Essayez Gratuitement
Profitez de ma formation vidéo Initiation au trading où vous allez découvrir comment devenir trader indépendant et l'importance d'être libre financièrement
Attendez ! profitez de notre formation offerte Box initiation
Non merci, pas aujourd'hui

Vous avez atteint votre limite de lecture maximale en tant qu’invité

devenez membre gratuitement

Et accédez en illimité à tous les articles d’EnBourse :

Nem (XEM)

La blockchain Nem est une plateforme de smart contracts lancée en 2015. Elle a notamment introduit le concept de Proof of Importance (POI) dans l’écosystème crypto.

Sommaire

Nem (XEM)

Caractéristiques du Nem

Le projet Nem signifie « New Economy Movement ». C’est une plateforme décentralisée dont le fonctionnement est basé sur un système de blockchain et une validation des opérations par le consensus POI (« Proof of Importance »).

Le réseau propose une multitude de fonctionnalités aux utilisateurs : des transactions, des échanges de messages, des créations d’actifs. Le code source de Nem a été écrit en langage Java. Ce qui est un gros avantage pour trouver des développeurs. Une société qui utiliserait le réseau NEM pour réaliser une blockchain faciliterait sa réalisation et aurait plus de facilité à trouver des développeurs compétents.

Le réseau Nem est considéré comme le cousin d’Ethereum et il propose également la création de nouveaux actifs dans la blockchain : on parle de « mosaïques ». Ces mosaïques peuvent servir dans de nombreux domaines et également des secteurs non financiers.

Les développeurs sur la plateforme Nem peuvent réaliser des applications et des contrats autoexécutants (smart-contracts).

Les autres services proposés par le projet sont des services de paiement, services de messagerie. Ces nombreux outils devraient s’élargir avec le temps et suivant l’évolution faite sur le réseau Nem.

La technologie Nem propose également aux entreprises une blockchain privée nommée Mijin.

C’est une blockchain qui peut être utilisée gratuitement par une société afin de réaliser des transactions en interne. La différence se trouve sur le nombre de transactions. Sur le réseau privé, il est possible de procéder à plusieurs milliers de transactions par secondes tandis que la version publique de XEM permet d’en réaliser quelques dizaines tout au plus.

Si une organisation utilisant Mijin procède à une transaction publique sur le réseau XEM, elle devra utiliser des tokens XEM.

Quelle est l’histoire du Nem ?

Le commencement du projet Nem se concentre sur un sujet qui se déroule sur le forum Bitcointalk. Un utilisateur, utilisant le pseudo UtopianFuture, poste une phase sur ce forum. Fortement inspiré du NXT, l’idée était de créer un fork de cette cryptomonnaie.

La plateforme Nem est ensuite lancée le 31 mars 2015, celle-ci est développée avec le langage de programmation Java. Le code a été écrit à 100% à partir d’une base « vide ».

C’est en 2016 qu’une start-up japonaise, Tech Bureau, réalise un partenariat avec NEM. Le but est de développer un moteur de blockchain nommé Catapult.

Un exchange japonais est victime d’un piratage le 26 janvier 2018. Cet exchange est Coincheck. La conséquence est une perte de 523 millions de tokens, soit l’équivalent de 534 millions de dollars. L’équipe de développement refuse de procéder à un hard fork, mais met en place la création d’un système de traçage (en taguant les tokens) pour suivre les fonds volés et donner toutes les informations nécessaires aux autorités.

Présentation de l'architecture du Nem

Le modèle tokenomics du Nem

Le réseau NEM utilise des tokens XEM pour réaliser des transactions sur la plateforme. Le nombre de tokens en circulation, mais également total est de 8.999.999.999 XEM.

La validation des transactions effectuées sur le réseau Nem passe par un indice. C’est un indice d’importance.
Il y a un calcule qui est fait pour obtenir un score en fonction des transactions passées et des utilisateurs avec qui ces opérations ont été réalisées.

