Essayez Gratuitement
Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez ! profitez de notre formation offerte Box initiation
Non merci, pas aujourd'hui

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

THORChain (RUNE)

THORChain est un protocole qui se veut cross chain pour permettre des échanges simplifiés et surtout décentralisés entre différentes blockchains.

Sommaire

THORChain (RUNE)

Caractéristiques de THORChain

THORChain est une blockchain qui a vu le jour en 2018. Sa proposition de valeur est d’offrir aux DEX cross chain un socle commun sur lequel s’appuyer. L’objectif annoncé est de pouvoir s’échanger de manière décentralisée n’importe quelle crypto de manière native.

En effet, beaucoup de cryptos, à commencer par le Bitcoin ou le Litecoin par exemple, ne peuvent pas être swappées réellement de manière décentralisée. Au lieu de cela il faut soit passer par un exchange centralisé, soit par un token wrappé (WBTC) qui n’est pas réellement le token natif mais sa représentation sur une autre blockchain.

De plus, ces tokens wrappés rajoutent bien souvent une couche de centralisation avec des ponts centralisés qui sont la cible privilégiée des hackers.

THORChain veut permettre de s’échanger des BTC contre des ETH de manière décentralisée et sans avoir user de tokens « copies » comme les WBTC sur Ethereum.

A l’heure actuelle il existe déjà une centaine de nœuds qui exécutent le protocole. Le coût d’entretien de ces nœuds est d’environ 2000€ par mois.

Il faut savoir que pour être considéré comme un nœud actif et participer au consensus du réseau, il faut bloquer à minima 1 million de tokens RUNE.

Outre sa blockchain native, le token RUNE est également disponible sur la BNB Chain au format BEP-2 puisque c’est sur cette blockchain que les premiers RUNE sont apparus.

Quelle est l’histoire de THORChain ?

Le projet a fait ses débuts pendant l’année 2018. C’est d’ailleurs en décembre de cette année là les tous premiers investisseurs de la phase seed ont pu acheter pour 60 millions d’unités de tokens RUNE.

Puis, un premier tour de table auprès d’investisseurs privés a été mené en juillet 2019. Ceux-ci se sont vus attribuer 70 millions de jetons lors de ces préventes.

En octobre 2019 la totalité des RUNE prévus sous forme de réserve sont brûlés. Au total, ce sont 500 millions de jetons qui disparaissent sur les 1 milliard prévus initialement.

Puis en juillet 2019 a lieu l’IDO (Initial Dex Offering) du projet sur le DEX de Binance. 7 millions de RUNE sont vendus durant cet évènement publique.

Enfin, en décembre de la même année ce sont 3,25 millions de RUNE qui sont vendus à des investisseurs anonymes censés œuvrer pour le projet en devenant opérateurs de nœuds ou fournisseurs de liquidité.

Les tokens RUNE sont donc initialement émis sur la BNB Chain en attendant d’avoir leur propre réseau. Justement, en juin 2020 le premier testnet de THORChain est lancé.

Il faudra quelques mois pour qu’en janvier 2021 le mainnet final soit opérationnel et que les RUNE soient migrés vers leur réseau natif.

Les Tokenomics du RUNE

L’offre totale du RUNE est capée à 500 millions d’unités depuis que l’autre moitié des 1 milliard initialement émis a été brûlée. En juillet 2022, ce sont 2/3 des tokens qui ont sont déjà en circulation.

La répartition finale suit la logique suivante :

  • 23% des tokens réservés à l’équipe de développement
  • 15% vendus aux investisseurs
  • 62% pour dynamiser le protocole avec les diverses récompenses pour les nœuds ou les fournisseurs de liquidité
Répartition du RUNE
Schéma de la répartition initiale du token RUNE

Le RUNE est utilisé comme token de gouvernance du protocole. Il permet de voter pour les futures pools de liquidité du protocole. C’est aussi lui qui vient récompenser les fournisseurs de liquidité et les opérateurs de nœuds de leur travail.

Ainsi, l’intégralité des frais générés vont à ses utilisateurs et non à l’équipe de développement.

En outre, l’incitation à verrouiller beaucoup de tokens RUNE est forte puisque ceux-ci sont indispensables dans chaque pool de liquidité du protocole.

En plus de cela, un mécanisme nommé Incentive Pendulum oblige les nœuds du réseau à mettre en caution le double du nombre de tokens RUNE déposés dans les pools.

Un procédé qui vise à immobiliser un maximum de RUNE pour les rendre plus rares et donc faire monter leur prix.

