Divergences : LA méthode pour utiliser le RSI (1/2)

Divergences : LA méthode pour utiliser le RSI

S’il y a 36 manières d’interpréter l’indicateur RSI, en revanche les méthodes GAGNANTES sont bien plus rares. L’une de celles qui sont rentables, est l’étude des divergences. Il en existe deux types : les divergences simples ou standard, et les divergences cachées. La deuxième étant la plus efficace, mais nous allons voir les deux pour bien comprendre.

Qu’est-ce qu’une divergence ?

En analyse technique, une divergence est l’état observé quand le prix d’une part, et un indicateur d’autre part, donnent une information contradictoire.
Quand on ne comprend pas ce que cela signifie, c’est très perturbant et il est facile de se dire que l’indicateur est mauvais, ou que l’information n’a aucune valeur.

Pourtant il n’en est rien :

  • Toute information du marché à une valeur égale, qu’il faut toujours prendre au sérieux.
  • De plus, un indicateur n’est ni bon ni mauvais, c’est son interprétation qui peut l’être.
Partant de ce principe, que faire de cette divergence « d’opinion » entre une cotation et son indicateur, ici le RSI ?
Il faut bien sûr comprendre ce que le marché veut nous dire !

Les divergences simples ou « standard »

Ce sont les plus faciles à repérer, d’où leur nom.
Elles sont un signe de ralentissement de tendance. L’interprétation communément faite, c’est que si la tendance ralentit, elle est en « fin de course » et donc va bientôt s’inverser.

(Nous verrons que ce n’est pas toujours vrai…et pourquoi les divergences cachées sont plus intéressantes.)

Comment les repérer sur un graphique ?
divergences simples ou standard
(Cliquez sur le graphique pour l’agrandir)

Si vous avez visionné la vidéo d’hier sur les tendances et le principe des creux et des sommets (sinon filez le faire tout de suite ! ) on voit bien que :

  1. Sur le premier exemple (entre les lignes verticales rouges), le prix fait un sommet plus haut, alors que le RSI, dans le même temps, fait un sommet plus bas. Ce désaccord signifie que le prix monte moins vite que précédemment, il ralentit dans sa tendance. Suite à cette information, on est censé vendre. On appelle cette divergence baissière, car elle est censée annoncer une baisse du prix.
    Si on schématise sur un dessin :

    Divergence simple baissière

  2. Sur le deuxième exemple (entre les lignes verticales vertes), le prix fait un creux plus bas, alors que le RSI, dans le même temps, fait un sommet plus haut. Ce désaccord signifie que le prix descend moins vite que précédemment, il ralentit dans sa tendance. Suite à cette information,on est censé acheter. On appelle cette divergence haussière, car elle est censée annoncer une montée du prix.
    Si on schématise sur un dessin :

    Divergence simple Haussière

Attention : je vous ai donné ici des exemples où la théorie était confirmée, et le signal marchait, pour que vous compreniez bien le principe. Cependant en pratique, le taux de réussite n’est pas forcément fameux : à peine plus de 50%. Nous n’avons donc pas un avantage concurrentiel suffisant pour gagner de l’argent sur le long terme avec cette méthode.

En effet, vous constaterez souvent que ce n’est pas parce que le prix ralentit, et « fait une pause » dans sa progression, que la tendance est forcément terminée !
Ceci est principalement dû au fait que les inversions de tendance sont moins fréquentes que les continuations.

Si vous me suivez, les continuations sont donc des configurations plus intéressantes…et c’est de cela dont il s’agit dans les divergences « cachées » !

Nous verrons cela dans l’article suivant... 😉

À très bientôt,
Sylvain.