Hyperinflation

Définition de l’hyperinflation

Lorsque le taux d’inflation atteint 50 % (ou plus) par mois, on parle « d’hyperinflation » ou encore « d’inflation galopante ».
Elle est la conséquence de plusieurs facteurs d’ordres économiques, mais aussi psychologiques.

L’un des points de départ responsables d’une hyperinflation est l’augmentation de la masse monétaire décidée par l’Etat et les Banques Centrales : soit en fabricant plus de monnaie papier, soit en injectant des liquidités sous forme de Bons du Trésor par exemple.

La psychologie de la population joue également un rôle déterminant dans le processus puisque c’est en essayant de se protéger contre la baisse du pouvoir d’achat qu’elle fait naître l’hyperinflation par la circulation excessive de monnaie.

Comment se déclenche une hyperinflation ?

Il faut savoir que lorsque un Etat choisi d’injecter en grande quantité des liquidités dans l’économie du pays, les conséquences sont toujours à double-tranchant.

D’une part, cela semble être la seule solution valable sur le court terme. D’autre part, une augmentation trop rapide de la masse monétaire entraîne irrémédiablement une chute de la valeur de la monnaie sur le long terme.
Cela signifie donc une baisse du pouvoir d’achat et une augmentation constante des prix du marché.

L’hyperinflation intervient quand la population craint l’augmentation de l’inflation à tel point qu’elle dépense directement son argent dans des biens physiques ou des services, plutôt que d’être victime de la dévaluation de la monnaie. Par exemple, on assistera à une croissance des achats de métaux précieux (or ou argent) qui représentent une valeur sûre.

Paradoxalement, cette peur généralisée de l’inflation augmente la demande de biens et de services jusqu’à ce que celle-ci soit bien supérieure à l’offre, ce qui entraîne… une nouvelle augmentation des prix.