Qu’est-ce que l’indice de la peur ?

Qu’est-ce que l’indice de la peur ?

Avez-vous déjà entendu parler de l’indice de la peur ?
Souvent utilisé pour déterminer le sentiment des investisseurs, le VIX (pour Volatility Index) fonctionne à l’inverse des autres indices boursiers : il monte quand le marché descend et descend, quand le marché monte.

Petite explication…

Comment fonctionne le VIX ?

Depuis 1993, le Chicago Board of Options Exchange (plus gros marché d’options du monde), établi cet indice si particulier.

Son mode de calcul est plutôt simple puisqu’il représente la moyenne sur 30 jours entre :

la moyenne de la volatilité des options d’achats sur l’indice S&P500

la moyenne de la volatilité des options de vente sur l’indice S&P500

Si le marché devient incertain, le prix des options augmente ce qui entraîne une augmentation des achats…qui se répercute sur l’indice de la peur. Alors que sur le marché des actions, ce sont les ventes qui dominent.

À l’inverse, si le marché est stable, le prix des options baisse, ce qui se traduit par des ventes et qui fait donc également baisser le VIX alors que le marché des actions, lui, remonte.

Exemple :

correlation négative VIX S&P500Corrélation négative entre le VIX et le S&P500

Le VIX : un indice imprévisible

Vous avez donc compris que le VIX monte et descend en fonction de l’humeur des investisseurs et celle-ci s’adapte elle-même aux événements intérieurs, mais aussi extérieurs aux marchés.

Les mouvements à la hausse et à la baisse sont donc, incessants et souvent imprévisibles.
Si l’on peut s’attendre à une baisse du marché des actions en raison d’une news, ou de la conjoncture économique par exemple, on ne peut en aucun cas prévoir les événements extérieurs qui auront un impact immédiat sur le VIX.

Plus d’une fois, l’indice a dépassé de très loin son niveau habituel (entre 10 et 20 points généralement, si le marché est stable) à la suite d’un événement.
Ainsi, il a atteint 58 points le 11 septembre 2001, et a frôlé les 90 points lors de la crise en 2008. Ce sont là des évènements qui ont d’ailleurs eu l’impact inverse sur le marché des actions.
Mais notez que le VIX peut aussi facilement bondir au moindre événement de ce type, alors que l’ampleur du mouvement ne sera pas toujours aussi forte sur le marché des actions…

Peut-on investir sur le VIX ?

Oui, il existe des futures, et même des fonds qui se basent sur cet indice. Mais je vous le déconseille.
Cet indice très volatil et hautement imprévisible ne peut pas assurer de rendement sur le long terme.

De plus, il ne s’appuie sur rien de concret. Investir dans la peur, c’est un peu comme si vous vouliez investir dans la joie, dans la faim, ou dans la soif des investisseurs.
C’est très spéculatif et cela ne produit aucune valeur (un peu comme l’or en fait…).

Enfin, sachez que le VIX n’est pas le seul indice de ce type. On trouve par exemple le VXD pour le Dow Jones, le VXN pour le Nasdaq, ou encore, le VCAC chez nous, pour le CAC40.

Finalement…

Beaucoup d’investisseurs utilisent cet indice pour mesurer le sentiment des marchés.

Mais l’on peut se demander si en faisant cela, ils ne précipitent pas ce que l’on appelle les « prophéties auto réalisatrices » en agissant comme de simples moutons.
Attention donc, à ne pas suivre la masse et forgez-vous votre propre opinion en fonction de vos analyses.

Quant aux événements soudains, catastrophiques et imprévus, ils arriveront toujours de manière inattendue sur les marchés et suivre l’indice de la peur à ce moment-là ne vous sera d’aucun secours…

Connaissiez-vous l’indice de la peur ?
Donnez votre avis dans les commentaires en dessous de l’article !

Bons trades et à bientôt,

Sylvain March
Trader indépendant, et formateur pour mieux investir en bourse.