Résoudre le dilemme : small caps ou big caps ?

Small caps ou big caps ?

Lorsqu’on investit dans les actions, que vaut-il mieux choisir ? Des petites, ou des grosses capitalisations ?

Voici des éléments pour résoudre facilement le dilemme :


Définition :

« Caps », vient de l’anglais capitalization, et est utilisé pour exprimer le « market cap », c’est à dire la capitalisation totale, sur le marché boursier, d’un société cotée.

Le calcul s’effectue ainsi : capitalisation d’un société = [nombre de titres en circulation X valeur du titre]
Autrement dit, c’est la somme nécessaire pour acheter totalement une société sur le marché boursier. C’est donc sa valeur boursière.

Attention cependant, car une société n’est pas forcément ouverte en bourse entièrement :
par exemple, seulement 50% du capital peut être introduit en bourse, de manière à se financer sur les marchés, sans pour autant perdre le contrôle du conseil d’administration.

  • Une small cap est donc une société avec une « petite » capitalisation, généralement inférieure à 250 millions de $
     
  • Une big cap est une société avec une capitalisation supérieure à 10 Milliards de $
     
  • Entre les deux ( > 250m et < 10M ) on trouve logiquement les mid caps, qu’on groupe généralement avec les small caps.

Small Caps :

Les small caps sont des petites sociétés (au regard de la bourse…) souvent naissantes et en pleine croissance, qui viennent se financer sur les marchés pour investir et se développer.

CAC small caps
Graphique de l’indice CAC small, représentant 220 valeurs françaises de faible capitalisation. L’amplitude de l’indice varie de 3500 à 10 000 points entre 2005 et 2013.

Avantages :
– Leur potentiel d’explosion vers le haut est très important : sur les valeur du CAC 40, on raisonne généralement sur des progressions de 10 à 30% sur un an, chez les small caps cela peut aller jusqu’à 500% !
– Les titres ne sont pas chers à acheter : généralement entre 1€ et 10€.

Inconvénients :
– Si la valeur du titre d’une small cap peut facilement être multipliée par 5, elle peut aussi facilement être divisée par 5…
– La liquidité est faible, il n’est donc pas toujours facile de trouver un acheteur ou un vendeur au moment ou on le veut. Cela implique également un risque de chasse aux stops.

Profil de trading conseillé :
Les small caps n’étant pas disponibles via les CFD, la technique est plutôt d’en acheter, en ayant préalablement étudié leur potentiel de croissance, pour un horizon de 1 à 3 ans.
Cela implique de faire des recherches sur des sociétés sur lesquelles il n’y aura pas forcément beaucoup d’informations disponibles.
L’analyse graphique peut servir à timer son entrée, mais ne peut constituer une décision d’achat seule.

L’idée est généralement de miser sur quelques bons chevaux, et si l’un d’entre eux explose ( jusqu’a X50 sur quelques années ) il paiera largement la stagnation ou baisse des autres.

Big Caps :

Les big caps sont les plus grosses sociétés, ce sont des leaders de marché, exposées à l’international, et stables dans le temps.

CAC Big caps
Graphique de l’indice CAC 40 , représentant les 40 plus grosses valeurs françaises. L’amplitude de l’indice varie de 2500 à 6 000 points entre 2005 et 2013.

Avantages :
– La valeur du titre d’une big cap est moins sujette à des amplitudes excessives, mais présente moins de risques et rémunère mieux en dividendes.
– La liquidité ne pose pas de problèmes, et beaucoup sont listées sur les CFD.

Inconvénients :
– N’espérez pas des plus-values stratosphériques : ces sociétés ne vous rendront pas millionnaire si vous ne l’êtes pas à la base.
– Les titres peuvent être chers ( de 20€ à 1000€ ) ce qui limite la diversification.

Profil de trading conseillé :
Il y a 2 profils possibles.
Le 1er est spéculatif, via les produits dérivés comme les CFD, ce qui permet de faire du trading intraday par exemple. SI vous avez du temps et êtes fort en analyse graphique, cela peut être un bon moyen de gagner sa vie (c’est ce que je fais).

Le 2ème profil, est celui de l’investisseur long terme, qui assure la rentabilité de son patrimoine à travers des titres peut risqués, qui rémunèrent en dividende.
J’en parle d’ailleurs plus en détail dans ma formation Rentier Pro.

Et vous, dans quoi investissez-vous ?
A tout de suite dans les commentaires en dessous !

Bons trades et bons investissements,

Sylvain March.