Pas encore membre ?

Rejoignez le site
en bourse
  • Formation d'initation offerte
  • Une communauté de trader pour vous aider
  • Accès complet à tous les articles du site
  • Vidéos d'analyse hebdomadaires
  • Et beaucoup d'autres surprises...

Inscrivez-vous sur le site en bourse

50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à votre contenu :

Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...

Attendez !profitez de maformation offerte

50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :

Inscription
Mot de passe oublié

Vous accéderez à la vidéo

dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Taxe sur les transactions financières : la solution pour y échapper

19 septembre 2012 / Sylvain March

Mise en application depuis le 1er août, la taxe sur les transactions financières (TTF) impose les transactions boursières sur les actions des 109 plus grosses entreprises françaises de 0,2% à chaque mouvement. Les solutions de repli efficaces sont multiples : voici quelques conseils pour y arriver.

Je ne veux pas faire de politique sur ce blog, par conséquent, je vais tenter d’être le plus factuel possible et je ne discuterai pas le bien-fondé de cette taxe :
Si vous souhaitez la payer, payez-la. Si vous souhaitez connaître les alternatives, suivez-moi.

Quel est le périmètre d’action de cette taxe ? Quelles conséquences ?

Pour vaincre un ennemi, il faut avoir une connaissance claire de sa façon d’agir.

La taxe sur les transactions financières actuelle, inspirée de la taxe Tobin ( qui l’avait imaginée pour simplement limiter la volatilité sur les taux de change ), impose chaque transaction sur l’achat et la vente réelle des actions de 109 entreprises françaises. Vous pouvez consulter la liste complète ici : arrêté du 12 juillet 2012 sur legifrance
Le prélèvement est fixé à 0,2%, ce qui signifie que si vous effectuez une transaction par mois sur une action, le bénéfice sur le dividende est déjà annulé, sans même compter les frais de courtage, l’imposition sur les dividendes et l’imposition sur la plus-value

Solution 1 : affronter

Si vous souhaitez affronter directement cette taxe, il faut comprendre que son impact fiscal est maximal à un niveau de transactions « moyen » (une par mois).

Par conséquent, vous pouvez :

  • Réduire votre nombre de transactions drastiquement et vous positionner sur les actions classiques simplement en investisseur. Ne spéculez pas et comptez simplement sur les dividendes. Vendez au bout de nombreuses années soit par nécessité, soit pour financer un gros projet (immobilier, entreprise, voyage, retraite…) en espérant faire une plus-value sur le prix de l’action.
    Si vous êtes tenté par cette solution, laissez-moi vous dire une bonne chose : préférez les obligations. En tant que créancier, vous obtiendrez une rentabilité annuelle plus élevée et une sécurité quasi absolue de retrouver tout votre investissement. Pourquoi les banques sont-elles riches ? Parce qu’elles prêtent. Alors, faites comme elles : prêtez 🙂
  • Augmenter votre nombre de transactions drastiquement et vous positionner comme trader. Vous chercherez à compenser la fiscalité par une rentabilité supérieure. Attention, pour que cette solution soit viable, vous devez avoir beaucoup de temps libre et être déjà rentable comme spéculateur ! Sinon vous courez à la catastrophe.

Solution 2 : éviter

De loin mon alternative préférée. Je suis un adepte de la philosophie bouddhiste. Soyez comme l’eau : quand elle rencontre un rocher, elle ne va pas se fracasser contre lui, elle le contourne…

Par conséquent, vous pouvez :

  • Utiliser les produits dérivés. Le champ d’action de cette taxe est très limité : il s’applique uniquement aux actions « classiques ». Vous pouvez donc utiliser les CFD, les options, les ETF, etc. Je vous conseille vivement les CFD : les commissions sont faibles, vous pouvez jouer dans les deux sens, utiliser l’effet de levier
  • Trader sur d’autres marchés. Il n’y a pas que les actions françaises dans la vie ! Il y a les actions de tous les autres pays, mais aussi les changes, les matières premières, les métaux…109 actions sont « perdues », mais des dizaines de milliers d’autres valeurs vous tendent les bras 🙂
  • Enfin, cette loi se voulant limiter la spéculation, il est assez drôle d’apprendre que la taxation n’a pas lieu en intraday, si vous achetez et revendez dans une même journée ! Si vous avez le temps et la motivation pour faire du « day trading », exit la TTF 🙂

Allez-vous mettre en pratique une des solutions proposées dans cet article ? Est-ce déjà le cas ?

À très bientôt,
Sylvain March.

12 COMMENTAIRES

Trier par :
Trier par :
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
dave4
21 octobre 2016 17:43

Il existe des actions comme AXA qui ont une rendement eleve et un risque faible, qui semblent rapporter plus que les obligations.

Sinon je suis de retour a investir en france apres des annees aux US, et les frais de transaction / et cet impot incroyable sur les transactions financieres m’ont hote l’envie de faires des transactions a tout bout de champs.

J’ai pris un panier d’actions comme axa, renault/peugeot, credit agricole et EDF qui boit la tasse en bourse mais me console avec un gros dividende pour de nombreuses annees j’espere. Ah: et Europcar.

Si vous pouvez m’eclairer je vous en serais reconnaissant. Bien a vous.

Trading-Systematique
17 novembre 2012 14:33

À ceux qui seraient intéressés à trader dans une autre devise (je pense au marché Américain en USD), sachez qu'il est possible de vous couvrir contre le risque de change en achetant de l'euro sur le FX.

Lex

trackback

[…] sachez que pour un trader actif, la récente taxe sur les transactions financières, n’est nullement décourageante. Plus d’infos sur un article que j’ai écrit sur […]

trackback

[…] pourrais encore ajouter qu’il n’est pas soumis à la taxe sur les transaction financières, et que les frais de commission sont réduits au simple spread. Bref n’en jetez plus, je vous […]

eric
14 octobre 2012 19:47

Bonjour merci de votre article

Mais faites attention sur cfd indices il y a beaucoup de manipulation des cours et de rincage de stoploss !!

Julien
20 septembre 2012 01:56

Ou comment vendre le fait de mettre une taxe pour les méchants spéculateurs mais au final ne la faire payer que par les gentils petits porteurs.

comme indiqué, les produits dérivés et SRD n'étant pas visés…soit tous les outils du parfait trader…

roncevau
19 septembre 2012 12:31

bonjour

peux t'on éviter cette taxe sur un P.E.A.?

salutation

roland

Sylvain
23 septembre 2012 11:58

Corrigez moi si je me trompe mais malheureusement il me semble que le PEA y sera soumis…

R.MdC
3 septembre 2013 14:24

Il me semble que dans le cas du PEA, seul les société du CAC40 sont soumises à la TTF.

La solution étant donc de ne plus trader les actions du CAC.
Ou alors, uniquement par l’intermédiaire de dérivés ou au SRD, non soumis à la TTF.

dominike
19 septembre 2012 14:50

et le comble de tout cela c'est que si vous utilisez le SRD et soldé vos positions en fin de mois boursier, pas de ttf…..

QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE

DERNIÈRE FORMATION