Pour un nouveau membre, qui n’a jamais effectué de transaction, le calcul de la Proof of Importance se fera par rapport à votre nombre de jetons. Il s’agit dans ce cas d’une validation par preuve d’enjeu (Proof of Stake), qui est un processus classique.

Ce calcul de la POI est donc un système qui favorise et avantage les mineurs qui détiennent un score élevé.

Nem à la capacité de générer des blocs très rapidement : environ 1 minute contre une dizaine pour la célèbre cryptomonnaie Bitcoin, réduisant ainsi la consommation d’énergie et donc le coût total de l’opération.

Quelle technologie utilise Nem ?

La technologie utilisée par le projet NEM se base sur la Proof-of-Importance (PoI). Le réseau confectionne son propre algorithme de consensus. Celui-ci est complètement différent de celui de la majorité des cryptomonnaies. En effet, alors que la majorité des cryptos utilisent le PoW (Proof-of-Work) ou le PoS (Proof-of-Stake), NEM utilise la preuve d’importance (PoI).

Chaque utilisateur va se voir attribuer un « score » lorsque celui-ci a plus de 10.000 XEM. Un calcul mathématique permet de calculer ce score. Ce calcul est basé sur le volume des transactions passées, ainsi que sur les utilisateurs avec qui ces transactions ont été effectuées. Dans le cas où aucune transaction n’a jamais été effectuée, le PoI se basera alors seulement sur le nombre de tokens détenus. Lors du dernier cas, cela correspond à une validation par preuve d’enjeu (PoS).

Cela permet d’éviter d’utiliser des machines coûteuses consommant de grandes quantités d’énergie. De plus, les mineurs qui détiennent des scores importants sont donc favorisés, en ayant plus de chance de se voir attribuer la récompense liée à la résolution du bloc suivant.

L’architecture du Nem est sur deux niveaux et axée sur la sécurité. Les deux couches (serveur et client) sont formées par le NIS (NEM Infrastructure Server) et le NCC (NEM Communautaire Client). Le NCC peut se connecter au NIS pour sauvegarder et exécuter des transactions sans avoir besoin de télécharger toute la blockchain.

Alors que le client NCC est open source et disponible sur GitHub, NIS n’est pas open source.

Deux blockchains co-existent

Il existe deux blockchains sur le réseau NEM et ces deux blockchains co-existent.
L’une est privée et soumise à une autorisation d’accès. L’autre est publique et ouverte à tous les utilisateurs. Les deux blockchains ne compromettent pas la stabilité de l’une ou l’autre. Ces dernières peuvent même interagir sans aucun problème.

Sur la blockchain privée, il est possible de supprimer ou modifier certaines fonctionnalités de la blockchain publique afin d’éviter que les nœuds non conformes ne causent des problèmes. L’objectif est d’augmenter le volume de transactions qui peuvent être de plusieurs milliers par seconde.

À lire aussi :

Les développeurs utilisent la blockchain privée pour la création de nombreux programmes et applications dans la vie réelle. Cette séparation permet de ne jamais exposer les données transactionnelles et fournit une vitesse de transaction ainsi qu’une sécurité inégalée.

La blockchain NEM public est celle à laquelle les gens peuvent accéder via des nœuds de réseau. Elle doit être exécutée sur ses propres serveurs.

Les membres de l’équipe

Le projet est mené par une fondation sans but lucratif. Elle concentre ses efforts pour promouvoir NEM comme une solution auprès des entreprises souhaitant implémenter une solution blockchain. Un test réalisé par Mitsubishi UFJ avec Mijin l’an dernier a permis de démontrer que des économies de l’ordre de 90% étaient possibles en utilisant Mijin, en comparaison avec le système utilisé par les banques en ce moment.

Avatar autheur

Rédacteur financier
Publiez vos articles

Participez à la rédaction d’articles ou de vidéos et recevez des points EnBourse à échanger sur tout le site.

Articles récents