Que savez-vous vraiment sur le Nasdaq ?

Que savez-vous vraiment sur le Nasdaq ?

Le Nasdaq (National Association of Securities Dealers Automated Quotations) est le second marché d’actions le plus traité de la planète, juste après le NYSE.
Mais le Nasdaq, c’est aussi un indice boursier composé d’entreprises appartenant le plus souvent au secteur des technologies, mais pas seulement…

Comment fonctionne cette place boursière ? Quelles sont les principales valeurs qui composent l’indice ? Quel intérêt peut y trouver l’investisseur ? Et enfin, quels sont les risques relatifs à ce marché ?

Comment fonctionne le Nasdaq ?

L’une des spécificités du Nasdaq est que depuis sa création en 1971, toutes les transactions sont traitées de manière automatique par un ensemble de serveurs qui sont tous regroupés au même endroit : une pièce unique, se trouvant au sous-sol du bâtiment du Nasdaq.

Mais penser que le Nasdaq représente un seul marché serait une erreur : il se divise en fait en 2 catégories, soit 2 marchés distincts.
Le premier, le Nasdaq National Market (NNM), regroupe les entreprises les plus importantes de l’indice, c’est-à-dire toutes celles qui réunissent un certain nombre de caractéristiques, notamment : un certain niveau de capitalisation boursière, de bénéfices

Le deuxième marché est le Nasdaq SmallCap Market. Il regroupe quant à lui les plus « petites entreprises », de type PME. Les conditions d’entrée sur ce marché sont moins exigeantes que sur le NNM, ce qui permet aux plus jeunes entreprises (qui ont au moins 1 an d’existence) de profiter de l’apport de capital des investisseurs.

Qu’est-ce que le Nasdaq 100 ?

En dehors de l’indice traditionnel composé de milliers de valeurs se trouve le Nasdaq 100.
Cet indice, particulièrement apprécié des investisseurs les plus dynamiques, se compose des 100 meilleures valeurs appartenant à des entreprises non financières cotées au Nasdaq.
C’est ici que l’on retrouve des sociétés telles qu’Apple, Amazon ou encore Microsoft.

Mais toutes les compagnies du Nasdaq 100 ne sont pas tournées vers l’informatique ou internet, loin de là.
On y trouve aussi des entreprises d’autres secteurs, comme : le secteur pharmaceutique avec Alexion Pharmaceuticals Inc (ALXN), le secteur agroalimentaire avec Whole Foods Market Inc (WFM), etc.

Le Nasdaq n’est donc pas un marché exclusivement réservé aux entreprises technologiques, mais plutôt aux entreprises innovantes et encore trop jeunes, ou trop petites, pour entrer sur le NYSE.

Avantages et inconvénient d’investir sur le Nasdaq pour l’investisseur particulier :

Comme pour tout autre indice, l’investisseur particulier a plusieurs solutions :
– Trier parmi les valeurs composant l’indice, celles qui présentent un meilleur rendement (entreprises plus solides, mais potentiel de croissance plus faible)

– Opter pour des entreprises plus jeunes ayant un potentiel de croissance important, mais aucune garantie (ou presque) concernant le rendement des titres

Investir sur l’indice au travers des futures ou des CFD

Exemple :

cotation Nasdaq 100

Tout dépendra donc du profil de l’investisseur. Les plus prudents investiront dans des sociétés ayant fait leurs preuves et assurant des dividendes réguliers.
Les plus dynamiques tenteront leur chance avec des PME dont le potentiel de croissance peut être énorme si le succès est au rendez-vous. Malheureusement, cette solution implique aussi un risque à ne pas négliger : l’entreprise étant jeune et encore faible, elle aura plus de mal à résister en cas de conjoncture économique difficile.

Enfin, pour ceux qui préfèrent investir directement sur l’indice, il faut savoir que l’évolution du cours, en raison de la composition de l’indice, peut être très volatil. Il convient donc de prendre toutes les précautions nécessaires à ce type de trading.

Conclusion :

Sur le marché américain, le Nasdaq est donc une sorte « d’étape préparatoire » pour beaucoup d’entreprises, avant de pouvoir être cotées sur le NYSE.
Mais le Nasdaq est aussi une place boursière à part entière : elle permet aux entreprises innovantes de trouver le soutien d’investisseurs, ce qui pousse souvent ces dernières à rester ensuite sur le Nasdaq, plutôt que de s’introduire sur la place de New-York (Ex : Apple).

L’investisseur particulier choisira ses valeurs en fonction de son profil, de sa stratégie est de ses objectifs : si le risque peut parfois être plus élevé pour certaines compagnies très jeunes, la manière d’investir est, elle, tout à fait classique…

Et vous ? Avez-vous déjà investi dans le Nasdaq ?
Donnez votre avis dans les commentaires en dessous de l’article !

Bons trades et à bientôt,

Sylvain March
Trader indépendant, et formateur pour mieux investir en bourse.