Gré à gré

Définition de gré à gré

Lorsque les échanges de titres financiers se font directement entre deux individus (l’un vendeur, l’autre acheteur) SANS passer par le marché à terme organisé (la Bourse), on parle de marché de « Gré à gré ».

Les deux parties définissent entre eux les conditions de la transaction qui bénéficient d’une règlementation moins contraignante que sur les autres types de marché.

Le principal risque d’un contrat négocié au gré à gré reste l’absence de contrepartie si l’un des deux signataires ne peut honorer son engagement : sur les marchés organisés, la Chambre des Compensations assure ce rôle.

Quels sont les principaux produits négociés sur le marché Gré à gré ?

Nombreux sont les exemples de transactions de « Gré à gré » (« Over The Counter » en anglais), comme les échanges de Devises de banque à banque, ou la négociation de biens immobiliers.

Certains contrats à termes permettent aussi l’échange de produits dérivés d’actifs sous-jacents (indices, matières premières, actions…) sur le marché de Gré à gré : ce sont les contrats « Forwards ».

Contrairement aux contrats « Future »(qui se négocient sur les marchés organisés), ils ne sont pas standardisés : les termes du contrat sont librement déterminés par les deux signataires.

La Commission Européenne tente de réguler le marché de Gré à gré.

En décembre 2012, la Commission Européenne a imposé une nouvelle règlementation pour tenter de réguler l’échange de produits dérivés sur les marchés de Gré à gré.

Jusque là, le manque de transparence des transactions permettait des prises de risques considérables et les pertes potentielles n’étaient pas couvertes par un « capital de garantie », comme sur les marchés boursiers.

C’est pourquoi parmi les neuf nouvelles normes mises en place, on retrouve notamment l’obligation d’un passage par la Chambre de Compensations et la déclaration des produits dérivés.