manipulés.

Plusieurs études ont démontré que le coronavirus pouvait rester plusieurs jours sur les matériaux plastiques. D’après une récente étude de l’Université de Hong Kong, présentée dans le Lancet Microb, le SARS-CoV-2 est particulièrement résistant. Il pourrait survivre 7 jours sur le plastique ou l’acier inoxydable, 4 jours sur du verre, 2 jours sur une surface boisée, 24h sur du carton et moins de 3 heures sur du papier.

Pour en savoir plus, consultez la seconde partie de cet article : Enjeux du marché du plastique : 4 raisons de vous y intéresser aujourd’hui 2/2

Clémence,
Rédactrice financière pour EnBourse

COMMENTAIRES

Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE
DERNIÈRE FORMATION