Fantom (FTM)

Caractéristiques de Fantom

Fantom est une blockchain de type Layer 1, c’est à dire qu’elle possède son architecture propre sans être adossée à une autre blockchain comme Bitcoin ou Ethereum. Son token natif est le FTM.

Bien que ce soit une blockchain de type layer 1, elle n’a pas vocation à vouloir voler la place d’Ethereum mais plutôt à faciliter le travail crosschain à la manière d’un layer 2.

Ses fondateurs se définissent d’ailleurs eux-mêmes comme des maximalistes d’Ethereum.

Avec son jeton interne FTM, Fantom vise à résoudre les problèmes associés aux plateformes de contrats intelligents, en particulier la vitesse de transaction, que les développeurs disent avoir réduite à moins de deux secondes.

Pour se faire l’équipe a développé le mécanisme de consensus nommé Lachesis qui offre un temps de validation des blocs très court et une amélioration de la sécurité par rapport à d’autres plateformes traditionnelles basées sur des algorithmes de preuve de participation (POS).

Qualifié par ses dirigeants comme un équilibreur de charge pour Ethereum, le réseau Fantom se veut avant tout être une alternative complémentaire à Ethereum dans le secteur de la DeFi.

Quelle est l’histoire de la blockchain Fantom ?

L’idée du projet a commencé à germer dans l’esprit de ses fondateurs pendant le bullrun de 2017, moment où le réseau Ethereum a commencé à se faire un nom en dehors de Bitcoin.

Un succès qui a d’ailleurs révélé des faiblesses au niveau de la scalabilité du réseau et fait émerger nombre de projets ayant pour but d’améliorer la mise à l’échelle du réseau.

L’entreprise a ensuite réussi à lever des fonds avec les ventes de jetons dès avril 2018. Fantom a ainsi levé près de 40 millions de dollars auprès de plus de 4500 investisseurs internationaux pour financer le développement du projet.

La Fondation Fantom, qui supervise l’offre de produits Fantom, a été créée en 2018 et le token a été listé en novembre de la même année.

Le mainnet du réseau Opera qui supporte la blockchain Fantom a été lancé en avril 2019.

Les Tokenomics du projet

Grâce à ses ventes de jetons en 2018, Fantom a réussi à lever près de 40 millions de dollars pour financer le développement de la blockchain.

L’offre totale de FTM est de 3,175 milliards de jetons, et déjà plus de 2,5 milliards sont actuellement en circulation en février 2022. Le reste sera émis selon un calendrier courant jusqu’en 2023.

Le protocole Fantom se concentre énormément sur l’écosystème DeFi puisqu’il fait partie des blockchains les plus utilisées de l’écosystème avec une TVL de plus de 8 milliards de $ et près de 150 protocoles qui lui sont déjà rattachés.

Il se classe ainsi dans les mêmes standards d’utilisation que des blockchains comme Solana ou Avalanche.

Evolution de la TVL du projet Fantom
La TVL du projet Fantom a explosé en 2021 et atteint presque les 10 milliards de $

Quelle technologie utilise Fantom?

Le protocole Fantom fonctionne en proof of stake (POS), c’est-à-dire qu’il faut regrouper ses jetons et les bloquer pour participer à un nœud validateur et avoir une chance de remporter la récompense de minage.

Le protocole est dit protocole BFT (Byzantine Fault Tolerant) asynchrone, c’est-à-dire que le message se diffuse sur le réseau en communiquant entre les nœuds de manière locale et non par une horloge globale qui régit l’ensemble du système.

Lachesis est ainsi un réseau ainsi qu’une couche de communication. Il aide les nœuds à se mettre d’accord sur la validation des blocs.

Le token FTM possède son standard ERC-20 mais également son équivalent sur la Binance Chain sous le format BEP2.

Seul le FTM natif peut lui être utilisé sur le réseau principal de Fantom : Opera.

Les points forts de Fantom

L’un des atouts de Fantom c’est qu’il est construit autour d’Ethereum et pensé pour être compatible avec celui-ci.

Cela le rend très attractif pour les développeurs qui peuvent le considérer comme un réseau « de test » avec des frais bien moindres au réseau Ethereum et une communauté qui s’agrandit.

De même, outre ses frais réduits sa vitesse d’exécution incroyable en fait l’un des réseaux les plus rapides et les plus pratiques d’utilisation du marché.

Les blocs étant validés en l’espace de quelques secondes, il est ainsi très facile de valider des dizaines de transactions en quelques minutes.

Au-delà de ces aspects techniques, il faut souligner l’effort fait par Fantom et ses équipes pour apporter une utilité tangible dans le monde réel.

Le protocole a déjà établi de nombreux partenariats avec divers organismes et notamment des Etats comme le Pakistan, l’Afghanistan ou le Tajikistan.

Ces partenariats portent entre autres choses sur la traçabilité des médicaments dans des pays qui rencontrent de vrais problématiques de falsification sur ce genre de produit.

Membres de l’équipe

Dr. Ahn Byung Ik

C’est lui qui a créé la fondation Fantom en 2018 et qui est à l’origine du projet. Il possède de solides références avec un doctorat en informatique et est diplômé de Stanford.

Il a notamment créé un service mobile basé sur la localisation en 2010 : SikSin.

Michael Chen

Il est l’actuel directeur marketing du projet Fantom, et ce depuis début 2019, date à laquelle il a pris ses fonctions au sein du projet.

Il a acheté ses premiers bitcoins en 2016, et s’est ensuite passionné pour Ethereum et les altcoins en 2017 avant de se lancer dans l’aventure Fantom.

Andre Cronje

Bien qu’il ne fasse pas partie de l’équipe de développement de la blockchain Fantom il a beaucoup œuvré en tant que conseiller auprès de l’équipe directrice.

Le fondateur de Yearn Finance a ainsi beaucoup aidé l’équipe sur le codage du protocole Fantom.

Cours Fantom (FTM) en direct - Cotation bourse Fantom (FTM)

Accédez à la cotation en direct Accédez à la cotation en direct