Essayez Gratuitement
Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez ! profitez de notre formation offerte Box initiation
Non merci, pas aujourd'hui

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

SushiSwap (SUSHI)

SushiSwap est un exchange décentralisé cross-chain (DEX) de type AMM (Animateur de marché automatisé).

Sommaire

SushiSwap SUSHI

Caractéristiques de SushiSwap

A la différence des CEX (exchanges centralisés), SushiSwap permet à ses utilisateurs d’échanger toutes les paires de cryptomonnaies sans intermédiaire grâce à sa plateforme basée sur la blockchain et l’utilisation de ses smart contracts.

Pour cela, SushiSwap a créé des « pool de liquidité » (LP) où chaque utilisateur est mis à contribution pour ajouter de la liquidité dans ces pools. Elle permet également aux utilisateurs le désirant de créer de nouveaux pools et ainsi fournir de la liquidité à une paire de cryptomonnaies qui n’existe pas encore.

Bien que SushiSwap soit issu d’un fork d’UniSwap, les deux plateformes se définissent comme rivales et concurrentes principales.

SushiSwap se différencie de sa compétitrice en proposant des outils facilitants les échanges et l’utilisation de sa plateforme. Elle a également mis en place un système de récompenses plus attractives pour ses utilisateurs.

Ses récompenses sont reversées en SUSHI, le token natif de SushiSwap.

Quelle est l’histoire de SushiSwap ?

SushiSwap est née d’un fork de la plateforme UniSwap en Août 2020 dont elle était une copie parfaite. SushiSwap a procédé à une attaque vampire et capté les liquidités d’UniSwap vers SushiSwap.

La plateforme et son token ont connu un succès très rapide dans le monde la DeFi. A tel point qu’elle a atteint une valeur plus d’un milliards de dollars bloqués en deux semaines uniquement.

En outre, les jetons SUSHI ont été coté sur la plateforme Binance le 1er septembre 2020.

Les fondateurs sont connus sous les pseudonymes Chef Nomi et 0xMaki. Leur véritable identité est inconnue et très peu d’informations ont été dévoilées à leur sujet. Cependant, il est avéré que le Chef Nomi ne fait plus partie du projet.

Le 5 septembre 2020, le Chef Nomi est accusé d’avoir monté une arnaque en revendant de tous ses tokens SUSHI contre des ETH, emportant ainsi la somme de 13 millions de dollars (selon le cours de l’époque). La nouvelle communauté l’a alors prié de quitter le projet.

Au bord de l’extinction après un mois d’existence, Sam Bankman-Fried, PDG de l’exchange FTX, a pris le contrôle gratuitement de SushiSwap pour maintenir le projet à flot et lui donner un second souffle.

Notons que Chef Nomi a restitué la totalité de ses gains au fond de développement du projet et s’est excusé auprès de la communauté quelques jours plus tard. Cet évènement a rassuré la communauté et sauvé le projet.

Le modèle tokenomics du SushiSwap

Aucun pré-minage n’a eu lieu avant le lancement du token SUSHI. La première frappe de jeton a eu lieu sur la blockchain Ethereum et plus précisément au bloc n° 10 750 000.

Les 100 000 premiers blocs ont permis de frapper 1 000 SUSHI par bloc. Par la suite, un bloc ajoutait 100 SUSHI. Désormais, ce nombre diminue exponentiellement à mesure que le nombre de jetons en circulation approche de l’objectif final

En effet, l’offre maximale a été fixée par la communauté à 250 millions de tokens. Elle a estimé atteindre ce chiffre fin 2023.

Le SUSHI joue un rôle central dans le fonctionnement de sa blockchain. Il sert de récompense aux acteurs du réseau mais il offre également un droit de vote à ses détenteurs dans la gouvernance du système.

