Comment sortir du dilemme « spéculateur ou investisseur » :

Spéculateur ou investisseur ?

Voici une question que beaucoup d’apprentis traders se posent : dois-je chercher les profits à court terme, ou à long terme ?
Autrement dit, dois-je être spéculateur ou investisseur ? Voici la réponse.



Le spéculateur :

Le spéculateur, terme rendu péjoratif par le média de masse, n’est en fait rien d’autre qu’un individu qui anticipe l’avenir, et qui compte tirer parti de cette anticipation.
Spéculer, c’est acheter aujourd’hui, pour revendre plus cher demain.

À ce compte-là, votre épicier du coin, qui achète pour vous revendre plus cher est lui aussi un vilain spéculateur… 🙂

Pour affiner un peu, dans le contexte boursier ce qui différencie le spéculateur de l’investisseur, c’est uniquement la durée de détention d’un titre.
On a tendance à séparer les deux d’un point de vue moral, mais cela n’a en réalité pas vraiment de sens.
Il faut savoir que la spéculation apporte de la liquidité au marché, c’est pour cette raison que vous pouvez acheter une action et trouver un vendeur presque immédiatement.
S’il n’y avait que des investisseurs, une telle disponibilité serait impossible, et le marché boursier serait « grippé ».
C’est d’ailleurs pour cette raison que la spéculation n’a jamais été interdite, et ne le sera probablement jamais !

Personnellement mon revenu principal vient de la spéculation, c’est-à-dire le trading à une échelle de détention d’une semaine, sur des produits comme le Forex, les CFD.
Ce sont les résultats que je donne dans mon portefeuille court terme.

L’investisseur :

L’investisseur lui est dans une optique de « buy and hold », il ne cherche pas à battre le marché, mais plutôt posséder le marché.
Les profits sont plus lents, mais aussi plus sûrs, et demandent beaucoup moins de travail.
C’est idéal pour se constituer une rente, et préparer sa retraite.
À savoir que le retraité n’est rien d’autre qu’une sous-catégorie dans la grande catégorie des rentiers.

En effet, un retraité est quelqu’un qui a fait des placements (les cotisations) et qui tire une rente de ce placement sans plus être obligé de travailler pour vivre.

Il existe d’autres façons bien plus efficaces pour se constituer une rente et devenir rentier, et c’est justement ce que je vais vous apprendre dans la formation « Rentier Pro », qui sort la semaine prochaine.

Personnellement mon objectif est de devenir rentier à 40 ans ( j’en ai 31 actuellement ), et je suis plutôt bien parti pour y arriver 🙂

Cet objectif serait impossible si je comptais sur l’État pour s’en occuper…

La solution au dilemme :

Alors au final, que faire ? La solution est simple. ARRÊTER DE VOIR LES CHOSES TOUT BLANC OU TOUT NOIR.

Rien ne vous empêche de faire les deux ! Avoir un portefeuille court terme ET un portefeuille long terme.
Évidemment, cela est à adapter à votre emploi du temps, car cela demande du travail. Mais je vous assure que c’est possible : je consacre 3 heures par jour à mon activité de spéculateur, et 1 heure par mois à celle d’investisseur.

Du coup, j’ai le temps pour être formateur et rédacteur financier, et augmenter encore davantage mes revenus. Je ne dis pas cela pour me vanter, mais pour vous motiver en vous expliquant que c’est tout à fait faisable.

Cette technique d’autant plus puissante que les profits générés par l’un peuvent être réinvestis dans l’autre, et vice versa.

Cela crée un cercle vertueux qui va vous faire augmenter vos profits de plus en plus vite (j’expliquerai tout cela bien plus en détail dans la formation ).

Et vous, quel est votre objectif de retraite ?
À tout de suite en commentaires.

Bons trades,

Sylvain March.