Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

OST – Opérations Sur Titres

Une opération sur titres (OST) est un changement important qui affecte les actions ou les dettes émises par une société – et, par conséquent, ses actionnaires.

Les opérations sur titres sont généralement décidées par le conseil d’administration d’une société, puis autorisées par les actionnaires. Les émissions de droits, les offres ouvertes, les offres de souscription et les plans d’arrangement sont des exemples d’opérations sur titres.

Il y a beaucoup de choses qu’une entreprise peut faire sur le marché qui affecteront le prix de ses actions. Certaines actions feront évoluer les prix de manière positive, tandis que d’autres peuvent déclencher une réaction négative du marché.

Sommaire :

Les opérations sur titres peuvent être réparties en plusieurs catégories.

Définition et fonctionnement d’une opération sur titres

Une opération sur titres (OST) est une mesure – prise par une société cotée en bourse – qui encourage ou favorise les processus ayant un impact direct sur les actifs émis par la société.

En d’autres termes, toute action (menée par une société) qui modifie de manière significative l’entreprise peut être considérée comme une OST.

Il existe deux principaux types d’OST : obligatoires et volontaires. Une action obligatoire est initiée par le conseil d’administration de l’entreprise. Il peut s’agir, par exemple, de fusions et de scissions d’actions.

Les actionnaires ne sont pas obligés d’agir dans le cadre de ces actions, mais ils en sont les bénéficiaires.

En revanche, un événement volontaire se produit lorsque les actionnaires choisissent de participer à l’action. Dans ce cas, la société ne peut pas agir sans la réponse des actionnaires.

Parmi les exemples d’actions volontaires, on peut citer des événements tels que des problèmes de droits et des offres publiques.

Les sociétés cotées en bourse sont souvent supervisées par un conseil d’administration – des personnes étroitement liées à la société – qui sont élues pour occuper différents postes. Les administrateurs approuvent toute mesure prise par l’entreprise, le plus souvent par un vote.

Dans certains cas, les actionnaires de la société ont la possibilité de voter sur certaines ou sur toutes les mesures prises par la société.

Les actions de l’entreprise ont cependant un impact sur les personnes qui sont liées à l’entreprise. Les parties concernées sont notamment les suivantes :

  • Les actionnaires privilégiés et/ou ordinaires
  • Les parties prenantes
  • Les détenteurs d’obligations

Il existe également des opérations sur titres de différentes catégories impliquant des titres non cotés.

Les principaux types d’opérations sur titres

Il existe un large éventail d’actions qui peuvent être considérées comme des OST :

  • Emission d’actions
  • Emission de droits
  • Fractionnement d’actions
  • Dividende

Les entreprises cherchent souvent à attirer les investisseurs en émettant des actions convertibles ou des actions privilégiées convertibles. L’émission est rendue financièrement attrayante pour les actionnaires sans pour autant céder le moindre contrôle.

Ainsi, des actions privilégiées sont souvent accompagnées d’un droit de vote limité ou nul, ce qui signifie qu’il n’est possible d’exercer aucune influence sur les affaires de la société ou sur les administrateurs qui composent le conseil d’administration.

En revanche, ces actions donnent la priorité sur les autres actionnaires – qui possèdent ce qu’on appelle des actions ordinaires – si la société est liquidée. L’élément de conversion indique combien d’actions nouvelles il sera possible d’obtenir à partir des actions actuelles.

Les entreprises se tournent vers l’émission de droits (offrir des actions à un prix spécial aux actionnaires existants) lorsqu’elles cherchent à lever des fonds, peut-être pour se développer ou pour rembourser des dettes.

Les nouvelles actions peuvent être intéressantes pour les actionnaires car elles sont moins chères que le prix actuel du marché et permettent d’augmenter la participation. Toutefois, les actionnaires ne sont pas obligés de les acheter.

Une offre ouverte donne aux actionnaires la possibilité d’acheter des actions ordinaires de la société à un prix normalement réduit par rapport au prix du marché, proportionnellement à leur participation existante.