Lors d’une transaction sur SushiSwap, des frais de 0,30 % sont facturés et reversés comme suit :

  • 0,25 % pour les fournisseurs de liquidités
  • 0,05 % sont convertis en tokens SUSHI et distribués aux utilisateurs possédant des jetons (et ce même s’ils ne fournissent pas activement de liquidités) grâce au SushiBar.
Projection d'émission de jetons SUSHI. Source : docs.sushi.com

Quelle technologie utilise SushiSwap ?

Tout comme pour UniSwap, SushiSwap fonctionne majoritairement grâce à ses LP.

Pour devenir un fournisseur de liquidité, les utilisateurs doivent fournir à part égale le jeton de cotation et un deuxième jeton plus stable comme Ethereum par exemple. En retour, ils reçoivent des jetons SLP (SushiSwap Liquidity Pool). Ces jetons représentent la part de liquidité qu’ils ont mis en jeu pour cette paire.

En tant que AMM, chaque échange est régit par ces pools où les prix sont ajustés automatiquement selon une équation simple : x * y = k

Où x et y sont les quantités de de tokens déposés dans le pool de liquidité et k est une constante. Cet algorithme permet de stabiliser la liquidité des pools.

Le jalonnement est un élément primordial dans l’univers de SushiSwap. La plateforme a développé SushiBar et un jeton propre : xSUSHI. Ce jeton de jalonnement apporte de la valeur à tous les détenteurs de SUSHI qui jalonneraient leurs jetons.

En pratique, lors des échanges, 0,05 % des frais facturés sont reversés dans le pool SushiBar.

A la distribution des récompenses, tous ces jetons sont vendus pour SushiSwap et répartis proportionnellement à tous les détenteurs de xSUSHI du pool.

Cela génère deux conséquences. Premièrement, le prix du xSUSHI sera toujours plus élevé que le SUSHI. Deuxièmement, le cours du xSUSHI évoluera mécaniquement en fonction du token natif.

Le projet SushiSwap, UniSwap repensé

Comme expliqué précédemment, SushiSwap est initialement une copie conforme de la plateforme UniSwap. Elle a donc hérité de certains avantages notamment le fait de s’appuyer sur le réseau Ethereum.

Cependant, les fondateurs ont imaginé SushiSwap comme une plateforme avec plus de moyens de liquidités et plus décentralisée que ne peut l’être UniSwap selon eux. Ainsi, même si les deux plateformes ont été très proches à une époque, il existe des différences entre SushiSwap et UniSwap.

SushiSwap se permet d’explorer de nouveaux concepts et de développer de nouveaux projets. Ces le cas notamment de sa fonctionnalité baptisée « BentoBox« .

A l’image d’un coffre-fort, la BentoBox permet aux utilisateurs de générer un rendement pour le capital qui y est entreposé. Pour se faire, cette fonctionnalité utilise des stratégies de prêts flash à risque faible (voire quasi nul).

La BentoBox est également une plateforme qui propose des dApps adossées sur SushiSwap. Parmi elles, Kashi. Cette plateforme offre à ses utilisateurs la possibilité de prêter et/ou emprunter des jetons de manière entièrement sécurisée.

Les frais de transactions ont été intégralement repensés, rendant les récompenses plus intéressante que pour sa concurrente.

Un deuxième projet porteur développé par SushiSwap se nomme MISO. Son objectif est d’attirer de nouveaux projets blockchain dans l’écosystème SushiSwap. Cette fonctionnalité propose de développer des fonds qui serviront à financer les projets sans passer par des ICO.

Les membres de l’équipe

Bien que l’équipe fondatrice soit connu uniquement sous des pseudonymes, il existe un acteur connu du grand public.

Sam Bankman-Fried

PDG de la plateforme d’échange FTX, il a pris gratuitement le contrôle de SushiSwap quelques semaines après sa création. Il est diplômé du MIT en physique. Il est également gestionnaire d’actif via la société Alameda Research qu’il a fondé en 2017.

Son rapport à SushiSwap est né après le scandale d’un des fondateurs de SushiSwap.

Avatar autheur

Rédactrice financière
Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents