Essayez Gratuitement
Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez ! profitez de notre formation offerte Box initiation
Non merci, pas aujourd'hui
DEVENEZ MEMBRE GRATUITEMENT

Accédez en illimité à tout l'écosystème EnBourse :

En plus de votre inscription,
Recevez gratuitement :
Formation d'initiation au trading
(d'une valeur de 450€)
Le journal de trading pour gérer vos portefeuilles
Graphiques de cotation en temps réel Crypto & Actions

Prix du pétrole Brent : vers les 140 dollars ?

Le cours du pétrole est volatile et monte
Mis à jour le 19 Avr. 2022 à 17h24

Les prix du pétrole sont restés fidèles à leur récente volatilité vendredi, augmentant en début de séance avant de se replier mais restant au-dessus de 103 dollars le baril, les investisseurs étant confrontés à des messages contradictoires concernant les pourparlers de paix entre la Russie et l’Ukraine. Le pétrole peut-il rejoindre son récent sommet des 140 dollars ?

Pourquoi le prix du petrole monte ?

Les contrats à terme sur le West Texas Intermediate (WTI) ont augmenté de 0,3 % pour atteindre 103,24 dollars, après avoir dépassé 104 dollars plus tôt dans la journée. Les contrats à terme sur le Brent – la référence mondiale – ont baissé de 0,1% à 106,73 $, après avoir frôlé les 108 $ à un moment de la matinée.

Ils ont tous deux augmenté de plus de 8,5 % jeudi, alors que les craintes concernant l’offre s’intensifiaient et que le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, a qualifié d' »erronées » les informations faisant état de progrès majeurs dans les négociations, selon de multiples rapports.

Avec des pourparlers de paix qui semblent s’essouffler, et les attentes que la guerre dévastatrice en Ukraine s’enracine, le prix du pétrole est reparti à la hausse.

La volatilité a été particulièrement forte ces derniers jours. Les prix du pétrole ont dégringolé en territoire de marché baissier mardi, chutant de plus de 20 % par rapport aux sommets atteints à peine une semaine plus tôt.

Les espoirs renouvelés de paix ainsi que les nouvelles restrictions imposées par la Chine, qui pourraient affaiblir la demande, ont contribué à cette chute brutale.

Le WTI s’était établi à 123,70 dollars le 8 mars avant de chuter de 23 % pour s’établir à 95,04 dollars à peine six jours de bourse plus tard. Il en a été de même pour le Brent, qui a plongé de 23 % au cours de la même période, passant de 127,98 $ à 98,02 $.

OPEP : vers un choc mondial de l’offre

Ils ne sont cependant pas restés longtemps en territoire de marché baissier, l’Agence internationale de l’énergie ayant averti que les marchés de l’énergie pourraient être confrontés à la plus grande crise de l’offre depuis des décennies.

L’AIE a déclaré qu’elle prévoyait une perte de 3 millions de barils par jour de la production de pétrole russe à partir d’avril en raison des sanctions imposées à Moscou et des acheteurs qui boudent les exportations.

Morgan Stanley a relevé ses prévisions de prix du Brent pour le troisième trimestre, les faisant passer de 100 à 120 dollars, en prévoyant une réduction de la production russe d’un million de barils par jour.

En outre, la résurgence des cas de Covid et les restrictions en Chine ont également alimenté les craintes d’un impact sur la demande.

Cotation du pétrole Brent en USD du 01 septembre 2021 au 19 mars 2022 en UT Daily
Cotation du pétrole Brent en USD du 01 septembre 2021 au 19 mars 2022 en UT Daily.

Le récent repli des prix est un soulagement majeur car les prix du pétrole ont été particulièrement élevés depuis que les tensions se sont intensifiées et que la Russie a envahi l’Ukraine le mois dernier. Le 7 mars, le Brent avait atteint 139,13 dollars le baril, soit le niveau le plus élevé depuis 2008.

Toutefois, le 9 mars, les prix ont commencé à baisser après que les Émirats arabes unis (EAU), membre de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), ont déclaré qu’ils étaient favorables à une production élevée de pétrole par le cartel.

Prix du pétrole Brent : vers les 140 dollars ?

Après un rallye extrême des prix entre le 25 février et le 8 mars, les marchés pétroliers sont entrés dans un mode de correction, les prix ayant fortement baissé à mesure que la dynamique du rallye se retirait.

L’augmentation de la volatilité sur les marchés financiers et des matières premières et les espoirs de progrès dans les négociations entre la Russie et l’Ukraine ont effacé la majeure partie de la prime géopolitique du marché, ce qui a effrayé de nombreux spéculateurs.

Le prix a également été affecté par un temps plus confortable en Europe et par des signes de normalisation de la situation de l’approvisionnement en pétrole, notamment les actions des principaux pays en termes de libération du pétrole des réserves stratégiques.

Dans le même temps, l’épidémie de coronavirus en Chine a entraîné la multiplication des lockdowns locaux, menaçant de ralentir la demande de pétrole. Toutefois, de tels précédents n’ont eu qu’un impact très limité sur la demande par le passé, de sorte qu’il ne faut pas s’attendre à un effet à long terme.

L’éventail des estimations de la demande souligne le niveau d’incertitude qui caractérise le marché pétrolier dans l’environnement actuel. Cela explique l’extraordinaire volatilité observée depuis le début du mois de mars.

Toutefois, après la détérioration des négociations entre la Russie et l’Ukraine à la fin de la semaine dernière, les prix du pétrole ont de nouveau dépassé le seuil des 100 dollars le baril.

Compte tenu de la récente volatilité du marché, puis de la nouvelle réalité, la variation des prix du pétrole de 7 à 8 % par jour est normale. Il n’y a eu que quelques jours de bourse en mars, où la volatilité quotidienne était inférieure à 7-8 pour cent.

À court terme, les principaux sujets qui continueront à déterminer les grands mouvements sur le marché pétrolier resteront la guerre en Ukraine, la prochaine réunion de l’OPEP+, et l’apparition du COVID en Chine.

Étant donné l’expérience antérieure réussie des dirigeants chinois en matière de localisation et de suppression des épidémies de coronavirus, on s’attend à ce que la situation se stabilise dans les prochaines semaines. En conséquence, la pression qu’elle exerce sur la demande d’énergie diminuera également.

La prochaine réunion de l’OPEP+ se tiendra le 31 mars, dont les résultats peuvent présenter des surprises. En conséquence, la stabilité de la tendance à la hausse sera testée pour s’assurer de sa solidité, mais pour l’instant, on peut s’attendre à une reprise de la croissance après une correction à la baisse.

En ce qui concerne la guerre en Ukraine, les deux parties ont fait des déclarations assez actives sur les négociations jusqu’à présent. Si la situation continue à évoluer de la sorte, les prix du pétrole se stabiliseront autour des niveaux actuels.

Mais, si les opérations militaires deviennent plus actives que le processus de négociation, la situation sur le marché pétrolier se détériorera à nouveau.

Pour l’instant, l’image technique du marché pétrolier est toujours favorable à une croissance continue des prix du pétrole, au moins jusqu’à la fin du mois de mars. En outre, la volatilité des prix devrait rester élevée à court terme.

Dans notre salle de marchés 100% digitale, nous continuons le débat sur le pétrole et nous partageons nos avis et nos opportunités. Rejoignez la communauté et faites progresser votre trading.

Logo Elite Photo service Elite
1ÈRE SALLE DE MARCHÉS DIGITALE
POUR TRADERS INDÉPENDANTS
Je veux rejoindre l'Élite
Arnaud - Rédacteur Financier
- Rédacteur financier
Passionné d'économie et de marchés financiers, je suis passé par la banque privée à Monaco pour ensuite devenir consultant financier indépendant. Egalement investisseur en Private Equity et trader indépendant depuis 5 ans, je suis actif sur les marchés actions et produits dérivés depuis 12 ans. Depuis plusieurs années j'approfondis mes connaissances sur le marché passionnant de la blockchain et des crypto-monnaies.
Commentaires
COMMENTAIRES
Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous