Essayez Gratuitement
Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez ! profitez de notre formation offerte Box initiation
Non merci, pas aujourd'hui

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

The Graph (GRT)

The Graph est un protocole d’indexation qui permet de stocker et de rechercher des données de différentes blockchains. Il est considéré comme le « Google des blockchains ».

Sommaire

Moteur de recherche sur téléphone

Caractéristiques de The Graph

The Graph est un protocole d’indexation de données sur la blockchain. Souvent comparé à Google, son rôle est de classer des données émanant d’autres blockchains afin que celles-ci soient facilement et rapidement retrouvables en cas de besoin

Ces données sont regroupées dans des API ouvertes appelées sous graphes qui sont consultables par n’importe qui.

Au total ce sont déjà plus de 3000 sous graphes qui ont été déployés par des développeurs du monde entier.

Ces données sont utilisées par de nombreux protocoles reconnus comme Uniswap, Gnosis ou encore Aave.

Un protocole qui a besoin de données issues d’une blockchain en particulier peut les extraire d’un sous graphe qui stocke l’information de manière décentralisée et transparente.

Au total ce sont déjà plus de 200 indexeurs et plus de 3000 développeurs qui œuvrent pour le protocole.

Liste des réseaux supportés par The Graph
La liste des blockchains supportées par The Graph ne cesse de s'agrandir

Quelle est l’histoire de The Graph ?

Le projet The Graph a débuté en 2017 quand Yaniv Tal a commencé à travailler sur un protocole d’indexation des données spécifique aux blockchains.

Très vite, il est rejoint par deux de ses connaissances : Brandon Ramirez et Jannis Pohlmann. Le projet prend alors de l’ampleur et très vite une levée de fonds est organisée pour mener à bien l’initiative.

C’est ainsi qu’en 2019 l’équipe de The Graph parvient à récolter ses premiers financements auprès d’investisseurs privés.

C’est précisément en février que ce premier tour de table est lancé. Il est mené par Multicoin Capital et est suivi par un autre financement de série A dirigé par DCG & Coinbase Ventures.

Au total le projet réussi à collecter 7,5 millions de $ de financement privé.

Par la suite, la vente de tokens GRT est ouverte au grand public avec une ICO qui a lieu entre le 22 et le 24 octobre 2020. Les participants se voient attribuer 400 millions de GRT, soit 4% de l’offre totale.

Grâce à cette levée de fonds publique le protocole The Graph parvient à récolter 12 millions de $.

Les Tokenomics du GRT

L’offre maximale du token GRT est limitée à 10 milliards d’unités. Le calendrier d ‘émission des nouveaux jetons est prévu pour assurer une inflation autour des 3% par an.

Cette légère inflation provient des récompenses d’indexation attribuées aux différents opérateurs du réseau.

En effet, le GRT est verrouillé dans le protocole par les indexeurs, les curateurs et les délégants pour s’assurer du bon fonctionnement de celui-ci.

Ce verrouillage leur octroie le droit de collecter des récompenses sous forme de GRT.

Le protocole inclus un mécanisme de burn sur ses GRT. En effet, au total ce sont 1% des frais de requête qui sont brûlés pour limiter l’inflation du token.

Quelle technologie utilise The Graph ?

Le GRT est essentiellement un jeton ERC-20, bien qu’il soit désormais aussi disponible sur les réseaux Avalanche ou Solana. Son mécanisme de consensus fonctionne sous forme de Proof of Stake.

Le fonctionnement de The Graph s’articule autour de 3 profils différents d’opérateurs. Ces 3 statuts représentent autant de façons différentes de participer au développement du protocole.

-En premier lieu il y a les indexeurs. Les indexeurs sont des opérateurs de nœuds. Ils ont pour mission d’indexer les données dans The Graph Network à travers les différents sous graphes.

-Viennent ensuite les curateurs comme on les appelle. Leur rôle est de signaler aux indexeurs quels sous graphes doivent être indexés.

-Enfin les délégants sont des personnes lambda, sans compétences techniques pointues, mais qui veulent soutenir le projet et en tirer profit. Ils délèguent alors leurs GRT aux indexeurs pour assurer la sécurité du réseau et touchent en échange des revenus proportionnels à leur délégation.

Il faut aussi citer un dernier rôle pour que le schéma fonctionne : celui de « consommateur ». En d’autres termes, les clients de The Graph qui veulent collecter certaines données. Là il va s’agir le plus souvent de développeurs ou de chefs de projet blockchain qui ont besoin de recueillir certaines données précises.

Les indexeurs gagnent des récompenses grâce à leurs nouvelles indexations et aux frais de requête qui viennent des clients de The Graph.

Les curateurs gagnent quant à eux une partie des frais de requête pour les sous graphes qu’ils signalent.

Pour finir, les délégants se voient reverser une partie des revenus des indexeurs auxquels ils délèguent leurs GRT.

Les avantages de The Graph

The Graph possède plusieurs atouts par rapport aux systèmes traditionnels d’indexation. Tout d’abord, et c’est le plus important, The Graph est un protocole décentralisé.

Contrairement aux services classiques centralisés comme Google, le réseau repose sur différents nœuds et différents acteurs. Ainsi, le risque de censure et de manipulation des données est beaucoup moins présent que sur un serveur centralisé.

Cela en fait également un système beaucoup plus résilient dans le temps avec une capacité à s’adapter plus facilement que des acteurs commerciaux privés.

En outre, les coûts globaux de maintenance du protocole The Graph sont bien inférieurs au coût de fonctionnement d’un serveur et d’une base de données.

Membres de l’équipe

Yaniv Tal

Il est le fondateur et chef de projet de The Graph . Il a travaillé dans l’univers du web pendant près d’une décennie avant de fonder The Graph et il possède une solide expérience dans le développement d’outils pour les développeurs.

Il a découvert très tôt Bitcoin et a commencé à s’intéresser à l’idée de décentralisation dès 2010-2011. Mais le déclic est venu pour lui avec l’avènement d’Ethereum en 2017.

C’est durant cette période qu’il a commencé à travailler sur The Graph.

Brandon Ramirez

Diplômé de l’Université de Californie du sud, Brandon est l’un des cofondateurs de The Graph. Il a notamment travaillé chez MuleSoft, une société d’outils de développement d’API, auprès de Yaniv Tal.

Il avait au préalable déjà fondé Datomic, un framework personnalisé sur une base de données immuable, avant de devenir directeur de la recherche de The Graph.

Jannis Pohlmann

Jannis est diplômé de l’université de Lubeck en Allemagne. Il est également co fondateur de The Graph et a été responsable technique (CTO) de la plateforme durant près de 3 ans jusqu’en 2021.

Avant The Graph il a été consultant pour plusieurs sociétés. Il intervenait dans l’accompagnement au développement d’outils facilitant la création d’applications.

À lire aussi :
Avatar autheur

Rédacteur financier
Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents