Dassault Systèmes déplace l’échéance de son offre publique d’achat sur Accelrys

Dassault Systèmes déplace l’échéance de son offre publique d’achat sur Accelrys

Le spécialiste de la modélisation 3D, Dassault Systèmes, a annoncé ce matin qu’il repoussait la date de finalisation de l’OPA sur Accelrys, lancée le 13 février dernier :

Pourquoi rallonger une nouvelle fois la période d’OPA ?

C’est la seconde fois que la date d’échéance de l’OPA est repoussée, ayant déjà été déplacée au 8 avril. Ce nouveau report est prévu pour le 22 avril prochain.

La raison de ce retard est due à l’attente d’une réponse de la part du CFIUS (Comité des investissements étrangers aux États-Unis), qui doit d’abord mener une enquête approfondie avant de donner son accord pour la réalisation de la transaction.
Ce genre d’enquête est tout à fait habituel, puisque le CFIUS est une organisation (comme son nom l’indique), qui s’occupe d’examiner toutes les opérations d’acquisitions d’entreprises US, pas des sociétés étrangères et ainsi s’assurer qu’il n’y a aucun risque de sécurité nationale.

Dassault Système étant une société française, l’avis favorable du CFIUS lui est donc indispensable avant de pouvoir acquérir Accelrys.

Quel est l’objectif de ce projet ?

Cette offre publique d’achat a été lancée à titre amical et d’un commun accord entre Dassault Systèmes et l’entreprise américaine Accelrys.
Pour l’entreprise française, il s’agit là d’une occasion de se diversifier, tout en améliorant sa croissance à l’étranger.

Pour comprendre tout l’intérêt d’une telle opération, il faut savoir qu’Accelrys est l’un des spécialistes mondiaux dans le domaine de l’innovation scientifique et en particulier dans les secteurs de la chimie moléculaire, les hautes technologies, ou encore les sciences de la vie.
De nombreux laboratoires pharmaceutiques et de biotechnologie font d’ailleurs appel à ses services (P6G, L’Oréal, Shell, pour ne citer qu’eux…).

Si Dassault Systèmes obtient l’accord du CFIUS, la société pourra donc étendre largement son champ d’activité auprès de plus de 2.000 clients supplémentaires.

La date est reportée, mais les conditions de la transaction restent les mêmes :

Les termes de l’OPA portent sur un rachat à 12,5 € par action, soit une valorisation estimée à un total de 750 millions de dollars.

Toutefois, certaines conditions ont été précisées concernant le bon déroulement de l’opération : une grande partie des titres en circulations doivent servir d’apport pour l’offre d’achat.
Le 8 avril, cet apport concernait plus de 70 % des actions ordinaires qui circulaient sur les marchés financiers, ce qui signifie environ 42 millions de titres.

Que doivent faire les actionnaires d’Accelrys ?

La déclaration de l’offre publique d’achat a été déposée par l’entreprise française auprès de la Securities and Exchange Commission (SEC), qui n’est autre que l’organisme qui s’occupe de règlementer les marchés financiers outre-Atlantique, de la même façon que le fait l’AMF en France.

Ce document est librement consultable pour tous les actionnaires de la société américaine sur le site officiel de la SEC (http://www.sec.gov/), et comporte le détail de toutes les informations susceptibles d’intéresser les investisseurs:les conditions de l’offre, les projets futurs suite à l’acquisition de la société, les risques, les prévisions…

Cependant, une certaine réserve doit être observée face aux prévisions estimées, car il est bien évidemment impossible d’être certain de chiffres annoncés.Mais ce document donne au moins quelques précieuses indications et plusieurs pistes relatives aux perspectives d’avenir de la société.