Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...
Attendez !profitez de maformation offerte
50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :
Vous accéderez à la vidéo
dans 3 secondes...

Demande

La demande est un concept économique d’analyse fondamentale des marchés.

Elle désigne le désir d’un consommateur d’acquérir un bien, joint à la capacité financière de le faire. Il importe de souligner que la demande n’est pas le désir seul du consommateur, car les désirs sont potentiellement illimités.

Dans l’analyse économique, ce qui concrétise un désir est le pouvoir d’achat effectif du consommateur, autrement dit, le moyen financier d’acheter le bien désiré.

L’offre et la demande sont les deux concepts essentiels de l’analyse économique fondamentale, car leur rencontre détermine la structure des prix d’une économie.

La demande de marché pour un bien donné, ou sa demande globale, désigne l’ensemble de la demande des consommateurs pour ce bien.

On nomme demande agrégée la demande totale pour tous les biens – produits et services – d’une économie.

Sommaire :

La loi de la demande

La loi de la demande énonce que, toute chose égale par ailleurs, plus la quantité demandée d’un bien est élevée, plus son prix est élevé ; inversement, plus la quantité demandée d’un bien est faible, plus son prix est faible.

Graphiquement, le prix étant en ordonné et la quantité en abscisse, cette loi se traduit par une courbe de la demande déclinante.

Au point de vue macro-économique, c’est-à-dire de l’économie dans son ensemble, la loi de la demande découle du fait que le besoin et le désir de richesse sont illimités, et qu’une baisse des prix est le seul facteur qui permet à une quantité de monnaie donnée d’acheter une plus grande quantité de biens. La baisse des prix élargit le pouvoir d’achat d’une somme d’argent donnée.

Au point de vue micro-économique, le succès d’une entreprise repose parmi d’autres facteurs sur une bonne appréciation de la demande pour un bien. Combien de biens les consommateurs sont-ils prêts à acheter, et à quel prix ? Les estimations incorrectes à cette question conduiront à une sur-production ou sous-production relative, dégradant le taux de profits générés par l’entreprise.

De plus, la baisse de prix d’un bien signifie qu’il devient plus intéressant relativement à d’autres biens comparables. Par exemple, pour deux matériaux textiles grosso modo similaires, la baisse de prix de l’un conduisant à une hausse de sa demande, la demande pour le second baissera. Il s’agit là de l’effet de substitution.

La loi de l’utilité marginale décroissante explique la loi de la demande, car pour qu’un consommateur achète un bien, il doit attacher plus de valeur (c’est-à-dire d’utilité) au bien acheté qu’à la somme d’argent dépensée. Or, plus la quantité acquise d’un bien est grande, moins une quantité supplémentaire de ce même bien n’aura de valeur. Ainsi, un prix moins élevé pour un bien implique que l’acquisition de ce dernier exige un moindre coût d’opportunité. Autrement dit, plus un prix est faible, plus le sacrifice nécessaire est faible.

L’offre et la demande se rejoignent au point d’équilibre

L’équilibre de marché

Le prix d’équilibre est défini par l’intersection de l’offre et de la demande. À ce prix, tous les participants désirant acheter une bien l’achètent et tous ceux désirant le vendre le vendent. Il n’y a donc ni surplus ni pénurie.

Bien entendu, les données de marchés étant en perpétuel changement, le prix d’équilibre est lui-même en constante évolution. Toutefois, les marchés libres tendent à conduire les prix vers l’équilibre de marché, puisque tous les consommateurs potentiels et tous les vendeurs potentiels sont libres d’échanger ce qu’ils souhaitent au prix qu’ils souhaitent.

La spéculation est un facteur favorisant cette tendance vers l’équilibre de marché. En effet les profits issus de la spéculation proviennent de la différence entre le prix d’un même bien dans le temps. Par ses opérations, le spéculateur retire du marché des biens lorsque ces derniers sont relativement abondants en les achetant à bas prix ; à l’inverse, il les réintroduit sur le marché lorsqu’ils sont relativement moins abondants en les vendant à un prix plus élevé. De la sorte, et bien qu’elle soit souvent négligée par l’opinion publique, la spéculation présente une fonction sociale bénéfique.

L’élasticité de la demande

L’élasticité de la demande désigne le changement d’une quantité demandée en raison d’un changement du prix d’un bien. L’élasticité s’exprime donc en pourcentage. Ce concept a pour fonction de déterminer dans quelle mesure le changement du prix d’un bien conduit à un changement dans la demande de ce même bien.

La demande d’un bien vis-à-vis des prix peut être élastique, inélastique ou unitaire.

Si elle est élastique, la dépense pour un bien change en direction inverse du changement du prix. Ainsi, une baisse des prix conduit à une hausse de la demande plus que proportionnelle ; à l’inverse, une hausse des prix conduit à une baisse de la demande plus que proportionnelle.

En d’autres mots et dans les deux cas, la quantité demandée varie dans une plus grande mesure que le changement du prix. Si le prix change de 1 %, le changement de la demande sera supérieur à 1 %. Par exemple, la demande pour l’essence est souvent élastique.

Si elle est inélastique, la dépense pour l’achat d’un bien change dans la même direction que le changement du prix. Ainsi, une hausse du prix conduit à une plus grande dépense et une baisse du prix conduit à une plus faible dépense. Autrement dit, un changement de 1 % du prix conduira à un changement dans la dépense inférieur à 1 %.

Par exemple, un consommateur d’une marque spécifique de tabac changera peu ses habitudes de consommation en dépit des variations de prix du paquet, car au regard de ses préférences, ce bien est difficilement substituable.

Enfin, si la dépense pour un bien change à raison identique du changement de prix, l’élasticité de la demande est dite « unitaire ». Les variations de dépenses et de prix sont strictement proportionnelles. Un changement de 1 % du prix conduira à un changement de 1 % dans la demande.

Demande agrégée et politique économique

Les autorités monétaires s’octroient souvent la prérogative de maintenir une demande relativement uniforme. Lorsqu’une banque centrale souhaite réduire la demande agrégée, elle réduira ses taux d’intérêt, contractant ainsi le volume des crédits.

À l’inverse, si la banque centrale souhaite stimuler la demande agrégée, elle baissera ses taux directeurs, facilitant ainsi le crédit, pratiquant une politique monétaire dite expansionniste.

Ces pratiques monétaires ont un effet notable sur les marchés financiers. Aussi est-il intéressant, pour le trader comme pour l’investisseur, de se tenir au fait des politiques de la BCE et de la Fed.