Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Crise économique

Une crise économique correspond à une dégradation brutale et rapide de la conjoncture « économique » d’un secteur d’activités, d’une zone géographique, d’un pays ou de plusieurs États.

Une telle altération peut ne concerner qu’un seul secteur durant un laps de temps restreint, entraînant par conséquent un simple ralentissement de l’économie mondiale ; ou s’étendre à l’ensemble de l’économie mondiale sur plusieurs années : on parlera alors de récession économique ou, plus grave, de dépression.

Sommaire

machine à écrire et feuille de papier

Différence entre crise économique et crise financière

La crise financière et la crise économique sont deux notions différentes, qui dans certaines conditions, peuvent-être associées.

  • Le jargon populaire qualifie souvent la crise financière de « krach boursier ». Les marchés financiers (actions, obligations…), les banques, et mêmes les États en raison de leur surendettement sont particulièrement affectés par ce phénomène assez récurrent dans l’histoire récente et d’ampleur inégale. Les crises financières les plus graves sont porteuses d’un risque systémique : elles peuvent affecter par ricochet leur environnement, et se traduire par une crise économique.
  • la crise économique est beaucoup plus lourde de conséquences.
    Elle affecte de façon globale ce que l’on appelle « les acteurs » de la vie économique :
    – les entreprises,
    – les administrations publiques,
    – les ménages,
    – les consommateurs,
    – les épargnants,
    – les prêteurs,
    – les banques…

Les crises économiques sont moins nombreuses que les crises financières, mais leurs conséquences sont plus lourdes, et particulièrement sur les acteurs économiques les plus fragiles.

Les causes d’une crise économique

Il n’y a généralement pas un facteur unique qui explique la survenue d’une crise économique.
Il s’agit bien souvent d’une accumulation et d’une conjoncture de paramètres qui provoquent de tels phénomènes économiques parmi lesquels figurent :

  • une crise financière qui regroupe sous une même appellation : les crises bancaire, boursière, du change ou encore de la dette publique
  • une crise sociale qui peut émerger du manque de confiance d’un peuple dans son économie
  • une politique monétaire dès lors qu’elle n’est pas suffisamment adaptée à la situation d’un pays et qu’elle engendre, une bulle économique de surinvestissement
  • un déficit public excessif résultant d’une mauvaise politique économique conduite par un État qui, pour redresser les comptes publics, mène une politique budgétaire de rigueur pouvant causer une crise économique
  • une instabilité politique occasionnée par des guerres ou des révoltes
  • une crise sanitaire mondiale, affectant l’économie réelle et ses acteurs, dans un monde globalisé.

Les conséquences d’une crise économique

La majorité des crises économiques majeures qui ont secoué l’économie mondiale ont lourdement impacté le marché du travail et de l’emploi.
En effet, la crise économique se traduit généralement – en fonction de sa temporalité – par :

  • une baisse des valeurs boursières
  • un accroissement du nombre de faillites d’entreprises en raison d’une baisse de l’activité économique (récession, voire dépression)
  • une baisse du pouvoir d’achat
  • une augmentation du chômage, et souvent, par voie de conséquence, des tensions sociales
  • une baisse du PIB qui peut fluctuer en fonction des pays touchés.

Au niveau international, les pays impactés doivent généralement faire face à une dette extérieure qui croît fortement. De plus, des tensions géopolitiques entre certains pays peuvent apparaître ou croître à l’occasion d’une crise économique mondiale, accentuant les effets dévastateurs conjoncturels.

Quels sont les moyens d’enrayer une crise économique ?

Les crises récentes ont été témoin d’une activité très marquée des banques centrales (américaine, européenne, d’Angleterre), visant à juguler les effets dévastateurs sur l’économie locale de la crise économique.
Ainsi, en réinjectant, en réalité en avançant, massivement des liquidités dans le système financier, ces acteurs de la vie économique tentent de le relancer. C’est ce que l’on appelle le « quantitative easing ».

Parallèlement, en fonction des circonstances, les pouvoirs publics peuvent utiliser les leviers de deux « politiques », afin d’enrayer ou du moins limiter les effets d’une crise économique :

  • La politique monétaire qui consiste à jouer sur les taux d’intérêt
    Cet outil est intéressant pour juguler l’inflation, et peut accompagner une relance par des taux d’intérêt faibles. La fixation des taux d’intérêt est arrêtée le plus souvent par les banques centrales, notamment en Europe. La BCE – Banque centrale Européenne est par exemple garante d’une « inflation maîtrisée » et d’un « taux de change adapté» ; évitant ainsi des risques de forte dévaluation de la monnaie, comme cela fut le cas dans de nombreux pays ces dernières années (Argentine, Vénézuela, etc…).
  • La politique de relance budgétaire peut permettre, dans certaines conditions, de relancer l’économie en favorisant des secteurs d’activités. C’est ce que l’on appelle la relance par le pouvoir d’achat (incitation de la population à consommer tel ou tel produit : par exemple acheter un véhicule neuf)
    Les achats et les investissements directs de l’État peuvent-aussi être privilégiés (comme en France, sous la forme de prêts garantis par l’État qui sont destinés à certains acteurs économiques en grande difficulté).
    Cette politique peut aussi prendre la forme de baisses d’impôts ciblées sur les contribuables les plus modestes, ou de charges sur les entreprises, ou encore par la majoration des revenus distribués (minima sociaux, par exemple).

Panorama des crises économiques mondiales depuis le début du XXème siècle

(Listing non exhaustif)

  • 1929 ou la Grande Dépression
    La chute vertigineuse à Wall Street le 29 octobre crée une panique sans précèdent. Des dizaines de milliers de détenteurs de titres et de spéculateurs perdent tous leurs avoirs. La Dépression touche le monde entier, entraînant des millions de travailleurs dans un chômage de masse sans précédent. Ses effets sont ressentis jusqu’en 1937.
  • 1973 et 1979 : les chocs pétroliers
    Sur fond de conflit armé et d’augmentation drastique des tarifs à l’exportation des prix de l’or noir par l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole – OPEP ; les crises consécutives aux chocs pétroliers, vont entraîner durant plusieurs années une inflation des prix dans les pays industrialisés et une stagnation de l’activité économique.
  • 1982 : crise de l’endettement des pays émergents
    La flambée des taux d’intérêt aux États-Unis perturbe l’économie mondiale. En août 1982, le défaut de paiement du Mexique déclenche une crise bancaire de l’endettement des pays émergents.
  • 1987 : éclatement de la bulle spéculative des actions
    Les cours de la Bourse à New York s’effondrent. En cause, un déficit commercial américain plus important que prévu, la hausse des taux en Allemagne, mais surtout, l’éclatement d’une bulle spéculative des actions. Ce krach a été ressenti de façon mondiale.
  • 1993 : crise économique consécutive à la crise du Système Monétaire Européen (SME)
  • 1994 : crise économique mexicaine
  • 1997 : crise économique du Sud-Est asiatique
  • 1998 : crise financière russe
  • 1998-2002 : crise économique argentine
  • 2000-2001 : éclatement de la bulle internet
    La disparition de très nombreuses sociétés investies dans les nouvelles technologies provoque une onde de choc boursière qui secoue les grandes places financières internationales, et entraîne un fort ralentissement économique mondial.
  • Depuis 2007 : Crise économique dite de la Grande Récession
    En septembre 2008, la banque américaine Lehman Brothers fait faillite, plombée par les crédits immobiliers à risque, les subprimes. Les bourses mondiales plongent, le monde entier entre en récession. Les séquelles de la crise des subprimes se font encore sentir aujourd’hui, de nombreux pays n’ayant toujours pas retrouvé leur niveau de richesse d’avant la crise.
  • 2008 : crise économique espagnole
  • Fin 2009 : crise de la dette publique grecque
    Cette crise entraîne la baisse de l’Euro, et se propage au Portugal, à l’Espagne et même à l’Italie, remettant en cause d’une certaine politique « commune » en Europe
  • 2010 : crise économique portugaise
  • 2012 : crise économique vénézuélienne
  • Depuis début 2020 : crise sanitaire puis économique du Covid-19
Avatar autheur
Clemence - Coach EnBourse
Rédactrice financière
boursopedia Économie Finance Crise économique

Devenez contributeur

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents

Nouvelles économiques

ÉconomieFinance

Les nouvelles économiques offrent des opportunités pour le trader et l’investisseur dans la mesure où…

Offre sur le marché boursier

ÉconomiePrincipes Économiques

L’offre est un terme économique qui se réfère à la quantité d’un produit ou d’un…

Livrets non règlementés de placement

ÉconomieBanques

Il n’y a pas que l’état qui peut vous proposer des livrets d’épargne « sans…