Pas encore membre ?

Rejoignez le site
en bourse
  • Formation d'initation offerte
  • Une communauté de trader pour vous aider
  • Accès complet à tous les articles du site
  • Vidéos d'analyse hebdomadaires
  • Et beaucoup d'autres surprises...

Inscrivez-vous sur le site en bourse

50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à votre contenu :

Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...

Attendez !profitez de maformation offerte

50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :

Inscription
Mot de passe oublié

Vous accéderez à la vidéo

dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

En quoi consiste le délit d’initié ?

24 novembre 2014 / Sylvain March

Chaque fin d’année, c’est la même chose : on découvre dans les colonnes des journaux un nombre impressionnant d’affaires de délit d’initié qui se sont déroulées durant l’année.
Dans cet article, je vais revenir sur la définition du délit d’initié et vous expliquer quel impact il peut avoir sur les investisseurs individuels et comment vous devez réagir.

Qu’est-ce qu’un délit d’initié ?

Selon la définition du Larousse, un initié est « une personne qui est dans le secret, ou au courant de certaines pratiques […] ».

Si l’on applique cette définition à la bourse, un initié est alors une personne qui détient des informations sur une entreprise. Ces infos pourraient avoir une influence considérable sur les marchés si elles étaient connues du public.
C’est là que l’initié peut commettre un délit : il se sert de ces informations pour investir (ou vendre) avant tout le monde de manière à être certain d’obtenir des profits substantiels.
Pourtant, il n’en a pas le droit. De même, il ne peut relayer ces informations auprès d’autres personnes.

On distingue donc 2 types d’initiés :

Les initiés directs : qui connaissent forcément ces informations parce qu’ils appartiennent au personnel dirigeant de la société (ex : chef d’entreprise)

Les initiés indirects : qui connaissent la situation de l’entreprise au travers de leur métier (ex : avocat, banquier, etc.)

Et bien sûr, ni les uns, ni les autres ne peuvent investir dans les actions de l’entreprise sur la base d’une information que personne d’autre ne possède.
Et ceux qui se font « coincer », risquent jusqu’à 1.500.000 € d’amende et 2 ans de prison.

Que se passe-t-il pour les investisseurs individuels comme vous et moi ?

Quand la presse met en lumière ce genre d’affaire, les conséquences ne se font pas attendre : les investisseurs vendent leurs titres et le prix de l’action chute.
Les investisseurs individuels qui ont acheté des titres dans l’entreprise concernée perdent confiance et essaient à leur tour de se débarrasser de leurs actions, au cœur de la tourmente. Leur réaction est évidemment logique, pourtant, ce n’est pas toujours la meilleure solution.

Premièrement, parce que lorsque vous achetez une action, vous analysez d’abord la santé de la société.
Une entreprise solide peut résister à ce genre de situation, même s’il fallait pour cela qu’elle change l’équipe des dirigeants au complet.

C’est ici que l’une des (très) nombreuses citations de Warren Buffett prend tout son sens :
« J’essaie d’acheter les actions d’entreprises si merveilleuses qu’un idiot pourrait les gérer. Parce que tôt ou tard, cela arrivera ».

Autrement dit, une entreprise solide devrait pouvoir se sortir de n’importe quelle situation, même si elle a à sa tête un dirigeant incompétent (ou malhonnête dans le cas d’un délit d’initié).
Si vendre est le premier réflexe que vous pouvez avoir, je vous conseille de bien réfléchir avant de suivre le mouvement. De plus, lorsque le prix remontera (comme c’est très souvent le cas), vous pourrez même en profiter pour renforcer vos positions.

Deuxièmement, si vous avez placé un stop de protection et que le prix chute à la suite d’une nouvelle comme celle-ci, vous n’aurez même pas à intervenir et votre perte sera limitée.
Si vous voulez toujours soutenir cette société, vous n’aurez qu’à attendre un signal indiquant que le cours remonte.

Ne cédez jamais à la panique :

De manière générale, céder à la panique en bourse est une mauvaise idée.

Si la société résiste, elle continuera de verser des dividendes en fin d’année, alors pourquoi prendre le risque de vendre à perte ?
Si vous doutez, relisez quelques conseils de Warren Buffett. Cela vous aidera à mieux réfléchir.

Et avant de vendre, demandez-vous si cela correspond à votre politique de gestion des titres.

Enfin, n’oubliez pas qu’une bonne diversification de votre portefeuille peut sans aucun doute vous aider à affronter ce genre de situation.

Avez-vous déjà eu en portefeuille des actions de sociétés, qui ont fait l’objet d’un délit d’initié ? Partagez votre expérience !
Donnez votre avis dans les commentaires en dessous de l’article !

Bons trades et à bientôt,

Sylvain March
Trader indépendant, et formateur pour mieux investir en bourse.

3 COMMENTAIRES

Trier par :
Trier par :
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
Antoine
25 novembre 2014 12:29

bonjour sylvain
dans ta formation d’analyse technique tu dis de placer un trade au breakeven si le nombre de pips risque est egal au nombre de pips entre le point d’entree et le prix actuel
je comprend qu’il faut proteger son capital mais pourquoi le faire a ce point precis ?
aussi cela ne risque pa de rendre difficile le suivi de la tendance si on ne respecte pa les regles du trailing stop ( placer sous le stop sous a chaque nouveau bas ou haut ) ?
derniere question ( promis ) est il possible de remplacer les trendlines par l’indicateur les fractals ?
celles ci sont plus faciles a lire
cordialement

Martin l'investisseur autonome
25 novembre 2014 05:48

Vendre mes titres parce qu’un initié a omis de divulguer ses transactions dans le délai prescrit. Non jamais, pour moi cela ne représente pas une raison valable de vendre.

Pour être honnête j’attache très peu d’importance aux transactions des initiés.

Martin

roman
24 novembre 2014 21:18

Bonjour,

De manière connexe, les « initiés directs » ont l’obligation légale de déclarer les transactions boursières qu’ils réalisent sur les titres de leur société, du moins dans la plupart des pays occidentaux.

Puisque ces initiés peuvent détenir des informations qui pourraient avoir une influence considérable sur les marchés si elles étaient connues du public, une stratégie possible pour investir en bourse est de suivre ce que font ces initiés.

En France, les déclarations de ces initiés sont disponibles sur le site web de l’AMF.

Amicalement,

Roman

QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE

DERNIÈRE FORMATION