Quelle technologie utilise THORChain ?

La blockchain THORChain a été conçu grâce aux outils de l’écosystème Cosmos. L’équipe de développement a notamment utilisé le SDK Cosmos, une sorte de kit pour développeurs prêt à l’emploi, pour créer sa blockchain.

De plus, le réseau tourne sur le système de consensus créé par les équipes de Cosmos : Tendermint. Celui-ci est dit BFT (Byzantine Fault Tolerance), c’est-à-dire qu’il parvient grâce à son incitation en Proof of Stake à mettre d’accord plusieurs nœuds qui sont pourtant décentralisés.

Les noeuds de THORChain sont liés à des portefeuilles classiques de crypto natives comme un portefeuille ethereum, un portefeuille bitcoin,etc

Grâce à un procédé de multi signature ils peuvent ainsi accéder à différents actifs sur différentes blockchains et ainsi permettre aux utilisateurs de s’échanger des BTC contre ETH par exemple sans exchange centralisé et de manière native.

De cette manière lorsqu’un utilisateur veut swapper des ETH contre des BTC, les nœuds vont d’abord détecter que des ethers ont été déposé dans le portefeuille correspondant et ils vont ensuite signer une transaction sortante pour libérer la somme en BTC équivalente.

Ces transactions sont signées en utilisant le Threshold Signature Scheme (TSS) par un procédé cryptographique et non par l’intermédiaire d’un smart contract. Cela permet d’interagir avec des blockchains comme Bitcoin qui ne supportent pas les smart contracts de manière native.

Pour qu’ne transaction sortante soit validée par le système, 67% des nœuds doivent avoir valider son exécution.

Les pools de liquidité de THORChain permettent de faire des échanges directement entre tokens natifs.

Le token RUNE compose la moitié de toutes les pools de liquidité du protocole. Ainsi, il ne peut y avoir un token avec plusieurs pools de liquidité différentes puisque ceux-ci sont forcément associés au RUNE dans leur pool de liquidité unique.

C’est pour cette raison que les pools de liquidité sur THORChain sont nommés des pools de liquidité continues.

A l’inverse des autres DEX qui se servent d’oracles pour obtenir le cours de chaque token, THORChain se sert du RUNE pour obtenir le taux de change correct sur un swap.

Ce taux de swap est calculé à partir de la formule suivante :

y = (x * Y * X) / (x + X)²

y = montant de l’actif sortant

x = montant de l’actif entrant

Y = montant de l’actif y dans le pool

X = montant de l’actif x dans le pool

En appliquant cette formule dans la pool de l’actif entrant on obtient ainsi l’équivalent en tokens RUNE.

Ensuite, ces tokens RUNE sont envoyés dans le pool de l’actif sortant, et grâce à cette même formule le protocole délivre la bonne quantité de l’actif désiré.

Les avantages de THORChain

THORChain présente l’avantage d’être un protocole blockchain, il est donc décentralisé et il n’est pas censurable à l’inverse de traditionnels exchanges centralisés.

De plus il introduit une notion très importante : le swap cross chain. En effet, là où beaucoup de projets se « contentent » de créer des versions wrappées d’un token pour le passer sur une autre blockchain, THORChain veut aller plus loin en rendant possible le swap entre tokens natifs.

C’est un projet très ambitieux mais qui pourrait révolutionner l’utilisation des cryptomonnaies dans les années à venir.

Outre le projet, les mécanismes derrière le RUNE sont imaginés pour pour bloquer un maximum des tokens dans le protocole. Ce qui, évidemment, raréfie l’offre circulante de jetons et peut l’amener à s’apprécier fortement dans le temps en cas d’adoption.

Membres de l’équipe

Selon ses principaux acteurs, le protocole THORChain n’a pas de PDG ni de fondateur officiel.

la majorité d’entre eux restent d’ailleurs anonymes afin de protéger le projet et d’assurer sa décentralisation

Le compte Twitter du projet indiquait à ce titre en 2019 :
« THORChain n’a ni PDG, ni fondateur, ni directeurs. Bien qu’il y ait des chefs de projet, de la recherche et de la technologie, ces rôles vont disparaître. Les développeurs savent quoi faire. Ils s’auto-organisent sur Gitlab […]. »

Un mystère qui entoure le projet jugé gênant par certains mais qui a le mérite d’en faire une crypto en apparence vraiment très décentralisée et sans chef, à l’image de Bitcoin.

À lire aussi :
Avatar autheur

Rédacteur financier
Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents