Pas encore membre ?

Rejoignez le site
en bourse
  • Formation d'initation offerte
  • Une communauté de trader pour vous aider
  • Accès complet à tous les articles du site
  • Vidéos d'analyse hebdomadaires
  • Et beaucoup d'autres surprises...

Inscrivez-vous sur le site en bourse

50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à votre contenu :

Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment vous pouvez devenir un Trader indépendant et pourquoi c'est si important d'être libre financièrement...

Attendez !profitez de maformation offerte

50% terminé !

C'est presque terminé ! Entrez votre prénom et votre email ci dessous

Accédez maintenant à ma formation offerte :

Inscription
Mot de passe oublié

Vous accéderez à la vidéo

dans 3 secondes...

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

L’histoire étonnante de ma découverte de la bourse :

10 juin 2013 / Sylvain March

Aujourd’hui je vais vous dévoiler une partie de ma vie que je ne vous ai jamais racontée avant :
comment j’ai découvert la bourse alors que rien ne m’y préparait…et l’enseignement qu’on peut en tirer.

Étudiant, j’étais à la dèche…

Lorsque j’étais étudiant au début des années 2000, j’étais vraiment « à la dèche » comme on dit :
j’avais à peine de quoi payer mon loyer (en collocation) et des pâtes, et je devais faire des déménagements en intérim pour y arriver.

Mais j’avais déjà envie de voyager, et d’être libre, alors un été j’ai travaillé dur pour pouvoir me payer un petit voyage aux États-Unis, avec un ami.
Cela a été une révélation, et j’ai su que je voulais vivre ainsi. Mais je ne savais pas encore comment…

En rentrant, autant vous dire que les caisses étaient plus que vides !

Un jour que je n’avais même plus de quoi me payer à manger, et trop honte pour demander à ma mère, je me suis mis à faire « les poches » de mes vêtements, mes tiroirs..à la recherche de quelques euros qui auraient pu traîner (j’étais assez bordélique à l’époque, donc mes espoirs étaient fondés 🙂 )

La révélation :

Je ne suis pas tombé sur des euros, mais sur des dollars.
Quelques dollars, peut-être une quinzaine non dépensés qui me restait de mon voyage.
Alors je suis allé au bureau de change d’Hôtel de ville, à Lyon, et j’ai échangé mes dollars contre des euros. Youpi, un budget d’au moins une semaine de pâtes !

En sortant, par réflexe, j’ai regardé le tableau clignotant des taux de changes, pour vérifier qu’on m’avait bien donné la bonne somme. C’est là que j’ai compris que les taux n’étaient pas fixes, mais variables.
Je me suis dit naïvement : mais si je reviens un autre jour avec mes euros quand le taux est en ma faveur, je pourrais réaliser un bénéfice !

En rentrant, je suis allé sur internet, et j’ai tapé quelque chose comme « graphique taux de change » et « prédiction taux de change »…et là, je suis tombé sur le Forex.
J’ai immédiatement su que ça allait me plaire.
Plutôt que passer mes heures de temps libre sur Warcraft 3, je les passais alors sur l’apprentissage de l’analyse technique, et comprendre comment tout cela fonctionnait.

Pendant quelques années, j’ai pratiqué cette activité parallèlement à mon parcours « classique » d’informaticien, car il était hors de question pour ma mère de faire de cette activité un métier.

Étant fils de mère célibataire, d’une famille de gauche, autant vous dire que le sujet de la bourse n’était pas au menu…ou alors pour en dire du mal.

Le déclic :

En 2008, ma mère est décédée.
Outre le fait d’une prise de conscience que la vie est courte, et qu’il faut vivre ses rêves, il y a comme une sorte d’interdit qui s’est levé.

Je me suis libéré du poids politico-familial, me suis lancé comme trader indépendant, et suis parti voyager.

La suite de l’histoire, vous la connaissez, c’est celle que j’ai déjà présentée dans mon parcours boursier ici.

Pourquoi je vous raconte tout ça aujourd’hui ?

Pour vous dire qu’il faut vivre ses rêves et non pas rêver sa vie.
Mais la liberté ne vient pas à vous : elle doit être conquise, et seuls ceux qui réclament leur dû sont récompensés.

Pour autant, le travail acharné dans tous les sens, sans cap bien identifié, ne paye pas.
Vous devez lister vos objectifs clairement, par étapes, et revisionner « le film de votre projet » régulièrement.

Je voulais également vous rappeler, à quelques jours de la sortie de ma formation pour devenir rentier, que tout est possible à condition de s’organiser correctement, et surtout passer à l’action.

Et vous, comment avez-vous découvert la bourse ? Qu’en pense votre entourage ?
À tout de suite en commentaires.

Bons trades,

Sylvain March.

5 COMMENTAIRES

Trier par :
Trier par :
le plus récent le plus ancien le plus populaire
Vous devez être connecté pour écrire un commentaire. Déjà un compte ? Connectez-vous
Marie
11 juin 2013 14:48

Bonjour,
j’ai découvert le monde de la bourse et votre site en cherchant des infos sur comment compléter mon salaire…En effet, la vie fait que depuis 6 mois je galère financièrement et j’aimerai re-devenir un peu plus « légère » et ne plus me soucier de si jepeux m’acheter un paquet de pâte pour me nourrir ou pas…Bref…du coup en lisant votre parcours ce que je retiens c’est de vivre ses rêves…J’en ai bien des rêves mais la peur m’empêche d’avancer et de faire la démarche…J’aimerai chnger de métier et pour cela faire une formation diplomante de 4 ans et ensuite me mettre à mon compte mais la peur de ne pas y arriver, d’échouer, mais personne n’essaiera à ma place ça c’est certain…bref…Tout ça pour dire que j’essaierai bien votre méthode…Je suis quelqu’un de discipliné et d’organisé donc me « contraindre » une dizaine de minutes par jour ne me posent pas de problèmes…Juste que j’ai l’impression que j’y comprends pas grand choses dans tout ça…J’ai lu votre dossier gratuit….c’est tout de même assez technique il me semble…Puis surtout je n’aurai qu’une mise de 500 € au départ je ne pourrai pas plus…et ma peur c’est de les perdre ces 500 e au final si je n’y arrive pas

juan lozano
17 juin 2013 14:13

mon histoire à beaucoup de similitudes.
j’habite lyon , croix rousse (bas des pentes).
et j’ai également découvert qu’on pouvait gagner de l’argent avec le change, il y a 20 ans (j’était un gamin). mais pour ne pas me faire escroquer par les commissions des banques ou des bureaux de change j’allais directement à la banque de France (rue de la Ré, aussi)car c’était là et seulement là qu’il y avait les commissions les plus réduites. il fallait prendre rendez-vous. alors avant les grandes vacances je changeait des francs contre des pesetas par ce que j’avais remarqué que l’Espagne baissait systématiquement sa monnaie pour favoriser et ainsi attirer le tourisme pour sa « costa del sol » . A peine l’été était fini que le taux de change revenait à la normal, et là je faisait l’opération inverse .ca a toujours marché. à l’époque je trouvait ca marrant. mais l’art, le design mon attiré et j’en ai fait mon métier. ce n’est que récemment en 2007, que j’ai décidé de m’y penché à nouveau, je me suis mis à lire lire lire apprendre apprendre encore et encore. c’est une nouvelle passion. le design m’a permis de mieux comprendre notre monde , l’économie aussi …

Sébastien
10 juin 2013 19:31

Pour ma part j’ai découvert la bourse en 2006 lorsque j’étudiais l’économie à la manufacture des tabacs à Lyon. Les cours en amphi ne me passionnaient pas alors j’allais à la bibliothèque de l’université, j’ai lu pas mal de livres, j’ai appris beaucoup et je me suis entrainé en virtuel pendant 1 an, ensuite je suis passé en réel en achetant des sicav, ça ne payait clairement pas alors j’ai choisi mes actions seul que je conserve de quelques semaines à quelques mois avec un pea. Je note un progrès mais parvenir à en vivre me paraît difficilement réalisable.

sam ventura
10 juin 2013 13:51

tu me donne envie d’écrire un article sur mon histoire, qui n’a pas été un long fleuve tranquille

en tout cas se qu’il faut vraiment retenir, c’est ça, sinon adieux la vie rêver, bonjour la morosité

« Pour vous dire qu’il faut vivre ses rêves et non pas rêver sa vie.
Mais la liberté ne vient pas à vous : elle doit être conquise, et seuls ceux qui réclament leur dû sont récompensés.
Pour autant, le travail acharné dans tous les sens, sans cap bien identifié, ne paye pas.
Vous devez lister vos objectifs clairement, par étapes, et revisionner « le film de votre projet » régulièrement. »

QUI SUIS-JE ?

Je m'appelle Sylvain March, et je suis trader indépendant depuis 2008.

J'investis en bourse avec mon propre capital et cette activité, simple et mobile, me permet de vivre et travailler n'importe ou dans le monde.

Egalement auteur financier et formateur,

je partage sur ce blog des méthodes efficaces que j'ai testées, et qui vont aussi fonctionner pour vous.

L'objectif ?

Vous aider à tirer des vrais revenus de la bourse.

Découvrez mon histoire ici

ILS EN PARLENT DANS LA PRESSE

DERNIÈRE FORMATION