Pourquoi l’analyse technique marche-t-elle si bien ?

Pourquoi l'analyse technique marche-t-elle si bien ?

L’analyse technique est une grande incomprise.
Souvent, elle est soit dénigrée avec dédain, soit appliquée de manière fanatique.
Je vais tenter de vous expliquer ce qui sous-tend le principe de l’analyse technique et la raison de son incroyable efficacité :


Bien comprendre ce que fait l’analyse technique

L’AT, c’est d’abord l’étude des graphiques de bourse.

Quel est le principe de base ?

1 – Avec ou sans l’aide d’indicateurs, je constate qu’une configuration graphique (pattern en anglais) se reproduit régulièrement.
2 – J’étudie le mouvement du prix après cette configuration, et je constate qu’il va plus souvent à la hausse qu’à la baisse.
3 – Je crée des règles d’entrée et de sortie, et lorsque je repérerai à nouveau ce pattern, je me positionnerai à l’achat.

(Et inversement pour un pattern baissier bien sûr.)

De ces études graphiques, on constate plusieurs choses :

– Les patterns baissiers et haussiers sont généralement symétriques.
– Certains patterns sont rares, mais certains reviennent très fréquemment, avec une troublante similitude.
– Plus on utilise d’indicateurs, plus on se déconnecte du prix, et plus les résultats sont mauvais.

Mais qu’est-ce que tout cela signifie ? Il est vite facile de tomber dans l’ésotérisme, ou dans l’excès de calcul mathématiques/géométriques.

Le grand secret de l’analyse technique

L’AT peut finalement sembler saugrenu de prime abord : prédire un cours de bourse (ou du moins une probabilité) en étudiant des figures géométriques sur la cotation du titre !

Voilà de quoi donner du grain à moudre à ses détracteurs…mais la grande erreur est de penser qu’il s’agit là de mathématiques, alors qu’en réalité, il s’agit de psychologie.

Il ne faut pas oublier qu’un cours de bourse est à chaque instant le résultat de la somme totale des ordres d’achat et de vente passés sur un titre donné.
Plus il y a de gens qui achètent, plus le prix monte, et plus il y a de gens qui vendent, plus le prix descend.

Quand certains passent des heures à analyser la valeur d’une société, ou essayer de deviner ce que pensent les investisseurs, l’intégralité des informations diffusées, des pensées, des analyses, des décisions… sont toutes résumées et intégrées dans un simple petit graphique, le seul qui compte au final : celui du prix.

Gardez bien à l’esprit deux choses :

Peu importe la valeur d’une société, son bilan…si personne n’achète son action, le prix ne montera pas. C’est la principale erreur que fait l’analyse fondamentale, en étudiant la santé d’une entreprise.
Ce constat est moins vrai sur le très long terme, car si une société va bien, elle finira logiquement par attirer des investisseurs. Le problème c’est que ce principe ne permet pas de trouver des points d’entrée et de sortie précis et efficaces.

Ce qui compte ce n’est pas ce que les gens pensent d’un titre, mais s’ils l’achètent ou non. Analyser l’évolution du prix d’un titre permet donc d’étudier les actions des investisseurs, et pas seulement leur avis (sans compter les fausses rumeurs).

Par conséquent, l’analyse technique est l’étude du comportement de masse des investisseurs, qui se traduit dans le prix. Chaque pattern correspond à un type de « mouvement de foule » précis. On appelle cela la finance comportementale.

L’effet d’amplification :
Ces vérités étant posées, et partagées par de nombreux traders, on va assister à un effet d’entrainement, qu’on appelle la prophétie auto-réalisatrice :
Au-delà du comportement de base des investisseurs, va se rajouter une couche de spéculateurs, qui vont suivre les investisseurs, et donc encore amplifier le mouvement du prix.

La voie de l’équilibre :

L’erreur serait de devenir un fanatique de l’AT, et ne plus rien étudier d’autre : elle est commise par de nombreux traders, amateurs ou pros.

Même en day-trading (entrer et sortir d’une position dans la même journée ) c’est dangereux, car certaines news importantes peuvent générer des mouvements brutaux et erratiques dans le prix.

L’idéal est de comprendre l’activité de la société et sa tendance fondamentale, puis timer ses entrées et sorties avec l’analyse technique.
Personnellement, j’utilise environ 20% d’analyse fondamentale dans mon trading : plus on mise à long terme, et plus cette proportion doit être importante.

Évidemment, il existe de nombreuses méthodes d’analyse technique :
Certaines marchent, mais beaucoup ne marchent pas : principalement à cause du fait que leurs créateurs empilent des indicateurs, sans avoir compris ces grands principes.

Si vous souhaitez savoir comment je procède, j’ai créé une formation dédiée sur ce sujet : Analyste Technique Pro, que vous trouverez dans l’onglet Formations en haut.

Et vous, quel pourcentage d’analyse technique mettez-vous dans votre trading ?
Réagissez en commentaires plus bas !

À très bientôt,
Sylvain.