Une entreprise qui souhaite attirer de nouveaux actionnaires mais qui estime que le prix de son action est trop élevé pour cela peut organiser une division (fractionnement) des actions pour faire baisser le prix de l’action et la rendre plus abordable.

La société fait le pari qu’une scission d’actions créera une demande pour ses actions.

Ce type d’opération obligatoire ne changera pas la valeur d’une société, mais pourrait bien modifier la perception qu’ont les investisseurs de cette société.

Les dividendes sont des paiements effectués par une société à ses actionnaires à partir de ses bénéfices après impôt. Ces paiements ne sont pas fixes, ils fluctuent comme le prix de l’action d’une société. Ils peuvent être versés une, deux, voire quatre fois par an, ou une société peut choisir de ne pas verser de dividende du tout.

Le conseil d’administration est chargé de fixer les paiements de dividendes et vise idéalement à ce que chaque paiement de dividende constitue une amélioration par rapport à l’année précédente ou, du moins, ne soit pas inférieur.

La demande des investisseurs est généralement forte pour une entreprise qui a toujours fait preuve de générosité dans le versement de ses dividendes. Pour les investisseurs à long terme, le fait de tirer à la fois un revenu des dividendes et une plus-value du cours de l’action offre le meilleur compromis.

On parle de scission lorsqu’une société crée une entreprise distincte à partir d’une partie de ses activités existantes. En général, les détenteurs existants reçoivent des actions de la nouvelle société sur la base de leur participation existante.

Il s’agit d’un événement obligatoire et non d’une demande de la part des détenteurs existants.

Les fusions et acquisitions

Une fusion se produit lorsque deux ou plusieurs entreprises pensent qu’elles réussiront sur un marché encore plus grand si elles unissent leurs forces.

Une nouvelle société est créée, combinant les actifs et les activités des deux anciennes sociétés. Les actionnaires des deux sociétés se verront offrir des actions de la nouvelle société.

Une acquisition (ou rachat) est le fait pour une entreprise de prendre le contrôle d’une autre. Les investisseurs peuvent être nerveux à l’idée d’une acquisition, car ce type d’opération peut être considéré comme hostile.

Lorsqu’une acquisition bénéficie du soutien des salariés et des investisseurs, elle a de meilleures chances de réussir.

Les introductions en bourse

Une introduction en bourse (IPO) est un processus qui consiste à offrir au public des actions d’une société privée dans le cadre d’une nouvelle émission d’actions. L’émission publique d’actions permet à une société de lever des capitaux auprès d’investisseurs publics.

Le passage d’une société privée à une société publique peut être un moment important pour les investisseurs privés afin de réaliser pleinement les gains de leur investissement car il comprend généralement des primes d’émission pour les investisseurs privés actuels.

Parallèlement, elle permet aux investisseurs publics de participer à l’offre.

Il s’agit de la première des opérations sur titres car à partir de ce moment que la société devient cotée. Il existe différentes formes d’introductions en bourse.

Les raisons d’une OST et le choix de l’investisseur

Il y a de nombreuses raisons qui peuvent amener une opération sur titres, par exemple un besoin de trésorerie, la fusion, le détachement d’un dividende, une action très chère…

Certaines OST sont « volontaires », c’est-à-dire qu’elles obligent l’actionnaire à décider d’une ligne de conduite.

L’offre publique d’achat est un excellent exemple d’action volontaire. Parce qu’elle est volontaire, les actionnaires peuvent participer à l’offre publique d’achat ou la refuser. Chaque actionnaire doit soumettre une réponse concernant sa participation.

Tout actionnaire qui choisit d’apporter ses actions à l’offre au prix prédéterminé recevra alors un paiement de la vente.

D’autres sont « obligatoires », c’est-à-dire qu’elles sont menées sans que l’actionnaire n’ait à intervenir. Une fusion est un exemple d’opération obligatoire.

Les opérations sur titres font partie de la vie des actionnaires et peuvent prendre différentes formes. Ce sont des opérations importantes qui peuvent avoir de fortes répercussions sur les titres concernés.