Junk Bond

Définition de Junk Bond

L’expression « Junk Bond » signifie « obligation pourrie ». Ce terme est utilisé sur les marchés financiers pour désigner des obligations à très hauts risques.

Elles sont émises pour une période comprise entre cinq et dix ans par des entreprises dont la solvabilité n’est pas garantie et qui sont notées « non-investment » par les agences de notation (c’est-à-dire, en dessous de BB+).

Ces titres, également nommés « High Yield Bond » (« obligation à haut rendement ») ont l’avantage d’être très bien rémunérés pour compenser la prise de risque assumée par les obligataires.
Ce sont généralement des investisseurs expérimentés et possédant un portefeuille très diversifié, qui optent pour ce système purement spéculatif.

Quels sont les avantages de ces instruments financiers pour les entreprises ?

Avec la crise économique, les possibilités d’emprunts auprès des entités bancaires sont très limitées, à plus forte raison pour des sociétés en phase de démarrage.

C’est pourquoi elles émettent des obligations qui leur permettent de lever les fonds nécessaires à leur exploitation grâce aux investisseurs, tout en gardant une certaine indépendance par rapport au système bancaire.

En théorie, ces entreprises remboursent leurs emprunts lorsque leur productivité se développe et que leur chiffre d’affaire le leur permet. A ce moment, le taux de rentabilité des « junk bonds » peut parfois atteindre jusqu’à 40 % : c’est pour cette raison qu’ils sont particulièrement prisés des investisseurs avertis.

Dans la pratique, il arrive parfois que les sociétés fassent faillite avant même d’avoir épuré leurs dettes : dans ce cas, les obligataires perdent la totalité de leur investissement.

En Europe, cette technique est encore peu utilisée par rapport aux Etats-Unis. Pourtant, elle se développe peu à peu dans certains pays (Espagne, Grèce…) où la politique de restriction du système bancaire oblige les entreprises à trouver d’autres solutions de financements.